Uchronies individuelles : tentative de classification

Voici quelques années, je vous avais proposé une chronique sur les uchronies. Celles-ci ont généralement pour cadre et pour un objet un déroulement alternatif de l’histoire à partir d’un point de divergence qui peut être un phénomène naturel, comme la peste noire de 1348, l’Europe étant touchée plus durement que dans notre réalité (La Porte des mondes de Robert Silverberg ou Chroniques des années noires  de Kim Stanley Robinson) ou un évènement politico-militaire, les plus classiques étant  la victoire de l’Allemagne lors de la Seconde guerre mondiale (Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick ou Fatherland de Robert Harris) ou celle de Napoléon en Russie (Napoléon et la conquête du monde: 1812 à 1832 de Louis-Napoléon Geoffroy-Château), au Moyen-Orient (Histoire de ce qui n’est pas arrivé de Joseph Méry) ou à Waterloo (Echec au temps de Marcel Thiry et pas mal autres…). Par rapport à notre propre histoire, les modifications  sont telles qu’elles touchent des sociétés entières.

Il existe cependant des uchronies ne concernant que la vie d’une personne ordinaire : les modifications apportées n’intéressent que cette personne et son proche entourage. Ce sont en quelque sorte des ubiographies ou des ubiochronies. Elles ont  pour point commun de nous proposer au moins deux destins possibles d’une même personne. Elles me semblent pouvoir être classées dans trois catégories différentes que je me propose de vous présenter ici.

Les sentiers qui bifurquent

Plusieurs destins possibles à partir d’un même point de départ. Chaque version du personnage ignore les autres trames possibles. que seul le lecteur ou le spectateur est amené à découvrir et comparer.

Si je voulez pinailler, je distinguerais deux cas :

  • Soit les destins possibles partent d’un seul point de divergence et ne qu’en nombre limité (2 à 3). C’est le cas de la plupart des exemples donnés ci-dessus.
  • Soit ils ne cessent pas de proliférer, avec des points de divergence apparaissant à chaque étape du récit. C’est le cas de Smoking / No Smoking,   et encore Alain Resnais se contente-t-il de n’explorer que deux possibilités à chaque étapes. C’est aussi le cas du roman chinois beaucoup plus foisonnant de Ts’ui Pên imaginé par Jorge Luis Borges dans “Le jardin aux sentiers qui bifurquent”. En voici en extrait :

Naturellement, je m’arrêtai à la phrase : Je laisse aux nombreux avenirs (non à tous) mon jardin aux sentiers qui bifurquent. Je compris presque sur-le-champ ; le jardin aux sentiers qui bifurquent était le roman chaotique ; la phrase nombreux avenirs (non à tous) me suggéra l’image de la bifurcation dans le temps, non dans l’espace. Une nouvelle lecture générale de l’ouvrage confirma cette théorie. Dans toutes les fictions, chaque fois que diverses possibilités se présentent, l’homme en adopte une et élimine les autres ; dans la fiction du presque inextricable Ts’ui Pên, il les adopte toutes simultanément. Il crée ainsi divers avenirs, divers temps qui prolifèrent aussi et bifurquent. De là, les contradictions du roman. Fang, disons, détient un secret ; un inconnu frappe à sa porte ; Fang décide de le tuer. Naturellement, il y a plusieurs dénouements possibles : Fang peut tuer l’intrus, l’intrus peut tuer Fang, tous deux peuvent être saufs, tous deux peuvent mourir, et cætera. Dans l’ouvrage de Ts’ui Pên, tous les dénouements se produisent ; chacun est le point de départ d’autres bifurcations.

Les boucles modifiées

Le personnage reprend le cours de sa vie à partir d’un certain point, puis de nouveau, et encore et encore, conservant à chaque fois le souvenir de ses vies alternatives jusqu’à ce qu’il sorte de cette boucle… Ce type d’uchronie individuelle peut aussi être considéré comme une sous-catégorie de voyage temporel, puisqu’il y a toujours un retour plus où moins important dans le passé.

  • Si seulement, bande dessinée de Rodolpe et Lounis Chabane, en 3 tomes publiés en 2011 et 2012.

Ici encore, je pourrait distinguer deux sous-catégories :

  • Soit le personnage revient volontairement dans le passé, comme dans les 3 derniers exemples.
  • Soit c’est un phénomène inexplicable qu’il ne contrôle absolument pas, comme dans les 3 premiers exemples.

Et je pourrait ajouter aussi les distinctions suivantes

  • Le point de départ est toujours le même dans Un jour sans fin (le radio-réveil qui sonne avec invariablement le même programme) : les boucles sont de même durée, celle du fameux jour de la marmotte.
  • Dans Replay, il se rapproche toujours plus dangereusement de la crise cardiaque de Jeff Winston, qui semble être à la source du phénomène : les boucles tendent à se rétrécir de plus en plus.
  • Dans les trois autres cas, il dépend de la volonté du personnage principal, de sorte que les boucles sont plus ou moins longues, sans régularité préétablie.

Les destins alternatifs proposés… et rejetés

Le personnage voit grâce un être surnaturel bénéfique ou maléfique quelle serait ou quelle aurait été sa vie si… et il finit par rejeter cette vie alternative pour accepter son sort.

___________________________________________________________________

(1) Cette double biographie d’Hitler, parallèlement romancée et uchronique, échappe à ma définition des uchronies d’individus ordinaires. Dans l’uchronie de Schmitt, Hitler n’est qu’un individu ordinaire et cela a des répercutions incommensurables sur l’histoire. Comme beaucoup d’uchronistes, l’auteur cède à une vision de l’histoire faite par les “grands hommes”, alors qu’on peut légitimement se demander si, Hitler absent, il n’y aurait pas eu malgré tout un Troisième Reich, les conditions politiques, économiques et sociales de l’Allemagne des années 1920 étant malheureusement un foyer propice à l’émergence d’un tel régime, quelque soit la personne qui en aurait pris la tête… Lire à ce propos Le Faiseur d’histoire de Stephan Fry.

(2) Ici encore, ce n’est pas exactement une uchronie autour d’une personne ordinaire. Mais c’est justement là la tentation présentée à Jésus : échapper à la crucifixion et mener une vie ordinaire. Cela n’empêche pas la naissance du christianisme avec Paul, et Jésus accepte son destin…

Dernière mise à jour : 22 octobre 2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.