Arles selon… deux voyageurs allemands du XVème siècle, Hans von Waltheym et Hieronymus Münzer

Hans von Waltheym, Hieronymus Münzer

Deux Allemands ont visité Arles à la fin du XVe siècle : Hans von Waltheym en 1474 et Hieronymus Münzer en 1494. Ils ont l’un et l’autre décrit la ville. Ils se sont intéressés à un certain nombre de réalités : les unes ont retenu l’attention des deux voyageurs, les autres n’ont frappé que l’un d’eux. Si tous deux ont été sensibles à l’importance d’Arles et à la figure de Louis Aleman, le premier, patricien saxon de la ville de Halle, s’intéresse tout particulièrement aux reliques qui ponctuent son pélerinage, alors que le second, médecin humaniste natif de Nürenberg, est plus impressionné par les restes du passé romain.

Bibliographie

Sur  les deux voyageurs

Deux voyageurs allemands en Provence au XVe siècle, numéro spécial de Provence historique, t. 41 fasc. 166, 1991. Voir notamment l’article et les document suivants :

Jérôme Münzer, « L’itinéraire de Jérôme Münzer : en l’an 1495 (traduction Paul Amargier et Jean-Louis Charlet) », p. 586-599

Louis Stouff. Arles au Moyen Age. La Thune, 2000, p. 28-35

Sur Hans von Waltheym

R. Dürrer, Bruder Klaus. Die ältesten Quellen über den seligen Nikolaus von der Flüe, sein Leben und seinen Einfluss, I. Sarnen 1917-1921, p. 58-66 Auszüge

F. E. Welti,

« Hans von Waldheims Reisen durch die Schweiz im Jahre 1474 », Archiv des Historischen Vereins des Kantons Bern, 25, 1920, p. 89-154 Auszüge.

Die Pilgerfahrt des Hans von Waltheym im Jahre 1474, Bern 1925.

Die Pilgerfahrt des Hans von Waltheym im Jahre 1474. Herausgegeben von Friedrich Emil Welti. Bern : Gedruckt bei Stämpfli & Cie, 1925.

A. Werminghoff, « Das Oberbadische Land im Pilgerbuche des Hans von Waldheim », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 76, 1922, pp. 74-83 Auszüge

Birte Krüger/Klaus Krüger (Hg.). Ich, Hans von Waltheym.  Bericht über eine Pilgerreise im Jahr 1474 von Halle in die Provence. Mitteldeutscher Verla, 2014. (Forschungen zur hallischen Stadtgeschichte, Bd. 21).

Sur Hieronymus Münzer

Hieronymus Münzer, Le voyage de Hieronimus Monetarius à travers la France, 17 septembre 1494-14 avril 1495, F. Paillart,‎ 1939.

L. Pfandl, « Itinerarium hispanicum Hieronymi Monetarii (1494-1495) », Revue. Hisp., 48, 1920, p. 1-179.

Eugène Deprèz. « Jérôme Münzer et son voyage dans le Midi de la France en 1494-1495 », Annales du Midi, t. 48, 1936, p. 56-79. Article suivi du texte en latin.

Ph. Goldschmidt, « Le voyage de Hieronimus Monetarius à travers la France », Humanisme et Renaissance, t. 6, 1939, p. 55-75, 198-200, 324-348, 529-539.

Le pèlerinage de Hans von Waltheym – 1474
Extrait concernant Arles et les Saintes-Maries
Traduction Annie Faugère

Item, Arles est une grande ville et le Rhône y coule. L’auberge s’appelle « Au cheval blanc ». Arles est un archevêché et l’archevêque s’appelle Archiepiscopus Arlatensis etc.

Item, à Arles dans l’église, est enterré le cardinalis Arlatensis : il s’appelle Ludovicus. Il était, dans le consilium Basiliensis, vice cancelarius et habitait à Bâle dans la maison des chevaliers teutoniques. Ça, je l’ai vu à l’époque souvent, moi, Hans von Waltheym ; je n’en doute pas. L’honorable Heinrich Wennemar bourgmestre de Magdebourg l’a vu à Bâle souvent et bien vivant et à Bâle il s’appelait Cardinalis Arlatensis etc.

Item, ce même cardinal, les Français l’appelaient saint Louis et il a fait là beaucoup de grandes manifestations et de grands miracles car, dans le chœur où il repose il y a, et sont suspendus beaucoup de cierges et images de cire aussi grandes que des adultes. Il y a aussi suspendues de nombreuses armures et autres choses. Mais il n’est encore ni canonisé ni béatifié. Le pape  ne veut pas le béatifier parce qu’il était un conciliariste et était au concile de Bâle. C’est pourquoi il reste non béatifié etc.

Item, devant la ville d’Arles, il y a beaucoup de moulins à vent sur des tours en pierre etc.

Item, devant la ville d’Arles, le grand prince de la chrétienté, le seigneur Roland a combattu contre les païens ainsi qu’on peut encore le voir aux ossements etc.

Item, le jeudi après Saint Marc l’évangéliste ou Misericordias Domini nous  écoutâmes la messe à Arles, tôt, dans la cathédrale, près du tombeau de saint Louis, qui s’appelle « Ad beatam Mariam Annunciatam » etc.

Item, dans la ville des Trois Maries il y a un monastère de l’ordre des Bénédictins. Il n’y a là pas plus de deux moines. Dans l’église reposent les deux sœurs de sang de Notre-Dame, et Marie Jacobé et Marie Salomé et le corps de sainte Sarah qui a été la servante de Notre-Dame et, en plus, la tête de saint Jacques le petit etc.

Item, dans cette même église on célèbre les fêtes de ces sa intes. Pour sainte Marie Jacobé, le vingt-cinquième jour du mois de mai et pour Marie Salomé le vingt-deuxième jour du mois d’octobre.

Item, les deux saintes Marie ont été enterrées sous l’église dans une caverne dans une grotte. Les chanoines me donnèrent de la terre dans laquelle elles ont été enterrées et je la rapportais avec moi au pays etc.

Item, au milieu de l’église il y a une fontaine. Celui qui a les fièvres et boit de cette fontaine est guéri de la maladie.

Item, la ville se trouve dans la mer et vers la Catalogne et appartient au roi de Sicile.

Item, sur un mille de chemin on n’apas d’eau douce, mais de nombreux fossés en apportent du Rhône à travers la campagne. Cette eau n’est pas très fraîche. Item, entre Arles et les TroisMaries, notre plus grande crainte et peur c’étaient les Catalans qui habitent très près. Ils prennent les gens, ils les enchaînent sur des bateaux. Ils doivent ensuite ramer et rester prisonniers à vie etc.

Item, aux Trois Maries, le soleil fait aussi du sel exactement de la même manière qu’à Marseille. Il y avait là vingt-trois tas de sel, chacun aussi grand qu’un tas de foin ici au pays quand trois ou quatre charretées de foin sont à côté les unes des autres. Dans l’église des Saintes-Maries est écrit la collecte suivante. Propiciare quesumus, Domine, nobis famulis tuis per beatarum virginis etmatris tue Marie sororumque tuarumque matertarum Marie Jacobi et Marie Salome, quarum corpora in presenti requiescunt ecclesia, merita gloriosa, ut earum pia intercessione ab omnibus semper protegamur adversis per eum qui venturus etc. [Traduction : Sois propice, Seigneur, envers nous tes serviteurs par les mérites glorieux de la sainte Vierge ta mère et des sœurs de ta mère les saintes Marie Jacobé et Marie Salomé dont les corps reposent dans la présente église, afin que par leur pieuse intercession nous soyons toujours protégés de toute adversité, par Celui qui vient etc.]

Item, le soir, après le dîner, nous allâmes nous promener au bord de la mer. En ville, en chemin dans une auberge, un prêtre se joignit à nous. Il avait été en Catalogne chez ses amis. Il nous fut dit qu’il voulait aller le lendemain à Arles. Ce même prêtre était avec nous et nous avec lui et nous décidâmes d’aller ensemble le vendredi à Arles etc.

Item, le vendredi, tôt, nous fîmes les sept milles des Trois Maries à Arles et le prêtre nous précéda et nous guida à travers les flaques d’où la mer s’était retirée, de sorte que nous chevauchâmes deux milles plus près qu’à l’aller etc.

Item, à Arles nous mangeâmes et continuâmes jusqu’à Tarascon : trois milles etc.

L’itinéraire de Jérôme Münzer – 1495
Extrait concernant Arles
Traduction Paul Amargier & Jean-Louis Charlet

12 septembre. Quittant Marseille, admirant au passage les superbes arcs de l’aqueduc, traversant durant 15 lieues des champs féconds, puis des contrées stériles, nous arrivâmes, enfin, à Arles, la plus vieille ville de Provence. Passant sur les bords d’un grand lac poissonneux, nous découvrîmes ensuite d’innombrables sépultures. Ce sont des sarcophages sculptés, de telle sorte que dix ou quatorze corps peuvent être ensevelis dans chacune de ces urnes, fermées par des dalles de pierre. Elles sont innombrables et rien, à travers le temps, ne peut les entamer.

Dans la cité, que je pense plus grande que Marseille, je suis entré dans la chapelle de saint Antoine : sa tête et la majeure partie de ses ossements furent exposés en grande pompe et avec cantilènes. Nous avons vu aussi dans la haute église, épiscopale, le corps de saint Trophime, le premier évêque d’Arles, qui était l’un des 72 disciples. De même, la tête de saint Etienne, le proto-martyr, et plusieurs autres reliquaires superbement décorés d’or et d’argent. De même la sépulture de saint Louis d’Arles, évêque, célèbre par ses miracles.

Louis-AlemanLouis-Aleman-2A, Arles, il y a aussi un théâtre construit autrefois par les Romains de façon remarquable. Autour d’un espace central, 62 arcades, édifiées en,très grand appareil et plein cintre, entourent l’ensemble : constructions semblables à celles de Vérone ou du Colisée à Rome. Inestimables, sans aucun doute, sont de telles œuvres.

Aujourd’hui, de pauvres gens habitent ce théâtre, ayant leurs cahutes dans les cintres et sur l’arène. Il est hors de doute, ainsi qu’il appert de ces ruines, qu’Arles est très ancienne, si souvent célébrée dans, l’Antiquité. Au nord, autour des murs, coule le Rhône ; à l’orient et à l’occident, de très fécondes plaines ; au midi, jusqu’à Salon, une plaine stérile et pierreuse, occupée jadis par la mer.

 Plus loin, à six lieues d’Arles, il y a es Trois Maries, où reposent les corps de Marie-Cléophas, Salomé, Jacobée. Il y a là de remarquables salines. Au-dessus d’Arles, sur le Rhône, est situé Tarascon où repose le corps de la bienheureuse Marthe, celle qui fut sollicitée par les nombreux soins du service.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *