Google / Europeana

J’ai écrit dans la chronique du 3 décembre :

Google suscite ces temps-ci de nombreuses inquiétudes concernant la mainmise d’une organisation sur le patrimoine intellectuel de l’humanité. Celles-ci sont peut-être justifiées, mais en attendant, force est de constater que de nombreux ouvrages anciens s’y trouvent qui ne sont (encore) disponibles ailleurs. Alors, n’hésitons pas à utiliser ce fabuleux outil en attendant que les bibliothèques nationales européennes aient vraiment développé Europeana.

Je voudrais apporter ici un correctif. Dans le numéro de la Gazette des communes daté du 14 décembre, j’ai pu lire un article intitulé « Bibliothèque : faut-il avoir peur de l’offensive Google ? ».

Y sont confrontés les arguments des partisans et les adversaires d’une collaboration des bibliothèques avec la célèbre société californienne.

  • Parmi les premiers, la bibliothèque municipale de Lyon et l’Inspection générale des finances qui a encouragé la BNF à se rapprocher de Google.
  • Parmi les seconds, douze des dix-sept associations adhérentes à l’Interassociation archives-bibliothèques-documentation (IADB) qui développe ses arguments contre Google sur son site, dans la partie consacrée à la numérisation des oeuvres.

L’ensemble de l’article est fort intéressant, entre autre sur les œuvres orphelines, mais je me contenterai d’en citer l’extrait suivant :

Les bibliothèques sont-elles condamnées à devoir choisir entre Google et le sous-développement numérique ? « Pas du tout ! Il existe une solution alternative, c’est Europeana », rétorque l’IADB qui a fait les comptes : la bibliothèque numérique européenne propose déjà – gratuitement – 4 millions de documents dans leur intégralité (contre 1 million sur les 10 numérisés par Google).

Ainsi, Europeana offre beaucoup plus de documents que je ne le pensais. Mea culpa, maxima culpa. Je reviendrai sur cette bibliothèque numérique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.