Accents en français

— C’est ben pour dire, hein, j’ai un accent pis je le savais pas.
— Tout le monde a un accent, Teena. Nous autres on a un accent, le monde de Montréal ont un gros accent, les Français de France ont un accent…
— Oui, mais eux autres c’est le bon.
— C’est le bon pour eux autres, comme le nôtre est le bon pour nous autres.

Michel Tremblay, Survivre ! Survivre ! (2014), dans la Diaspora des Desrosiers, préface de Pierre Filion, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, coll. «Thesaurus», 2017, 1393 p., p. 1167.

La citation ci-dessus, trouvée sur L’Oreille tendue, m’a rappelé un poème extrait de la comédie La fleur merveilleuse de Miguel Zamacoïs. Intitulé L’accent, son interprétation la plus connue est celle qu’en donne Fernandel, même si vous pourrez en trouver d’autres ici et .

 De l’accent ! De l’accent ! Mais après tout en-ai-je?
Pourquoi cette faveur ? Pourquoi ce privilège ?

[Lire la suite du poème]

Du coup, j’ai commencé à rassembler ici quelques informations sur les accents en français, sachant qu’au royaume de Babel, la divisions en accents touche toutes les langues que ces accents soient régionaux comme l’allemand tel qu’il est parlé en Bavière…

… ou sociaux comme le cockney, accent anglais populaire merveilleusement illustré par Audrey Hepburn dans My Fair Lady :

… mais cela nous mènerait trop loin. Je me contenterai donc de l’Hexagone, ce qui n’interdit pas de faire des incursions dans la francophonie, avec par exemple le français tel qu’il se parle en Amérique du Nord présenté sur le site Le français à la mesure d’un continent.

Quel dommage que la France n’aime pas ses accents. Pour réussir socialement, beaucoup s’efforcent de masquer cette fâcheuse marque d’appartenance géographique et/ou sociale au profit du soi-disant accent neutre qui n’est même pas parisien ou tourangeau. Parlons-en de la Touraine comme province où se parle le français le plus pur, légende inaugurée au XVIe siècle par un grammairien anglais, Jehan Palsgrave, tout ça parce que le roi y séjournait fréquemment sur les bors de la Loire. Comme si le français parlé à la Cour était le même que ceux des quartiers populaires de Tours ou des habitants des campagnes tourangelles… N’empêche que depuis, chacun répète cette ineptie, alors que le pouvoir s’est déplacé à Paris et à Versailles et que le français standard n’est plus celui de la Cour, mais des journalistes de la télévision.

Voici deux documents audio-visuels pour nous rappeler que les accents régionaux sont issus de langues régionales disparues ou en voie de disparition pour des raisons tant politiques (jacobinisme) que sociales (parisianisme)…

Maintenant que vous les avez dans l’oreille, essayez donc de les reconnaître dans ce jeu proposé par la Cité des Sciences.

Plus sérieusement, voici quelques documents allant plus au fonds de la question. D’abord Drôle d’accents, un documentaire de Marc Khanne.

Dans ce documentaire, il est question entre autres des Archives de la Parole de Ferdinand Brunot enregistrées au début du XXe siècle.

On y parle aussi d’un ouvrage accompagné paru en 1983 aux éditions Hachette, Les accents des Français dont  un des auteurs, Fernand Carton, est interviewé. Le contenu de ce livre et de la cassette qui l’accompagne a été adapté sur un site créé par deux étudiants de l’Ecole des Mines de Paris, victimes de la « standardisation » du parler […] évoquée dans ces pages… puisque [ils parlent] un français « sans accent ». Un autre auteur de ce livre, Pierre Léon, avait participé également à L’accent en français contemporain publié à Montréal en 1980.

Plus récemment, les éditions du Pommier ont publié en 2010 un ouvrage de  Philippe Boula de Mareüil, D’où viennent les accents régionaux ? Cet auteur a écrit un article sur « La diversité des accents en français » paru dans Pour la science n° 82 (2014) et a participé à plusieurs interviews dans Le Monde ou sur France Inter et Radio France Internationale.

 A compléter ultérieurement…


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *