La cigale et la fourmi : anthologie

J’avais commencé voici quelque temps la collecte de fables sur le thème de la cigale et de la fourmi. J’ai notamment utilisés des  sites spécialisés dans les fables – Fables affables ; Shanaweb – ou des documents en ligne – La Fontaine pastiché – que je vous invite à visiter pour compléter cette petite anthologie.

______________________________________________

En guise d’introduction
Louis Moland
Analyse des fables de La Fontaine

La fable de la Cigale et la Fourmi est une des plus anciennes et des plus répandues qui existent. On la trouve dans les conteurs du moyen âge aussi bien que dans Ésope et dans Phèdre. Une des plus jolies versions qu’on en connaisse est celle du « Chastoiement d’un père à son fils, » poëme didactique du XIIIe. siècle, imité de la Disciplina clericalis de Pierre-Alphonse; elle commence ainsi :

Un saiges hom dist à son fils :

Filz, esgarde com li formiz

Porchace son vivre en esté,

Que en hiver en ait plenté…

La fourmi a de tout temps servi à donner aux hommes des leçons de travail et d’épargne. Salomon a dit dans ses Proverbes :
» Allez à la fourmi, ô paresseux ; considérez sa conduite et apprenez à devenir sage ;
« Puisque, n’ayant ni chef, ni maître, ni prince, « Elle fait néanmoins sa provision durant l’été et amasse pendant la moisson de quoi se nourrir. »
Quelques naturalistes ont essayé de détruire cette antique réputation de la fourmi. Quand leurs observations seraient exactes, elles n’auraient point d’importance en ce qui concerne l’apologue, qui ne prétend nullement à l’infaillibilité scientifique. On pourrait faire remarquer aussi que la cigale ne se serait souciée ni de mouche ni de vermisseau, car elle ne se nourrit pas d’insectes.

On a souvent critiqué la moralité de cette fable. Cela tient à ce que l’on s’est placé, pour la juger, à un point de vue faux. On suppose que La Fontaine présentera fourmi comme un modèle à suivre de tout point. Ce n’est pas ainsi qu’il faut l’entendre. La fourmi remplit son rôle conformément au caractère que l’apologue lui prête. Elle est laborieuse, elle est économe, mais elle est peu charitable. La cigale est imprévoyante : les défauts se font contraste, l’un punit l’autre. Le Noble, qui refit cette fable après La Fontaine, pour rendre la cigale plus coupable et faire paraître la fourmi moins dure, raconte que la cigale, pendant l’été, se moquait de la peine que prenait la fourmi. La revanche de celle-ci est de la sorte un peu plus légitime, mais non pourtant exemplaire.

Quelques-uns des anciens fabulistes qui ont traité le même sujet se sont abstenus d’attribuer à la fourmi un refus positif. Dans la poétique fable du persan Saadi, le Rossignol et la Fourmi., la fourmi se borne à dire : « Vous n’avez pas réfléchi, jeune insensé, que le printemps est suivi de l’automne. » De même saint Cyrille fait adresser à la malheureuse cigale un long sermon par celle qu’elle implore, sans indiquer si, à la suite de son beau discours, la fourmi se montrera impitoyable ou se laissera attendrir. Dans le poète persan, on peut supposer que la fourmi garde trop bon souvenir des chansons dont le rossignol l’a régalée tout l’été, pour se montrer inflexible. Quant à la fourmi de saint-Cyrille, c’est une bonne religieuse, un peu trop prodigue sans doute d’admonestations appuyées de textes de la sainte Écriture, mais qui, pour être conséquente avec elle-même, s’empressera de réchauffer celle qui a froid et de nourrir celle qui a faim. Autre est le personnage de La Fontaine : c’est, comme l’a si bien représenté le dessinateur Grandville, l’âpre fermière normande aux yeux secs, aux traits durs, qui n’a jamais été sensible aux charmes de la musique et dont le malheur du prochain ne saurait toucher l’âme. La Fontaine a été jusqu’au bout dans le caractère de ce personnage, et lui a fait répondre par une méchante plaisanterie à la requête de la cigale. Comme moralistes, Saadi et saint Cyrille sont sans doute plus prudents. Comme artiste, La Fontaine a eu raison.

On ne peut certes reprocher à La Fontaine d’avoir incliné, par un effet de son caractère et de son humeur, du côté des thésauriseurs impitoyables, lui qui avait chanté tout l’été, comme la cigale, et qui se trouva fort dépourvu quand vinrent l’âge et l’hiver. Heureusement pour lui, ni Mme de La Sablière, ni Mme d’Hervart ne ressemblaient à la fourmi trop parcimonieuse.

______________________________________________

 Ésope (VIIe-VIe siècle av.JC)
De la fourmi et de la cigale

La Fourmi faisait sécher son froment qui avait contracté quelque humidité pendant l’hiver. La Cigale mourant de faim, lui demanda quelques grains pour subvenir à sa nécessité dans la disette où elle se trouvait. La Fourmi lui répondit durement qu’elle devait songer à amasser pendant l’été pour avoir de quoi vivre pendant l’hiver. « Je ne suis point oisive durant l’été, répliqua la Cigale, je passe tout ce temps-là à chanter. – Oh bien, repartit la Fourmi, puisque cela est ainsi, je vous conseille de danser maintenant ; vous méritez bien de mourir de faim. » Cependant que nous avons force du corps, il faut que nous fassions provision pour sustenter notre viellesse débile. Par l’hiver tu entendras la vieillesse par l’été, l’adolescence et la fleur de ieunesse.

Phèdre
La Fourmi et la Mouche

La Fourmi et la Mouche contestaient assez vivement de leur prix. La Mouche commença la querelle en disant : « Peux-tu bien comparer ta position à la mienne ? dans les sacrifices, je goûte la première les entrailles des victimes; j’établis ma demeure sur les autels , et je parcours ainsi tous les temples sacrés. Je siège sur le front des rois, et, si je veux même, je cueille un baiser sur la bouche de la femme la plus chaste : je ne fais rien et je jouis des plus beaux avantages. Eh bien! est-il dans ton existence quelque chose de comparable, misérable campagnarde? — Sans doute, répondit la Fourmi, il est. glorieux de siéger au banquet des Immortels, mais comme convive, et non comme parasite importun. Tu habites les autels; mais, dès que l’on t’y aperçoit, on te chasse. Tu parles de rois, de baisers surpris aux dames : folle! tu te vantes là de choses que, par pudeur, tu devrais cacher. Tu ne fais rien ; mais aussi, lorsque le besoin se fait sentir, tu n’as rien. Tandis que j’amasse avec ardeur quelques grains pour mon hiver , je te vois voltiger le long des murs, cherchant un honteux repas. L’été, tu me fatigues de tes bourdonnemens ; pourquoi te tais-tu donc l’hiver ? Lorsque le froid te saisit et te tue, je rentre saine et sauve dans ma demeure, où je trouve l’abondance. En voilà assez, je crois, pour rabattre ton orgueil. »
Cette fable nous apprend à connaître deux caractères différens, celui de l’homme qui fait parade de faux avantages, et celui de l’homme dont la veru brille d’un solide éclat.

Gilles Corrozet (1510-1568)
Des fourmis et de la cigale ou grillon

Une grand’troupe de fourmis
Ensemble en un creux s’étaient mis,
Et avaient durant tout l’été
Amassé grande quantité
De blé, qu’ils avaient pu trouver
Pour se nourrir durant l’hiver ;
Lequel venu, une cigale
De qui la cure principale
Est de chanter l’été durant,
Laquelle était faim endurant,
Vint aux fourmis, et leur pria
Lui donner si peu qu’il y a
De leur blé. Ce qu’ils refusèrent,
Et par rigueur lui demandèrent
Qu’elle avait fait l’été passé,
Sans avoir son pain amassé.
Dit la cigale :  » Je chantais
Et par les blés je m’ébattais. –
Lors, dirent les fourmis ainsi,
Il faut que l’endures aussi
Puisqu’ainsi est que tu as tant
Chanté l’été en t’ébattant,
Il te faut en hiver danser
Ainsi te faut récompenser.  »
Qui ne pourvoit en temps et heure
En grand’nécessité demeure

Issac de Bensserade (1612-1691)
La cigale et la fourmi

On connaît les amis dans les occasions.
Chère Fourmi, d’un grain soyez-moi libérale ;
J’ai chanté tout l’été : tant pis pour vous Cigale ;
Et moi j’ai tout l’été fait mes provisions.
Vous qui chantez, riez, et toujours sans souci,
Ne songez qu’au présent, profitez de ceci.
Pleurs, dit un vieux refrain, sont au bout de la danse.
J’ajoute : l’on périt faute de prévoyance.

Jean de La Fontaine (1621-1695)
La cigale et la fourmi

La cigale , ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.

Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
«Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’oût , foi d’animal,
Intérêt et principal.»

La fourmi n’est pas prêteuse ;
C’est là son moindre défaut
«Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
– Vous chantiez ? j’en suis fort aise.
Eh bien : dansez maintenant.»

Charles Lenfant, chevalier de Saint-Gilles (….-….)
La cigale et la fourmi

(extrait de La Muse mousquetaire, 1709)

Le temps n’est plus de la belle saison ;
L’hiver approche , et la neige à gros flocon
Tombe du ciel. Cigale verdelette
Ne chante plus : autre soin l’inquiète ;
C’est du dîner dont il est question.
Mais où dîner ? Car de provision
Il n’en est point ; nulle précaution.
D’aller aux champs sucer la tendre herbette
Le temps n’est plus. [variante : Il n’est plus temps]
Elle va droit à l’habitation
De la fourmi. Belle réception,
Mais rien de plus. Il faut faire diète
Quand on est vieux. C’est trop tard qu’on regrette
Les jours perdus et de faire moisson
Le temps n’est plus. [variante : Il n’est plus temps]

Edouard Jouin (XVIIIème)
La cigale et la fourmi

Par un soleil d’hiver, hélas ! bien court été,
La Fourmi butinait parmi l’herbe flétrie.
Elle voit la Cigale à la mine amaigrie
Qui se mourait de faim pour avoir trop chanté.
Prends ce grain, lui dit-elle, et qu’avec la gaieté
Il te rende la vie.
Tu ne trouves plus rien, mais j’ai dans mon grenier
Les trésors du beau temps dernier :
Ne crains donc plus la faim : chante encore, pauvre amie

Jean-Espérance-Blandine de Laurencin (1733 – 1812)
La cigale et la fourmi

Dame cigale, en la belle saison ,
Où tout se trouve en abondance,
Ne pensant qu’à faire bombance,
Chantoit, sautoit de buisson en buisson;
Et de la Fourmi, sa voisine ,
Railloit l’humeur chagrine.
A son compte toujours pensant à l’avenir,
L’avare de son bien ne savoit pas jouir.
Sans cesse accumuler, quelle étrange folie !
La Fourmi cependant alloit toujours son train.
Et sa dépense étoit remplie
Abondamment du meilleur grain.

Comme en ce bas monde tout passe !
Du beau temps l’hiver prit la place.
Aux champs, plus d’herbe ni de fleur,
Tout fut brûlé par la saison glaciale.
N’ayant rien gardé, la cigale
Très-fréquemment dinoit par cœur.
Elle alloit périr de misère :
En cette extrémité que faire ?
Je connois bien , dit-elle, un grenier bien fourni ;
Mais cette avare, la fourmi,
Ne m’en ouvrira pas la porte.
Allons la trouver cependant;
Car autrement, Je suis une cigale morte.
Elle y va ; la fourmi soudain
Lui donne un sac du meilleur grain;
Puis ajoute : Voyez, ma mie,
A quoi sert mon économie !
Aurois-je pu sans elle ainsi vous soulager !
Et jouir du plaisir si doux de partager ?
Cependant soyez diligente ;
Vous n’aurez pas toujours un tel appui :
Car quand on compte sur autrui,
On est souvent trompé dans son attente.

Ce même sujet a été traité par le célèbre La Fontaine, et si j’ai osé le remanier après lui, c’est que , suivant la remarque d’un écrivain non moins fameux dans un autre genre, la moralité de sa fable est mauvaise, ou présente du moins un mauvais côté.

Jean Jacques Boisard (1744-1833)
La cigale et la fourmi

Chante , chante, ma belle amie,
Étourdis-toi ; voltige avec légèreté ;
Profite bien de ton Été,
Et vite hâte-toi de jouir de la vie;
L’Hiver approche…..Ainsi parloit un jour
La Fourmi thésauriseuse
A la Cigale, à son gré trop joyeuse ;
Avez-vous dit, radoteuse m’amour,
Lui répliqua la chanteuse ?
L’Hiver approche ! Hé bien-nous mourrons toutes deux;
Vos greniers seront pleins, et les miens seront vides ;
Or donc, en maudissant les Dieux,
Vous quitterez bientôt vos épargnes sordides…
Moi, je veux en chantant aller voir mes ayeux.
Aussi je n’ai jamais retenu qu’un adage :
Amasser est d’un fol, et jouir est d’un sage.

Laurent P. Jussieu (1792-1866)
L’abeille et la fourmi

(extrai de Fables et contes en vers)

À jeun, le corps tout transi,
Et pour cause,
Un jour d’hiver, la fourmi,
Près d’une ruche bien close
Rôdait plein de souci.
Une abeille vigilante
L’aperçoit et se présente :
« Que viens-tu chercher ici?
Lui dit-elle – Hélas, ma chère,
Répond la pauvre fourmi,
Ne soyez pas en colère.
Le faisan, mon ennemi,
A détruit ma fourmilière;
Mon magasin est tari;
Tous mes parents ont péri
De faim, de froid, de misère.
J’allais succomber aussi,
Quand du palais que voici
L’aspect m’a donné courage.
Je le savais bien garni
De ce bon miel, votre ouvrage;
J’ai fait effort, j’ai fini
Par arriver sans dommage.
Oh! me suis-je dit, ma sœur
Est fille laborieuse;
Elle est riche et généreuse,
Elle plaindra mon malheur;
Oui, tout mon espoir repose
Dans la bonté de son cœur.
Je demande peu de chose;
Mais j’ai faim, j’ai froid, ma sœur !
– Oh! oh! répondit l’abeille,
Vous discourez à merveille;
Mais, vers la fin de l’été,
La cigale m’a conté
Que vous aviez rejeté
Une demande pareille.
– Quo i? Vous savez ?
– Mon Dieu, oui,
La cigale est mon amie.
Que feriez-vous aujourd’hui
Si j’étais insensible et fière,
Si j’allais vous inviter
À promener ou chanter ?
Mais rassurez-vous, ma chère;
Entrez, mangez à loisir ;
Usez-en comme du vôtre ;
Et surtout, pour l’avenir,
Apprenez à compatir
À la misère d’un autre. »

Barthélemy de Beauregard (1803–18??)
La Cigale et la fourmi

La Cigale est un peu flâneuse,
Peu prévoyante et trop chanteuse ;
Ce sont là ses mauvais côtés ;
Mais elle a bien ses qualités :
Nul ne sait mieux pardonner une injure
On connaît sa mésaventure,
Quand, au plus fort de la froidure,
Une voisine, hélas ! d’un ton plein de dédain
Lui refusa jusqu’au plus petit grain.
Un jour, de grandes fourmis rouges,
Race anglaise, par la couleur,
Et plus encore par le coeur,
En bataillons pressés, s’échappant de leurs bouges,
Enlevaient, en passant, de nombreux pucerons
Pour allaiter leurs nourrissons,
S’applaudissaient de ces tristes victoires,
Et venaient subjuguer de pauvres fourmis noires,
Les asservir, s’emparer de leurs biens,
En faire enfin, chose à peu près égale,
Des Irlandais ou des Indiens.
Du haut d’un buisson, la Cigale,
Apercevant cette bande infernale
Dont elle sait les coupables desseins,
Et voyant à ses pieds
Justement la voisine
Dont, au plus fort de la famine,
Elle n’avait reçu que des refus grossiers,
Descend, vole, l’appelle :
« Vite ! vite ! courez, dit-elle;
Voici venir votre rouge ennemi. »
Elle aussi court, crie en jetant l’alarme,
Pour rassembler tout le peuple fourmi,
Et trouve un indicible charme,
Au souvenir d’un vieux méfait,
A s’en venger par un bienfait.
Honteuse et repentante,
Mais aussi bien reconnaissante,
La Fourmi vint, pour elle et pour ses gents,
Apporter des remerciments,
Promettant bien désormais d’être bonne,
Et, sinon de prêter toujours ;
Car on en est souvent pour ses débours.
De faire au moins toujours l’aumône.

Paris, 26 décembre 1863. Suite de la fable de La Fontaine

Louis-Dominique Champeau (1817-1880)
La cigale et la fourmi 

LA CIGALE.
J’ai chanté
tout l’été,
Mais je suis bien dépourvue,
Depuis que la bise est venue
Pas un seul petit morceau
De mouche et de vermisseau !
Irai-je crier famine
Chez la fourmi, ma voisine?
Je la vois venir quel bonheur!
Bonjour, ma sœur !

LA FOURMI.
Bonjour, ma mie !

LA CIGALE.
Secourez-moi, je vous prie. Comment ?
Veuillez me prêter
Quelque grain, pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
Car mon angoisse est mortelle,
Je vous paîrai, foi d’animal.
Intérêt et principal.

LA FOURMI.
Oh, oh ! je ne suis pas prêteuse,
C’est là mon moindre défaut.
Que faisiez-vous ou temps chaud ?
Répondez, belle emprunteuse.

LA CIGALE.
Nuit et jour, à tout venant,
Je chantais, ne vous déplaise.

LA FOURMI.
Vous chantiez, j’en suis fort aise ;
Eh bien ! dansez maintenant.

LA CIGALE.
Apprenez la prévoyance
Dès votre enfance.
Puisse ma mort,
Vous faire éviter mon sort !

Raymond Belfeuil (18?? -1???)
La cigale et sa fille

Une vieille cigale
S’emportait
Contre sa fille qui chantait :
« Ma fille, crains la rafale,
Disait-elle ; tes chants causent mon désespoir.
Pourquoi perdre le temps, du matin jusqu’au soir ?
C’est un grand mal que la paresse !
Ramasse un peu de grain avant qu’il fasse noir,
— Calmez-vous, répondit la fille, rien ne presse.
Les vieilles gens sont toujours en souci !
Les étés sont longs, Dieu merci !
De quoi vous mettez-vous en peine ?
En paressant je me crois reine.
Si le travail, d’ailleurs, offre tant d’agrément,
Pourquoi ne m’avoir pas élevée autrement ? »

Les enfants de leurs mères
Sont les juges les plus sévères.
Le bon exemple, assurément.
Est le plus sage enseignement.

Charles Beaulieu 18??-????
La Cigale et la Fourmi
Contre-partie des fables de Jean de la Fontaine

A Mademoiselle Ernestine A***

Une vieille fourmi lasse enfin d’amasser,
A jouir voulut commencer;
Je suis riche, dit-elle, et souvent je m’ennuie;
On dit que les beaux arts enfantent la gaîté :
Cultivons les beaux arts; les beaux arts dans la vie
Doivent par l’agrément, avoir sur la santé,
Une douce influence;
Si j’apprenais la danse?
A mon âge danser! Non, apprenons le chant :
Dame cigale en ce moment,
De besogne étant peu pressée,
De m’enseigner elle prendra le soin,
Pour l’honneur seul ; car elle est trop sensée
Pour douter que du riche on puisse avoir besoin.
Dans sa généreuse pensée,
Notre fourmi s’en va trouver
Son ancienne emprunteuse,
Cigale la chanteuse ;
Et pour le lui faire approuver,
Expose son projet.
La cigale moqueuse,
Sourit, Et dit :
Moi pour vous plaire ,
Répondre à votre désir,
Nenni : Rappelez-vous ma chère,
Que je refuse le plaisir,
A celle , qui pour me punir,
Me refusa le nécessaire.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *