Arles selon… Gustave Flaubert

Gustave FLAUBERT
1821-1880

L’auteur de Madame Bovary et de L’éducation sentimentale est venu à Arles à deux reprises et la ville figure plusieurs fois présente dans sa correspondance et ses récits de voyages.

Bibliographie

Oeuvres complètes de Gustave Flaubert. Paris : Club de l’honnête homme, 1973-1974

Voyage aux Pyrénées et en Corse, dans le tome 10, p. 314-315

Correspondance, 1830-1850, dans le tome 12

Voyage en famille, paru dans

Oeuvres complètes de Gustave Flaubert. Notes de voyages. I. Italie – Egypte – Palestine -Rhodes. Paris : Louis Conard, 1910,  p. 10-11

Voyages. Paris : Arléa, 1998, p. 97

EXTRAITS DE LETTRES

À SA SŒUR.

Marseille, dimanche soir, après la poste [28 septembre 1840.]

Nous sommes arrivés ce matin à Marseille, après nous être embarqués à Toulouse par le canal du Midi et avoir vu Castelnaudary, les écluses de Saint-Ferréol, Carcassonne, où nous sommes restés un jour, Narbonne, Nîmes, le pont du Gard et Arles. Tu ne peux pas te figurer ce que c’est que les monuments romains, ma chère Caroline, et le plaisir que m’a procuré la vue des Arènes.

À ERNEST CHEVALIER.

[Rouen, 15 mars 1842.]

Seulement, quelquefois, quand le soleil se couche, je songe que j’arrive tout à coup à Arles. Le crépuscule illumine le cirque et dore les tombeaux de marbre des Aliscamps, et je recommence mon voyage, je vais plus loin, plus loin, comme une feuille poussée par la brise

 À ERNEST CHEVALIER.

[Rouen, 21 octobre 1842.]

Adieu, écris-moi, voyage bien, [regarde et tâche de tirer quelque bon
coup]. Rappelle-toi qu’Arles est la ville des langues fourrées.

À ALFRED LE POITTEVIN.

Marseille mardi soir, 10 heures. 15 [avril 1845].

J’ai revu les Arènes que j’avais vues pour la première fois il y a cinq ans.  Qu’ai-je fait depuis ? (Ce qui peut s’écrire tout aussi bien avec un point d’exclamation qu’avec un point d’interrogation.) J’ai revu mon figuier sauvage poussé dans les assises du vélarium, mais sec, sans feuilles, sans murmures. Je suis monté jusque sur les derniers gradins en pensant à tous ceux qui y ont rugi et battu des mains, et puis il a fallu quitter tout cela. Quand on commence à s’identifier avec la nature ou avec l’histoire, on en est arraché tout à coup de façon à vous faire saigner les entrailles. En allant au pont du Gard j’ai vu deux ou trois charrettes de Bohémiens. A Arles [j’ai été le soir avec Hamard au café de la Rotonde et j’ai payé un verre de kirsch à un sergent. Sens-tu combien c’est beau ! J’ai examiné toutes les fillettes et j’en ai vu d’exquises, surtout deux.] Le dimanche, j’ai été à la messe pour les examiner plus à loisir. [J’en ai vu une surtout, une pâle et maigre, qui était d’une humidité chaude.] Je me suis promené sur le Théâtre, dans les arènes. [J’ai causé avec une garce du boxon qui est en face du théâtre, en face] ce vieux théâtre où l’on a joué le Rudens et les Baccbides, où Ballio et Labrax  ont éjaculé leurs injures et éructé leurs obscénités. [Je ne suis pas monté dans les appartements. Je ne voulais pas sortir de la poésie (à Avignon mêmement, j’avais causé dans la rue avec ces dames). Je te raconterai tout cela plus tard quand tu le voudras.

EXTRAITS DE JOURNAUX DE VOYAGES

Voyage aux Pyrénées et en Corse

A Arles également j’aurais voulu rester plus longtemps et y savourer longuement toutes les délicatesses sans nombre du cloître Saint-Trophime, qu’il faut avoir vu pour aimer et pour désirer encore Arles. Souvenir romain, un souvenir triste et grave, surtout sur le soir. Son amphithéâtre n’est pas, comme celui de Nîmes, presque intact et retrouvé tout entier comme une statue déterrée, il est enfoui jusqu’au milieu dans la terre et les loges supérieures sont démantelées; on dirait que les gradins qui s’écroulent veulent descendre dans l’arène. Malgré les tours de Charles Martel on ne pense guère aux Francs, et malgré la chaumière laissée comme spécimen de toutes celles qui emplissaient naguère le cirque, on ne pense guère non plus au moyen âge.
Ces monuments romains sont comme un squelette dont les os çà et là passent à travers la terre; aux ondulations du gazon on devine la forme du mort. Le théâtre est encore enfoui sous les maisons voisines et il n’y a qu’un coin qui se montre; sur une plate-forme qui faisait face aux bancs de pierre et que j’ai jugée la scène, deux colonnes de marbre blanc sont encore debout, hautes toutes deux, décorées d’une collerette de feuilles d’acanthe, tandis que toutes les autres sont étendues, mutilées, à leurs pieds. C’est par là qu’on a joué Plaute et Térence et que les Mascarilles du monde latin ont fait rire le peuple; l’ombre de la comédie latine palpite encore là. Au coin de la rue une fille sur sa porte attendait l’aventure (carmen bomini tenentem), mais les bougies du lupanar qui devaient brûler jour et nuit étaient éteintes, tant toute splendeur se perd; pauvre ruine d’amour, à côté de la ruine de l’art et qui vivait dans son ombre. Les Arlésiennes sont jolies. On en voit peu, on m’a dit qu’on n’en voyait plus. On ne voit donc plus rien maintenant C’est là ce qu’on appelle le type gréco-romain; leur taille est forte et svelte à la fois comme un fût de marbre, leur profil exquis est entouré d’une large bande de velours rouge qui leur passe sur le haut de la tête, se rattache sous leur cou et rehausse ainsi la couleur noire de leurs cheveux et fait nuance avec l’éclat de leur peau, toute chauffée de reflets de soleil.

Voyage en famille

A Arles, le soir. — Café de la Rotonde. — Saint-Trophime. — Promenade seul, dans les rues en pente, entre le théâtre et le cirque. Au théâtre on déblayait… — Etrange silence ; arbre qui passe au-dessus du mur; pots de chambre que l’on vidait sur le théâtre même. O Plaute ! . . . — Je fais le tour, j’entre sur le théâtre et je regarde l’ensemble. — Conversation. — Arlésienne à l’air stupide, yeux chassieux et coiffure mal peignée.
Puis je m’en retournai , écrasé par l’histoire et entendant les cris rauques de Labrac et du Soro. — Arlésiennes : les belles me semblent en plus grande quantité que la première fois.
Aljscamps. — Plaine de tombeaux, chemin de fer, chapelle avec ses cercueils vides. — La jeune fille morte le jour de ses noces : le crâne était plein de terre et une longue plante sans feuilles avait poussé dedans.
Musée. — Le Silène, sans tête, cuisse molle, ventre flasque et emph, poitrine large; on est tenté de prendre son ventre et d’en manier les plis gras. — Tête de Cjbèle sans nez. — Jolis tumulus. — Le guide : « J’ai des dictionnaires latins, grecs… ». — Le marché, jeune fille avec sa mère. — La messe : les enfants dans une chapelle; femme au teint de marbre jauni, au coin d’un pilier, maigre et pâle. C’est dans une église pareille et dans une telle atmosphère que Don Juan arrive et se tient caché derrière les colonnes, à regarder les cous penchés, les profils purs inclinés sur le prie-Dieu, respirant la femme et l’encens.
Aux environs d’Arles, vieille forteresse et vieux couvent, sur un grand rocher : broussailles dans les pierres, air arabe de l’architecture. — Conduit là par un petit cheval de la Camargue, ardent et maigre.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *