Citoyenné mondiale, cosmopolitisme

Lourme-Citoyennete-MondialeEn cataloguant un ouvrage récent de Louis Lourme intitulé Le nouvel âge de la citoyenneté mondiale (PUF, 2014), je me suis rendu compte combien ce sujet était relativement difficile à coter selon la classification Dewey où il n’est même pas mentionné dans l’index.

Où le classer ? Voyons un peu ce que nous avons déjà en rayon. En 323.6 Citoyenné où il se trouvera plongé dans la masse de sujets connexes (nationalité, naturalisation…) qui n’ont guère à voir avec lui ? En 32Coulmas-Cosmopolitisme7.17 Coopération internationale où est rangé Les citoyens du monde : histoire du cosmopolitisme de Peter Coulmas (Albin Michel, 1995) ? Archibugi-DemocratieEn 327.101 Théorie et philosophie des relations internationales, cote choisie pour l’ouvrage de Daniele Archibugi La Démocratie cosmopolitique. Sur la voie d’une démocratie mondiale (Le Cerf, 2009) traduit par Louis Lourme ? Et je passe sur d’autres possibilités. Ah la la, quelle dure condition que celle de catalogueur ؟ (ceci est un point d’ironie).

En fait, si le cosmopolitisme est absent de la Dewey, c’est tout simplement que les publications sur le sujet sont assez peu nombreuses et souvent en liaison avec d’autres thèmes : la République des Lettres du XVIIIe siècle ou la philosophie stoïcienne, le pacifisme du temps de la guerre froide ou l’altermondialisme d’aujourd’hui, les projets de langue universelle de Leibniz à Zamenov, sans parler des tensions entre cosmopolitisme et nationalisme mais aussi entre cosmopolitisme et internationalisme.

Pourtant, même si, selon Peter Coulmas, son ouvrage était, quand il est paru en 1995, le premier consacré au cosmopolitisme en tant que tel de ses origines à nos jours. plusieurs livres sont parus depuis. En témoigne la bibliographie qui accompagne l’article « Cosmopolitisme » dédigé par Louis Lourme dans le DicoPo, Dictionnaire de théorie politique.

Je ne m’étendrai pas ici sur l’histoire des citoyens du monde, le premier d’entre eux étant le philosophe cynique Diogène de Sinope et leur représentant le plus médiatique siècle dernier, Garry Davis. Je voudrais juste signaler que le XVIIIe siècle fut un grand moment de cette histoire, avec notamment Immanuel Kant et son Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique parue en 1784 (voir Kant cosmopolitique, sous la direction de Yves Charles Zarka, Caroline Guibet Lafaye, Editions de l’Éclat, 2008) et le révolutionnaire Anacharsis Cloots, dont La République du genre humain de 1792 a été rééditée l’an dernier aux éditions Mille et une nuits par… Louis Lourme encore.

 Pour aller plus loin sur le sujet, je vous invite à visiter les sites des spécialistes de la question que sont Louis Lourme et de Daniele Archibugi et ceux d’organisations historiques (Citoyens du monde) ou de création beaucoup plus récente (Organisation pour une citoyenneté universelle). Voir aussi l’Appel en faveur d’une citoyenneté mondiale du 3 mars 1966.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.