La découverte de l’Amérique par les Chinois ou l’éternel retour d’une question rebattue

1421, nouvelle variation autour d’un thème ancien

Voici quelques années, j’ai lu avec un certain intérêt teinté de scepticisme 1421, l’année où la Chine a découvert l’Amérique. Cet ouvrage de Gavin Menzies narre la découverte de l’Amérique (mais aussi de l’Australie…) par les Chinois de la flotte de l’amiral Zheng He. Quel beau sujet d’uchronie. Si seulement ils avaient fait quelque chose de cette découverte, la Californie serait couverte 1421de rizières ! Seulement voilà, à leur retour, la politique impériale avait changé et les grandes navigations ont été abandonnées, laissant le champ libre aux Européens.

Voilà grossièrement résumé l’argument de ce livre par ailleurs assez dense et qui se lit comme un roman… Evidemment, il a été présenté lors de sa parution comme novateur, donnant de l’histoire du monde une vision révolutionnaire. L’auteur a poursuivit depuis avec 1434, ouvrage où il fait de la Chine l’initiatrice de la Renaissance européenne. Et voici que dans un autre livre,  il s’attaque au mythe de l’Atlantide ! Cela est-il bien sérieux ? Tout dépend de ce que l’on entend par sérieux. Gavin Kenzies prend très au sérieux les résultats de ses recherches, lesquelles ne font pourtant que reprendre des faits déjà connus en les réinterprétant dans le sens de sa thèse, ce que ses détracteurs ne se privent pas de souligner, notamment sur le site 1421 exposed.

De Guignes et le Fusang

Colonie-egyptienne Auteur de nombreux ouvrages savants, Joseph de Guignes, membre de l’Académie des inscriptions, était tout aussi sérieux et convaincu de la validité de ses propres théories lorsqu’il publia en 1759 son Mémoire dans lequel on prouve que les Chinois sont une colonie égyptienne. Or cela peut sembler aujourd’hui quelque peu douteux, ne pensez-vous pas ?

Pourquoi vous parler ici de ce professeur de syriaque au Collège de France ? C’est qu’il a publié en 1761 un texte intitulé Recherches sur les navigations des Chinois du côté de l’Amérique, et sur quelques peuples situés à l’extrémité orientale de l’Asie paru en 1761 dans les Mémoires de l’ Académie des Inscriptions et Belles Lettres XXVIII, p. 503-525.

C’est par ce mémoire que la légendaire contrée de  Fou-Sang ou Fusang fait son entrée dans la question de la découverte de l’Amérique par les Chinois, très controversée chez les savants européens depuis cette époque. Son  contenu sera repris en 1775 dans le  deuxième tome du supplément de l’Encyclopédie, ou dictionnaire universel raisonné des connaissances humaines. Mais lisez plutôt cet extrait du mémoire d’origine :

Liyen, historien Chinois, qui vivoit au commencement du vii.e siècle, parle d’un pays nommé Fou-sang, éloigné de la Chine de plus de quarante mille vers i’orient; il dit que, pour s’y rendre, on partoit des côtes de la province de Leaotong, située au nord de Pe-king; qu’après avoir fait douze mille, on se rendoit au Japon; que de-là, vers le nord, après une route de sept mille, on rencontroit le pays de Ven-chin; qu’à cinq mille de ce dernier, vers l’orient, on trouvoit le pays de Ta-han, d’où on parvenoit dans celui de Fou-sang, qui étoit éloigné de Ta-han de vingt mille H. De tous ces pays, nous ne connoisspns que le Leao-tong, province septentrionale de la Chine, où l’on s’embarquoit, 8c le Japon qui étoit la principale station des vaisseaux Chinois. Les trois autres termes où ils abordoient successivement, sont le Ven-chin, le Ta-han & le Fou-sang. Je vais montrer que par le premier il faut entendre le Jeso, par le second le Kamchatka, & par le troisième un endroit situé vers la Californie.

La question du Fusang au XIXe siècle

Il faut attendre la première moitié du XIXe siècle et Heinrich Julius von Klaproth pour que soit contesté cette identification du Fusang avec une partie de l’Amérique dans un article intitulé Recherches sur le pays de Fou-sang, mentionné dans les livres chinois et pris mal à propos pour une partie de l’Amérique (Nouvelles Annales des Voyages, XXI, juillet-septembre 1831, p. 53-68). Ce texte est repris sous forme de tiré-à-part ou d’une longue note de bas de page  dans une traduction du Nipon o daï itsi ran, ou Annales des Empereurs du Japon parue en 1834.

En 1844,  Charles Hippolyte de Paravey l’ajoute en  appendice d’un article intitulé publié par  dans le tome IX des Annales de philosophie chrétienne paru en 1844 en défense des théories de Joseph de Guignes et intitulé L’Amérique sous le nom de pays de Fou-sang, est-elle citée, dès le 5e siècle de notre ère, dans les grandes annales de la Chine, et, dès lors, les Samanéens de l’Asie-centrale et du Caboul, y ont-ils porté le Bouddhisme, ce qu’a cru voir le célèbre M. de Guignes, et ce qu’ont nié Gaubil, Klaproth et M. de Humboldt ? Discussion ou dissertation abrégée, où l’affirmative est prouvée.

Cet article est à son tour repris sous forme de tiré-à-part (voir aussi ici). L’auteur avait déjà publié en 1835 un Memoire sur l’origine japonaise, arabe et basque de la civilisation des plateaux de Bogota d’après les travaux récents de MM. Humbod et Siébold. Ceci a contribué à répandre dans l’Europe savante les arguments des partisans et des adversaires de la thèse de Joseph de Guignes. Un état de la question est donné par Henri Cordier dans un article  intitulé , État actuel de la question du « Fou-sang », paru en 1895 dans le Journal de la Société des Américanistes ainsi que la bibliographie du Fou Sang contenue dans le tome 2 de sa Bibliotheca sinica. Dictionnaire bibliographique des ouvrages relatifs à l’Empire chinois.

Un mythe américain

Le sujet, très européen dans ses débuts, gagne l’Amérique elle-même dans le dernier quart du XIXe siècle. En 1875 paraît un ouvrage de Charles G. Leland, Fusang. The Discovery of America by Chinese Buddhist Priests in the Fifth Century. En 1881, ce sont les Notices of Fu-sang, and other Countries lying east of China, in the Pacific Océan. translated from the Antiquarian Researches of Ma Twan-Lin, with notes par Samuel Wells Williams, professeur de langue et de littérature chinoise à Yale. En 1885, Edward Payson Vining publie à New York An inglorious Columbus; or, Evidence that Hwui Shan and a party of Buddhist monks from Afghanistan discovered America in the fifth century  dont le titre résume le propos. En 1953, Henriette Mertz reprend le flambeau  avec Pale Ink. Plus récemment encore, l’ouvrage de Gavin Menzies et aussi celui de Jeremy P. Tarcher, Voyages of the Pyramid Builders, sont les derniers avatars d’une longue tradition. Cette dernère perdure aussi sur internet avec des sites comme The wanderling, Archeology Fantasies ou Geographicus.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion au sujet de « La découverte de l’Amérique par les Chinois ou l’éternel retour d’une question rebattue »

  1. Appréciant la pertinence de votre évaluation de Gavin Menzies, partageant vos centres d’intérêt, et revendiquant le caractère romanesque d’une autre aventure de chinois en Amérique.
    Jacques-Roger Vauclin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *