Krimi : une anthologie du récit policier sous le Troisième Reich

KrimiVoici ma dernière lecture, Krimi : une anthologie du récit policier sous le Troisième Reich, ouvrage paru aux éditions Anacharsis. Les textes ont été choisis, présentés et traduits de l’allemand par Vincent Platini, de la Freie Universität de Berlin, qui a précédemment publié deux articles sur le même sujet :

« Le Krimi sous le Troisième Reich : une invention de l’étranger », Transatlantica, 1, 2012

« Éclipse, exil et survie du Krimi en Allemange nazie (1933-1945) », Belphégor: Littérature Populaire et Culture Médiatique, 9-3, 2010

Il a soutenue à la Sorbonne en décembre 2010 une thèse de littérature comparée intitulée Démons du crime : les pouvoirs du truand et son instrumentalisation idéologique dans la littérature et le cinéma de l’entre-deux-guerres (Allemagne, États-Unis, France) et publié aux éditions de La Découverte, parallèlement à son anthologie, Lire, s’évader, résister. Essai sur la culture de masse sous le Troisième Reich.

Depuis la parution de cette anthologie, son auteur a eu à répondre à de nombreux entretiens :

avec Hervé Delouche (813) à la librairie L’Atelier (2bis rue du Jourdain Paris 20°) le 21 mai 2014 : morceaux choisis sur Le blog du polar de Velda et vidéos avec leur résumés sur Libfly

avec Sébastien Lepaque dans Le Figaro (22 mai 2014)

avec Olivier Saint-Vincent sur le site Philosophe voyou le 12 juin 2014

avec François Forestier dans Le Nouvel Obs (10 juillet 2014)

avec William Irigoyen sur Arte

Plusieurs comptes rendus  en ont été faits :

par Christophe Berurier sur Le Nouveau Cénacle

par Laurent Lemire dans Livres hebdo n° 993 (11 avril 2014)

La lecture des textes de l’anthologie, mais aussi de l’introduction générale, des présentations de chaque nouvelle et du dossier documentaire, est des plus édifiantes. A l’exception de Lettre ouverte au front de l’est publiée dans la clandestinité par les opposants Adam Kuckhoff et John Sieg, qui stigmatisent les exactions et crimes de guerre perpétrés contre les populations soviétiques par l’armée allemande, la plupart de ces récits occultent tout simplement la réalité quotidienne de l’oppression politique et de la guerre. Cela est particulièrement net avec Dix alibis irréprochables d’Edmund Finke (1941) et pour L’annexe 27 de Zinn (1944) dont le ton est des plus légers. mettant en scène une Allemagne (ou une Autriche dans le cas d’Edmund Finke) atemporelle, bucolique, vaudevillesque.

D’autres préfèrent les aventures exotiques de héros récurrents – Fatal héritage de Paul Pitt (1937) dont l’action se passe à Los Angeles, est une des nombreuses histoires mettant en scène de John Kling et de son fidèle Burthe – ou des huis clos oppressants – La gaine de Werner Bergengruen (1933) ou Sortie de scène d’Adam Kuckhoff (1938). Si la vie du petit peuple de Berlin est évoquée dans Schenke, simple brigadier de Hans Joachim Freiherr von Reitzenstein (1933) ou dans Meurtre à cinq sous de C.V. Rock (1940), c’est toujours pour louer le respect de l’ordre et le nécessaire combat contre le crime.

Pourtant, comme l’a remarqué Jorge Borges à propos de l’Argentine peroniste, la vertu des tyrannies est d’obliger les artistes à inventer des métaphores, et certains ne s’en privent pas, comme d’Adam Kuckhoff dans Sortie de scène avec son personnage d’acteur fou jouant Guillaume Tell le tyrannicide, ou Michael Zwick dont la nouvelle Une mauvaise conscience tranquille (1934) présente un méchant au patronyme très Troisième Reich – “Sturm” comme Sturmabteilung (SA) – qui sera assassiné par le narrateur dont il avait ruiné les parents. La critique sociale et politique reste malgré tout possible dans un jeu complexe avec la censure d’un régime qui tente vainement de promouvoir le bon polar allemand.

Bref, un ouvrage à lire, tant pour les amateurs de polars que pour les historiens et autres curieux.

Krimi-Tables

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.