Livres imaginaires… La Quiquengrogne et Le Fils de la bossue par Victor Hugo

Quiquengrogne. Encart publicitair de la Librairie Charles Gosselin (1833)

Soit deux citations extraites de documents que trente-cinq années séparent, et qui nous présentent deux ouvrages jamais parus de Victor Hugo :

M. Victor Hugo, dont le dernier drame, Le Roi s’amuse, est en répétition, doit publier cet automne un nouveau volume de poésies et deux romans. Le premier, qui a pour titre la Quiquengrogne, a été acheté 15.000 francs par les libraires Charles Gosselin et Eugène Renduel. Ce titre a quelque chose de bizarre. Qu’est-ce que la Quiquengrogne ? Nous avons entendu faire déjà si souvent cette question que nous sommes heureux de pouvoir répondre par un document à peu près officiel. Voici l’extrait d’une lettre de M. Victor Hugo lui-même à ses éditeurs : « La Quiquengrogne est le nom populaire de l’une des tours de Bourbon-l’Archambault. Le roman est destiné à compléter ses vues sur l’art du moyen âge, dont Notre-Dame de Paris a donné la première partie. Notre-Dame de Paris, c’est la cathédrale ; La Quiquengrogne, ce sera le donjon. L’architecture militaire, après l’architecture religieuse. Dans Notre-Dame j’ai peint plus particulièrement le moyen-âge sacerdotal ; dans La Quiquengrogne, je peindrai plus spécialement le moyen-âge féodal, le tout selon mes idées, bien entendu, qui, bonnes ou mauvaises, sont à moi. Le Fils de la Bossue paraîtra après La Quiquengrogne et n’aura qu’un volume. »

(1) Les catalogues romantiques de 1832 et années suivantes annonçaient deux romans de Victor Hugo, qui n’ont jamais paru : la Quinquengrogne, 2 vol. in-8°, et le Fils de la bossue, 1 vol. in-8°.

Théophile Gautier. Autobiographie (1867)

Comme, le suggère Théophile Gautier dans son « Avant-propos » du Capitaine Fracasse,

On dresserait un curieux catalogue de ces romans qui n’ont pas été faits et dont le plus célèbre est la Quiquengrogne de Victor Hugo.

Faut-il faire une distinction entre ces livres non écrits et les livres imaginaires ? Pour moi, ces livres projetés par leur auteur, mais jamais écrits ou du moins publiés, constituent une catégorie particulière de livres imaginaires, leur contenu étant finalement aussi fictifs pour le lecteur que celui du Necronomicon Necronomicon d’Abdul al-Hazred (Lovecraft) ou du Voyage d’hiver d’Hugo Vernier (Geoges Perec).

Encore peut-on distinguer parmi ces ouvrages promis à l’éditeur, mais finalement jamais réalisés, ceux qui se limitent à un simple titre simplement jeté en patûre aux éditeurs et ceux qui ont été un peu plus réfléchis sans parvenir pourtant à la publication. Si Le Fils de la bossue relève du premier cas, La Quiquengrogne semble appartenir au second, Hugo ayant accordé une certaine importance à ce projet, même si celui-ci n’a jamais abouti. C’est ainsi que le terme quiquengrogne devint au XIXe siècle synonyme de roman que l’on n’écrira jamais.

Voir sur ce sujet l’article de Françoise Chenet, « La Quiquengrogne: histoire d’un titre » sur le site du Groupe Hugo (Université Paris 7).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.