Et revoici la barbarie

De  la chanson de Lennon qu’on nous passe actuellement en boucle, j’apprécie particulièrement le second couplet :

Imagine there’s no countries,
Imagine qu’il n’y a aucun pays,
It isn’t hard to do,
Ce n’est pas dur à faire,
Nothing to kill or die for,
Aucune cause pour laquelle tuer ou mourir,
No religion too,
Aucune religion non plus,
Imagine all the people,
Imagine tous les gens,
Living life in peace…
Vivant leurs vies en paix…
.

Comme après les attentats de janvier dernier, Voltaire reste toujours d’actualité.

Le terrorisme est passé en France de l’attentat ciblé au massacre de masse, ou si vous préférez, du qualitatif au quantitatif. Tuer plus pour gagner une meilleure place au paradis, tel est le mot d’ordre productiviste des givrés de Daesh.

Mais n’est-ce pas déjà le cas dans de nombreux pays, sans que cela nous ait émus outre mesure jusqu’à présent ? Cela se passait au loin, en Syrie, en Irak, en Libye, en Tunisie, au Nigéria… et voici que c’est maintenant chez nous. Quelle différence ? La barbarie serait-elle plus supportable quand elle s’exerce dans des pays exotiques ?


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *