Arles selon… Honoré de Balzac

Honoré de BALZAC
1799-1850

L’auteur de la Comédie  humaine a publié sous le pseudonyme d’Horace de Saint-Aubin. C’est le cas de l’ouvrage intitulé Dom Gigadas paru en 1840. où il fait l’éloge des Arlésienne.

Horace de Saint-Aubin. Dom Gigadas. Paris :  1840,  chap. III, p. 29-30

DOM GIGADAS
III
Les Saintes-Marie

Quoi qu’il en fût, le maître et le valet, l’un tirant et l’autre rechargeant le fusil et ramassant les pièces abattues, et tous deux échangeant quelques paroles sur les coups singuliers, se trouvèrent au bout d’une couple d’heures sur la route qui va d’Arles aux Saintes-Maries, et réciproquement. Cette route, d’habitude fort solitaire, et que l’on peut parcourir en entier sans rencontrer un seul être vivant, était alors aussi peuplée qu’une rue de Paris, et présentait un spectacle que les yeux d’un solitaire devaient trouver curieux et ceux d’un jeune homme attrayant. Les belles filles d’Arles passaient dans tout l’éclat de leurs atours printaniers, les unes brunes, les autres blondes, presque toutes également remarquables par la fraîcheur de leur teint et par la régularité de leurs traits. Arles est proverbiale pour la beauté de ses femmes, et maintenant que tout est dégénéré, elle justifie encore cette réputation. Ou peut la traverser en entier sans voir un laid visage, au rebours de Paris, ou l’on peut se promener tout un jour sans découvrir une jolie femme. C’est un héritage que cette ville impériale tient du peuple-roi, et qui, mieux que des théâtres et des statues, témoigne de l’amour que les Humains lui portaient.

Au XVIIe siècle, les Artésiennes se vêtaient d’un costume qui rappelait celui des antiques Romaines, et qui s’alliait bien avec leur beauté imposante. La partie la plus remarquable de ce costume était le drôlet, sorte de tunique à manches courtes, qui se mettait par-dessus la robe et qui a été remplacée par la mante espagnole. Leur coiffure a changé aussi; mais dans tous les temps elles se sont fait remarquer par la coquetterie de leur chaussure qui compose une partie d’autant plus importante de l’habillement, que leurs jupes ne descendent guère qu’à mi-jambe.

Alors comme aujourd’hui, elles employaient de préférence les étoffes claires et brillantes; mais leurs robes dessinaient les hanches au lieu de les ensevelir sous des plis innombrables. Qu’elles y prennent garde, les aimables filles, un étranger qui ne ferait que passer dans leur ville pourrait en inférer que l’exquise pureté de leurs formes commence à s’altérer, et quiconque y séjournera deux jours, attestera que ce serait calomnie.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *