Arles selon… Jean Aicard (3)

Jean AICARD 1848-1921

Romancier, poète, membre de l’Académie française, Jean Aicard est un homme de la Provence centrale, l’actuel département du Var : né à Toulon, maire de son village Solliès-Ville, auteur de Maurin des Maures. Pourtant une partie de son œuvre est consacré au pays d’Arles : une part importante du recueil Poèmes de Provence et ses romans Roi de Camargue et Notre Dame d’Amour.

____________________________________________________________________

ROI DE CAMARGUE

Roi-de-Camargue

Initialement paru en 1891 chez E. Testard avec des illustrations de Georges Roux (voir ci-dessus, ci-contre et ci-dessous), Roi de Camargue est le premier roman de Jean Aicard et l’occasion de décrire la vie des gardians. Le Roi de Camargue est le chef-gardian Jacques Renaud, fiancé à Livette, la fille de son maître. Un avenir heureux leur semble promis, mais Zinzara, une bohémienne, vient semer la discorde entre eux…  

Le roman fera l’objet de deux adaptations cinématographiques sous ce titre, l’une au temps du cinéma muet par André Hugon en 1922 (voir ci-dessous), l’autre par Jacques de Baroncelli en 1934 (voir ci-dessus à droite). Il faut y ajouter Le Gardian de Jean de Marguenat (1946) avec Tino Rossi dans le rôle du gardian Renaud (voir ci-contre). Trois perles du « western camarguais ».

___________________________________________

III

Jacques Renaud, le fiancé de Livette, était, dans cet étrange pays camarguais, «gardian» de taureaux et de chevaux, sur le domaine du Château d’Avignon.

Les «manades», ou troupeaux de Camargue, vivent en liberté, taureaux et cavales, dans la vaste lande, sautant les fossés, pataugeant dans les marais, mâchant les herbes amères, buvant au Rhône, galopant, bondissant, se vautrant, hennissant et meuglant vers le soleil ou vers les mirages, secouant à grands coups de queue les nuées de «mouïssanes» attachées à leurs flancs, puis se couchant par groupes au bord des marais, les genoux repliés sous les lourds poitrails, las et somnolents, leurs yeux pleins de rêve vaguement fixés sur les horizons.

Les gardians, à cheval, les laissent libres, mais surveillent leur liberté ; puis, selon les jours et les pâturages, courent aux manades, les maintiennent, les rassemblent, les dirigent.

De loin, ils apparaissent parfois, immobiles sur leurs chevaux blancs, la pique appuyée à l’étrier fermé, bien droits sur la selle à la «gardiane», comme des chevaliers du moyen âge qui attendent, pour entrer dans la lice, la sonnerie du héraut.

Le cheval camarguais, à forte croupe, puissant d’encolure, la tête un peu lourde, mais bon coursier, descend des cavales sarrasines et du palefroi des croisés. Il a conservé un harnachement ancien. De gros étriers fermés battent ses flancs ; la courroie large de la martingale passe, sur son poitrail, dans un morceau de cuir en forme de coeur, et la selle est un fauteuil où le cavalier s’encastre entre deux solides cloisons, celle de devant aussi haute que le dossier.

A de certains jours, si les nouveaux pâturages sont sur l’autre rive du Rhône, les gardians poussent les manades vers le fleuves. Arrivées au bord, on les presse, on les précipite. Le fleuve roule ses eaux couleur de terre en bouillonnant. Les bêtes hésitent. Quelques-unes, penchant leur tête avec lenteur, boivent, sans savoir ce qu’on leur demande. D’autres, « au ramage » de l’eau, s’animent tout à coup, tendent le col, aspirent l’air bruyamment, puis meuglent et hennissent. Un cheval, que fouette un grdian, se défend, rue, puis se cabre et retombe dans l’eau qui rejaillit sous le poids de tout son ventre…mais il s’est élancé, il nage, et tout suit. Mufles et naseaux, crinières et cornes, s’agitent sur le fleuve Tous soufflent l’écume, l’air, l’eau. Plus d’un, mis en gaieté, mord une croupe voisine. Des pieds se lèvent sur les dos qui les secouent d’une torsion brusque et les rejettent dans les vagues. Parfois, une bête affolée, étourdie de quelque ruade, veut retourner à la rive, et, chassée à nouveau par les gardians, perd la tête, suit le courant, vogue à la mer, se sent faiblir, boit, lutte, tournoie sur elle-même, plonge et boit encore, chavire enfin comme une barque, et disparaît.

Enfin, le gros du troupeau a gagné la rive opposée, se secoue au soleil, s’ébroue de joie et bondit. Les queue fouettent les flans et les coupes. De jeunes chevaux que le bain affole, détalent et, côte à côte, s’enfuient vers l’horizon, se mordant, l’un l’autre, les longs crins de leur crinière envolés.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.