Sur les doigts, jusqu’à 9999

9999

Pour compléter un des plus gros succès de ce carnet, la chronique Compter avec les doigts de la main datée du 20 janvier 2013, je me dois de vous signaler la parution récente aux Presses polytechniques et universitaires romandes d’un ouvrage intitulé Sur les doigts, jusqu’à 9999 de Jérôme Gavin et Alain Schärlig.

En voici la présentation et le sommaire  tels que sur le site de l’éditeur :

Qui n’a jamais montré un nombre sur ses doigts? Pour nous c’est commun. Mais notre limite, c’est 10… Les anciens, eux, montaient jusqu’à 99 sur une seule main. Et donc jusqu’à 9999 sur les deux en cas de besoin. Et ils l’ont fait pendant au moins deux mille ans. C’est ce qui est décrit dans ce livre: ses auteurs ont trouvé des traces de la numération digitale depuis les anciens Grecs jusqu’aux Persans du 17e siècle, en passant par des bas-reliefs romains, un docteur de l’Eglise du 8e siècle, et des icônes byzantines.

    • Introduction Des doigts et des nombres
    • 1 La plus ancienne description, curieusement liée au calcul de la date de Pâques (dès le 7e siècle)
    • 2 Les premières allusions, montrant que les Grecs anciens savaient (dès le 5e siècle avant J.-C.)
    • 3 Les allusions latines, montrant que le monde romain savait aussi (dès le 1er siècle avant J.-C.)
    • 4 En Occident, dès la fin du Moyen Age, où l’on voit l’influence des chiffres arabes (dès le 13e siècle)
    • 5 Du côté de l’Orient, un phénomène implanté jusqu’en Perse (dès le 10e siècle)
    • 6 Le calcul sur les doigts, avec ou sans fixation de la date de Pâques (dès le 8e siècle)
    • 7 Les suggestions, parfois coquines, ou l’art de dire avec un nombre (dès le 1er siècle avant J.-C.)
    • 8 Un coup d’oeil à l’arithmologie, ou à l’art de faire dire aux nombres plus qu’une quantité (depuis toujours)
    • Conclusion En résumé…
    • Annexes Bède est bien le plus ancien
    • A propos de 9999
    • La « table » sur les mains
    • Bibliographie des ouvrages cités
    • Index des noms propres

Voir aussi

les autres ouvrages d’Alain Schärlig,

un article paru sur le site de L’Extension

la vidéo ci-dessous.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.