Arles selon… Louis Aragon

Louis ARAGON
1897-1982

Romancier, essayiste, critique d’art, journaliste (Ce Soir ; Les Lettres Françaises), poète surtout, il a été un des fondateurs du mouvement surréaliste et ensuite un membre éminent et fidèle du parti communiste français. Il est l’auteur d’une œuvre considérable dans laquelle Arles figure deux fois.

PLUS BELLE QUE LES LARMES
Les yeux d’Elsa, 1945
(extraits)

Il y a dans le vent qui vient d’Arles des songes
Qui pour en parler haut sont trop près de mon cœur
Quand les marais jaunis d’Aunis et de Saintonge
Sont encore rayés par les chars des vainqueurs

LES NOYES
Le nouveau crève-cœur, 1948

La forme de mon cœur est celle de la ville
Il y souffle un grand vent on ne sait d’où venu
O noyés dans les eaux que caressent les îles
Vous descendiez le fil d’un long rêve inconnu
Vous hâtant regrettés des herbes de la berge
Vers le repos promis des lointains Aliscans
Où dorment les héros les morts ont leur auberge
On y parvient un soir on y parvient mais quand
Vous dérivez avec vos histoires diverses
Les yeux aveuglément sur le ciel étoilé
Vous passez sous le pont la tête à la renverse
Sans voir les palais blancs par le fleuve frôlés
Puisque Arles vous attend allez il est trop tard
Vous pleurerez ailleurs sous des pierres sans nom
Ici toute la nuit n’est qu’un chant de guitare
Et mon amour y semble un immense Avignon


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *