Recherche sur un déporté non-juif

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

Ils se croyaient des hommes, n’étaient plus que des nombres
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés
Dès que la main retombe il ne reste qu’une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été

La fuite monotone et sans hâte du temps
Survivre encore un jour, une heure, obstinément
Combien de tours de roues, d’arrêts et de départs
Qui n’en finissent pas de distiller l’espoir

Ils s’appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel
Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vichnou
D’autres ne priaient pas, mais qu’importe le ciel
Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux

Extrait de Nuit et brouillard de Jean Ferrat.

Voici plus de quatre ans, j’avais fait une chronique en mémoire de Simon Nizard, un juif tunisien mort en déportation et ami de mon grand-père. Cependant, s’il est vrai que les Juifs d’Europe furent les principales victimes du IIIe Reich, je voudrais rappeler ici avec Jean Ferrat qu’ils ne furent pas les seuls à connaître la déportation et les camps de concentration. La liste des groupes de déportés est longue : Tziganes, Témoins de Jéhovah, homosexuels, opposants politiques de toutes obédiences, prisonniers de guerre soviétiques… 

En l’occurrence, je souhaitais faire une recherche sur un citoyen français quelconque dont les causes mêmes de la déportation n’ont jamais été bien éclaircies. Il s’agit d’un cousin germain de mes parents, un certain René Stouff. Lorsque j’aurai ajouté que, selon la vulgate familiale, il aurait été camelot du Roi en ses jeunes années et que, arrêté à Grenoble, il serait mort lors des fameuses marches de la mort, je pense que j’aurai à peu près exposé tous les éléments que je possédais sur lui en début de recherche. Je ne savais même pas sa date de naissance, ni celles de sa déportation et de sa mort.

Bon, voyons voir ce que je peux trouver sur internet avec ça.

La recherche du côté des camelots du Roi reste sans résultat, sauf celui de me faire connaître un site spécialisé sur ces derniers, site du reste quelque peu partial. Passons…

Sur une page du site de la Fondation pour la mémoire de la déportation concernant un convoi de non-juifs parti de Compiègne dans la matinée du 27 avril 1944 et arrivé à Auschwitz le 30, j’apprends son lieu et sa date de sa naissance (Arbois en 1920), ainsi que son numéro de matricule à Auschwitz  (186443), mais la date et le lieu de sa mort n’y sont pas indiqués.

Par contre la recherche dans les textes législatifs et réglementaires accessibles sur Legifrance me permet de trouver un arrêté du 28 juillet 2003 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès, où figure cette mention :

Stouff (René, Louis, Jean, Gabriel), né le 3 mars 1920 à Arbois (Jura), décédé le 3 février 1945 à Gross-Rosen (Allemagne)

Gross-Rosen ne se trouve pas (ou plus) en Allemagne, comme l’indique l’arrêté, mais en Pologne. Wikipédia et l’encyclopédie multimédia de la Shoah nous en apprennent plus sur ce satellite de Sachsenhausen, libéré par les troupes soviétiques le 13 février 1945, dix jours après le décès de René Stouff. Est-il mort d’épuisement, du typhus ou abattu lors de l’évacuation du camp par les SS qui avaient reçu l’ordre de ne pas s’encombrer des prisonniers ne pouvant plus marcher ? Rien ne permet de le savoir pour l’instant.

De même, les causes exactes de sa déportation ne sont précisées nulle part, pas plus que la date et le lieu de son arrestation. Si c’est bien à Grenoble comme le disait la tradition familiale, c’est sans doute au cours de l’automne 1943, moment où la répression allemande et collaborationniste se renforce contre la résistance. Faisait-il partie de la manifestation du 11 novembre 1943 ? 2.000 personnes ont défilent ce  jour-là, entonnant la Marseillaise devant le monument des Diables bleus et 370 hommes sont alors arrêtés et envoyés dans les camps de concentration (cf Automne 1943: Grenoble entre résistance et répressions – Place Gre’net).

En fait, tout ceci reste bien mystérieux. Bon, je m’arrête là pour l’instant.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

2 réflexions sur « Recherche sur un déporté non-juif »

  1. Ce n’est pas un « extrait », c’est presque toute la chanson qui a été recopiée ici. Superbe contrefaçon sur un blog académique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *