Arles selon… Anatole France

Anatole FRANCE
1844-1924

Anatole France connaît Arles. Il y est venu. Cependant, il ne la mentionne brièvement que dans la préface d’un livre et dans un de ses romans.

Bibliographie

Paul Arène et Albert Tournier. Des Alpes aux Pyrénées : étapes félibréennes ; préf. par Anatole France. Paris : Flammarion, 1892.

Anatole France. Le Lys rouge.Paris : Calmann-Lévy, 1894, chap. VII, p. 123

DES ALPES AUX PYRENEES
Préface

L’année prochaine, s’il m’est donné de vivre et de respirer encore la douce lumière du jour, mes amis, nous irons ensemble porter nos hommages pieux à la Vénus d’Arles. Je sais bien que l’Aphrodite de la Coloniajulia Arelatmsis est captive sur les bords de la Seine. Elle a été portée en trophée dans les jardins de Versailles, puis au musée du Louvre. Mais son âme et son génie sont encore en Provence. On les retrouve dans la pure beauté des femmes dans les lignes du paysage, dans la poésie vivante des félibres.

LE LYS ROUGE
Chapitre VII

— Arles, dit-il. Connaissez-vous Arles ? C’est la pure beauté ! J’ai vu dans le cloître de Saint-Trophime des colombes se poser sur les épaules des statues, et j’ai vu les petits lézards gris se chauffer au soleil sur les sarcophages des Aliscamps. Les tombes sont maintenant rangées des deux côtés du chemin qui mène à l’église. Elles sont en forme de cuve et servent la nuit de lit aux malheureux. Un soir, me promenant avec Paul Arène, je rencontrai une bonne vieille qui étendait des herbes sèches dans la tombe d’une vierge antique, expirée le jour de ses noces. Nous lui souhaitâmes une bonne nuit. Elle répondit : « Dieu vous entende ! Mais un sort mauvais veut que cette cuve soit ouverte du côté du mistral. Si la fente se trouvait dans l’autre partie, je serais couchée comme la reine Jeanne. »


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *