Arles selon… Théodore Aubanel

Théodore AUBANEL
1829-1886

Né à Avignon d’une ancienne famille d’imprimeur, Théodor Aubanel se lie de bonne heure avec Mistral et Roumanille et est un des fondateurs du félibrige. Il publie plusieurs recueils de poèmes et trois drames. On possède de lui plusieurs discours.

Le second recueil de poèmes, Les filles d’Avignon  (Li fiho d’Avignon, 1891) renferme trois poèmes concernant Arles. Ils sont ici présentés ici en version française.

Est aussi publié un extrait d’un discours prononcé par Aubanel lors de l’assemblée général de la maintenance qui s’est tenue à Arles le 28 décembre 1878 et qui révèle la place tenue par cette ville dans la vie du Félibrige.

Soirée à Trinquetaille

A L. de Berluc-Pérussis

Le jour jette ses dernières lueurs ; au loin se répand une fumée bleue, on dirait que les montagnes fument ; dans le grand fleuve noir et calme, on voit courir comme des éclairs le feu des falots qui s’allument.

Le long du Rhône et du radoub, on entend un chant de pêcheur ou le sifflet d’un capitaine ; chanson et bruit de travail peu à peu se sont évanouis, Arles semble un pays de rêves.

Où es-tu, cheval de Camargue ? Cours au galop vers elle, et toi, vers elle emporte-moi, tartane ; ouvre ta voile, au large ! au large !

C’est l’enfant d’un pêcheur, c’est la fille de la Roquette ; pour tout poursuivant impatiente, s’il n’est pas fils du terroire

Plus personne ne marche sur les ponts, tout semble muet ; la ville a sommeil, elle est lasse, elle veut dormir tranquille ; les maisons se sont fermées à clef et de son manteau étoilé la nuit enveloppe la ville.

En Arles

Au statuaire Amy

Avec la grâce de l’Orient et l’allure d’une Moresque, fraîche comme la rosée et l’aube, tenez elle vient de passer devant moi.

Son costume ne l’écrase pas, il semble seulement la caresser, si légèrement est attachée la jupe souple sur ses hanches.

Son corsage riche monte juste où commence le régal des cœurs affamés du beau. des yeux qu’affriande le nu.

Sa taille, fou est celui qui ne la contemple de la ceinture à la nuque ; la ligne pure de la poitrine, quand elle se tourne, bien mieux s’admire.

Laissant au milieu un blanc espace, la mousseline croise ses plis; le sein, fin et rond, remue entre les plis du clair fichu.

Son cou fier, sous les boucles de ses noirs cheveux, se dresse brun; or, diamants, corail à gros grains, sept tours de chaîne l’enlacent.

Un éclair de feu est dans ses yeux, et le long de sa joue un peu pàle s’échappe jusqu’à ses épaules sa chevelure noire comme la nuit.

Muette, elle parle encore avec son sourire ; coiffée du velours fleuri, elle a quelque chose de langoureux et de joyeux impossible à rendre.

0 suave tête! belle autant qu’un marbre trouvé dans le sable du Théâtre antique ou des Arènes avec tes ruines de jadis.

Les filles aiment la farandole, la danse ; cela te plait mieux, toi, de courir aux taureaux, quand le soleil scintille dans le sang qui coule.

A la mamelle tes fils suspendus, un jour viendront à la farandole ; dans l’épouvante et les transes ils ne téteront que meilleur lait.

Tendre avec cela, comme pas une, oh qu’elle a une galante façon d’aimer ! Puissé-je, amoureux, l’accompagner quand elle sort en pleine lune.

Rien qu’à l’apercevoir, le cœur vous tressaute dans la poitrine ; sur la terre, sur la mer, vous la suivriez jusqu’à la mort.

La Vénus d’Arles

A Paul Arène

Ecrit en provençal, ce poème a eu plusieurs traductions en français. Nous vous proposons deux. La première, dûe sans doute l’auteur lui-même, est tirée de l’édition bilingue des Filles d’Avignon  de 1891, d’où sont également extraites les traductions des deux poèmes précédents. La seconde, publiée près de quarante ans plus tard, est celle  de José Rouquet, extraite du n°196/197 (15 décembre 1930) du journal anarchiste L’en-dehors.

Traduction par Théodore Aubanel (?)

A Paul Arène

Tu es belle, ô Vénus d’Arles, à rendre fou ! Ta tête est fière et douce et tendrement ton cou s’incline. Respirant les baisers et le rire, ta fraîche bouche en fleur que va-t-elle nous dire ? Les Amours, d’un ruban avec grâce ont noué tes longs cheveux sur ton front, frisés par petites ondes. 0 blanche Vénus d’Arles ! ô reine provençale ! aucun manteau ne cache tes épaules superbes on voit que tu es déesse et fille du ciel bleu ta belle poitrine nous fascine, et l’œil, plein de rayonnements, se pâme de plaisir devant les jeunes éminences des pommes de ton sein, si rondes et si pures. Que tu es belle ! Venez ! peuples, venez téter à ces beaux seins jumeaux l’amour et la beauté Oh sans la beauté, que deviendrait le monde ? Luise ce qui est beau, que tout ce qui est laid se cache ! Montre-nous tes bras nus, ton sein nu, tes flancs nus, montre-toi toute nue, ô divine Vénus ! la beauté te revêt mieux que ta robe blanche ; laisse à tes pieds tomber la robe qui à tes hanches s’enroule, voilant tout ce que tu as de plus beau : abandonne ton ventre aux baisers du soleil ! Comme le lierre s’enlace à l’écorce d’un arbre, laisse-moi dans mes embrassement s’étreindre en plein ton marbre laisse ma bouche ardente et mes doigts frémissants courir amoureux partout sur la blancheur de ton corps. 0 douce Vénus d’Arles ô fée de jeunesse! ta beauté qui rayonne sur toute la Provence fait belles nos filles et sains nos garçons sous cette chair brune, ô Vénus il y a ton sang, toujours vif, toujours chaud. Et nos jeunes
filles alertes, voilà pourquoi elles s’en vont la poitrine découverte; et nos gais jeunes hommes, voilà pourquoi ils sont forts aux luttes des taureaux, de l’amour, de la mort. Et voilà pourquoi je t’aime – et ta beauté m’ensorcelle – et pourquoi, moi chrétien, je te chante, ô grande païenne.

Traduction par José Rouqué

A Paul Arène

Tu es belle, ô Vénus d’Arles, à faire devenir fou !
Ta tête est fière et douce et tendrement ton cou
S’incline. Respirant les baisers et le rire,
Ta fraiche bouche en fleur que va-t-elle nous dire ?
Les amours, d’une bandelette, avec grâce ont noué
Tes longs cheveux sur ton front, par ondes frisés.
O blanche Vénus d’Arles, O reine provençale,
Aucun manteau ne cache tes superbes épaules ;
On voit que tu es déesse et fille du ciel bleu ;
Ta belle poitrine s’offre à nous, et l’œil plein de flammes
Se pâme de plaisir devant les jeunes hauteurs
Des pommes de ton sein, si rondes et si pures.
Que tu es belle !… Venez, peuples, venez téter
À ses beaux seins jumeaux, l’amour et la beauté.
Oh ! sans la beauté que serait le monde ?
Que luise tout ce qui est beau, que tout ce qui est laid se cache !
Fais voir tes bras nus, ton sein nu, tes flancs nus,
Montre-toi toute nue, ô divine Vénus !
Ta beauté t’habille mieux que ta robe blanche ;
Laisse à tes pieds tomber la robe qui, autour de tes hanches,
S’enroule, cachant tout ce que tu as de plus beau :
Abandonne ton ventre aux baisers du soleil !
Comme le lierre s’agrippe à l’écorce d’un arbre.
Laisse dans mes embrassades étreindre en plein ton marbre ;
Laisse ma bouche ardente et mes doigts tremblants
Courir, amoureux, partout sur ton corps blanc,
O douce Vénus d’Arles ! Ô fée de jouvence !
Ta beauté qui répand sa clarté dans toute la Provence
Fait belles nos filles et nos gars sains ;
Sous cette chair brune, Ô Vénus ! il y a ton sang,
Toujours vif, toujours chaud. Et nos filles alertes,
Voilà pourquoi elles s’en vont, la poitrine ouverte ;
Et nos gais jouvents, pourquoi ils sont forts
Aux luttes de l’amour, des taureaux et de la mort.
Et voilà pourquoi je t’aime, — et ta beauté m’égare,
— Et pourquoi, moi chrétien, je te chante, ô grande païenne !

Discours de Teodor Aubanel sendi de Prouvènco, prounouncia dins l’assemblado generalo de la Mantenènço, tengudo en Arles, lou 29 de désèmbre de 1878

L’an dernier, au mois de septembre, la Société de la Cigale, qui est composée de la fleur des méridionaux transplantés dans Paris, la société de la Cigale vint felibréger et fraterniser, en Arles, avec les Fêlibres de Provence. Il y eut concours poétique, des jeux, desfaran-
doles ; course de taureaux aux arènes, représentation provençale au théâtre. Le peuple arlésien, ébloui et tressaillant, acclama les Cigaliers de Paris et les sociétaires de la Pomme, députés par les poètes normands. Ce triomphe, cet enivrement dura trois jours. Pour avoir une idée de ces fêtes mémorables, et de l’impression qu’elles ont laissée dans notre pays, il n’y a qu’à lire l’article de Ponsirade du journal lou Prouvençau. *

* Parmi les journaux qui ont écrit sur les fêles de la Cigale à Arles, nous citerons encore: l’Evénement, le Gaulois, la Petite Presse, l’Illustration, l’Univers Illustré et le Monde Illustré; ces trois-derniers ont donné des dessins remarquables de leurs correspondants MM. Maurou, Hercule et Tralmis.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *