Ulysse après Homère

Il s’agit d’une anthologie de textes sur le thème de la Seconde Odyssée – l’ultime voyage d’Ulysse après son retour à Ithaque – de Tennyson à Borges, réunis, commentés et, pour la plupart, traduits par d’Évanghélia Stead. En voici l’argument, tel qu’il est énoncé sur le site de l’éditeur :

Dans une langue énigmatique, lors de l’évocation des morts de l’Odyssée, le devin Tirésias prédit à Ulysse un dernier voyage qu’il aura à accomplir après son retour à Ithaque jusqu’au pays des hommes qui ignorent le sel. Du cœur d’une grande flamme qui murmure comme une langue, au chant XXVI de l’Inferno, Ulysse raconte à Dante le voyage fou qu’il entreprit en plein océan, outre les colonnes d’Hercule, jusqu’au tourbillon des eaux qui engloutit son navire corps et biens. Né de la libre combinaison de ces deux passages célèbres, Ulysse, le navigateur aspirant au retour à Ithaque, se mue en voyageur téméraire et en aventurier.
Les quinze textes de ce volume creusent le sillon d’une Seconde Odyssée «plus grande que la première peut-être» (Cavafis) en six langues (anglais, allemand, grec, français, italien et espagnol) dans l’original et en traduction. D’Ulysse d’Alfred Tennyson à Odyssée, livre XXIII de Jorge Luis Borges, ils remodèlent le voyage dantesque d’Ulysse par delà les colonnes et ses aventures merveilleuses connues de l’Odyssée. L’Ulysse errant sur toutes les mers, même parfois sur les terres, irrésistiblement attiré par le couchant, est l’Ulysse de la Seconde Odyssée. Rentré à Ithaque, il est déçu par le retour. Rêveur, inquiet, mélancolique, rongé par le désir de reprendre le large, il retrouve pour ce dernier voyage ses anciens compagnons et les lieux autrefois abordés. Mais rien n’est plus comme avant.
Poètes, prosateurs et essayistes — souvent, comme Borges, en cette triple qualité — reviennent en grands lecteurs inspirés sur l’oracle mystérieux de Tirésias et sur la langue de feu de Dante. L’Odyssée se prolonge par l’Inferno sur les traces d’un chemin connu et inconnu à la fois. Fascination de l’énigme de l’oracle, murmure de la langue de feu, défi de la poésie homérique et dantesque, mythologie mélancolique, méditation sur l’existence et l’immortalité, la Seconde Odyssée c’est tout cela.

Voir aussi sur cet ouvrage Stalker, billet du 8 avril 2010.

Professeur de Littérature Comparée à l’Université de Reims et traductrice polyglotte, Évanghélia Stead (infos) a déjà publié sur l’Odyssée et ses suites les articles et ouvrages ci-dessous.

«Suite, réécriture, intertextualité? Sur El Inmortal de Jorge Luis Borges (L’Aleph, 1949)», sur Fabula.org (dernière mise à jour de cette page le 26 avril 2009).

« Astres déclinants d’Homère à Dante », Revue de littérature comparée 2/2009 (n° 330), p. 133-149. Disponible sur Cairn [base accessible dans le cadre d’un abonnement].

L’Odyssée d’Homère, Gallimard, «foliothèque», 2007, 245 p. (essai).

« Homère dans la fiction contemporaine : la mémoire, l’oubli et la poésie (Backès, Kadaré, Borges) »,  Eidôlon, n° 72 [Le Temps de la mémoire (1) : le flux, la rupture, l’empreinte], 2006.

« La Figure d’Ulysse entre Giorgio De Chirico et Alberto Savinio dans les années ‘20 », in Et in fabula pictor. Peintres-écrivains au XXe siècle. Des fables en marge des tableaux, dir. Florence Godeau, Paris, Kimé, 2006, p. 69-86.

« Vieillir éternellement : Tithon et Ulysse », in Écrire le vieillir, études réunies par Alain Montandon, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, «Littératures», 2005, p. 13-31.

« Constantin Cavafis, ‘Seconde Odyssée’, traduction et commentaire », Conférence, n° 21, automne 2005, p. 15-24. (traduction en français)

« Franchir les colonnes d’Hercule dans la Seconde Odyssée (Homère, Dante, Alfred Tennyson, Arturo Graf, Andrew Lang) », Eidôlon, n° 67 [Frontières et Seuils], 2004, p. 287-296.

La table des matière de sa Seconde Odyssée montre que cet ouvrage porte presque exclusivement sur des textes en langues étrangères parus depuis 1842, date du poème de Tennysson.

Certains de ces textes sont accessibles en ligne.

George F. Preston, The Phantom Bark (1860)

Andrew Lang, Hesperothen (1872) sur Google

Jules Lemaitre, Nausicaa (1894) sur Mediterranees.net

Giovanni Pascoli, L’ultimo viaggio (1904) sur le site de la Fondation Pascoli et sur Wikisource

Jorge Luis Borges, El inmortal (1947) sur Bibliaspa ; voir en annexe Odisea, libro vigésimo tercero (1964)

D’autres auteurs que ceux proposés par Évanghélia Stead ont été inpirés par Ulysse. Un ouvrage d’Agathe Entanaclaz, Les métamorphoses d’Ulysse : réécritures de l’Odyssée (voir article sur Fabula.org), en donne une première idée dans sa partie anthologie qui comporte des textes des auteurs suivants :

Auteurs français ou francophones : Apollinaire, Aragon, Du Bellay, Boileau, Céline, Chateaubriand, Fénelon, Gautier, Genette, Giono, Giraudoux, Homère, La Fontaine, La Motte, Mallarmé, Marivaux, Queneau, Ronsard, Sainte-Maure, Scarron, Simon, Zola.

Autres auteurs : Dante, Érasme, Euripide, Moravia, Steiner, Virgile.

Parmi les ouvrages des auteurs indiqués ci-dessus, Naissance de l’Odyssée de Jean Giono a fait l’objet d’un article récent de Sylvie Ballestra-Puech : «Le rideau déchiré de l’épopée dans Naissance de l’Odyssée de Jesn Giono», sur Fabula.org.

 

Annexes

Table des matières de Seconde Odyssée

TABLE DES MATIÈRES

Prologue
Seconde Odyssée: Ulysse de Tennyson à Borges

1. Alfred Tennyson, Ulysses / Ulysse (1842)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

Alfred Tennyson, Ulysse traduit en Europe
traductions de Ferdinand Freiligrath, Albert Buisson
du Berger, Giovanni Pascoli et Léon Morel

2. George F. Preston, The Phantom Bark / La Barque fantôme (1860)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

3. Andrew Lang, Hesperothen / De l’Hespérie (1872)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

4. Paul Heyse, Odysseus / Ulysse (1877)
traduit par Philippe Marty
Notice

5. Constantin Cavafis, Seconde Odyssée (1894)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

6. Jules Lemaitre, Nausicaa (1894)
Notice

7. Arturo Graf, L’ultimo viaggio di Ulisse / Le Dernier Voyage d’Ulysse (1897)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

8. Giovanni Pascoli, L’ultimo viaggio / Le Dernier Voyage (1904)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

9. Arturo Graf, I Naviganti / Les Navigateurs (1905)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

10. Constantin Cavafis, Ithaque (1910)
traduit par Marguerite Yourcenar et Constantin Dimaras
traduit par Dominique Grandmont
Notice

11. Franz Blei, Des Odysseus letzte Ausfahrt / Le Dernier Voyage d’Ulysse (1923)
traduit par Marie-Victoire Nantet
Notice

12. Jorge Luis Borges, El inmortal / L’Immortel (1947)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

13. Jorge Luis Borges, Odisea, libro vigésimo tercero / Odyssée, livre vingt-trois (1964)
traduit par Nestor Ibarra
Notice

APPENDICE
Essais

14. Constantin Cavafis, La Fin d’Ulysse (1894)
traduit par Évanghélia Stead
Notice

15. Jorge Luis Borges, El último viaje de Ulises / Le Dernier Voyage d’Ulysse (1982)
traduit par Françoise Rosset
Notice

Épilogue
Intertextualité, langue d’énigme, langue de feu

Bibliographie

Alfred Tennyson, Ulysses (1842)

It little profits that an idle king,
By this still hearth, among these barren crags,
Match’d with an aged wife, I mete and dole
Unequal laws unto a savage race,
That hoard, and sleep, and feed, and know not me.

I cannot rest from travel: I will drink
Life to the lees: all times I have enjoyed
Greatly, have suffered greatly, both with those
That loved me, and alone; on shore, and when
Through scudding drifts the rainy Hyades
Vexed the dim sea: I am become a name;
For always roaming with a hungry heart
Much have I seen and known; cities of men
And manners, climates, councils, governments,
Myself not least, but honoured of them all;
And drunk delight of battle with my peers;
Far on the ringing plains of windy Troy.
I am a part of all that I have met;
Yet all experience is an arch wherethrough
Gleams that untravelled world, whose margin fades
For ever and for ever when I move.
How dull it is to pause, to make an end,
To rust unburnished, not to shine in use!
As though to breathe were life. Life piled on life
Were all too little, and of one to me
Little remains: but every hour is saved
From that eternal silence, something more,
A bringer of new things; and vile it were
For some three suns to store and hoard myself,
And this grey spirit yearning in desire
To follow knowledge like a sinking star,
Beyond the utmost bound of human thought.

This is my son, mine own Telemachus,
To whom I leave the sceptre and the isle —
Well-loved of me, discerning to fulfil
This labour, by slow prudence to make mild
A rugged people, and through soft degrees
Subdue them to the useful and the good.
Most blameless is he, centred in the sphere
Of common duties, decent not to fail
In offices of tenderness, and pay
Meet adoration to my household gods,
When I am gone. He works his work, I mine.

There lies the port; the vessel puffs her sail:
There gloom the dark broad seas. My mariners,
Souls that have toil’d, and wrought, and thought with me —
That ever with a frolic welcome took
The thunder and the sunshine, and opposed
Free hearts, free foreheads — you and I are old;
Old age hath yet his honour and his toil;
Death closes all: but something ere the end,
Some work of noble note, may yet be done,
Not unbecoming men that strove with Gods.
The lights begin to twinkle from the rocks:
The long day wanes: the slow moon climbs: the deep
Moans round with many voices. Come, my friends,
‘Tis not too late to seek a newer world.
Push off, and sitting well in order smite
The sounding furrows; for my purpose holds
To sail beyond the sunset, and the baths
Of all the western stars, until I die.
It may be that the gulfs will wash us down:
It may be we shall touch the Happy Isles,
And see the great Achilles, whom we knew

Tho’ much is taken, much abides; and though
We are not now that strength which in old days
Moved earth and heaven; that which we are, we are;
One equal temper of heroic hearts,
Made weak by time and fate, but strong in will
To strive, to seek, to find, and not to yield.

récupéré sur The Tennyson Page

 

George F. Preston, The Phantom Bark (1860)

Twin sails are in the distance,
Scarce heard a boatman sings:
His pinnace lightly skims the foam,
As borne on swallow’s wings.

There comes a whisper down the breeze,
A murmur faint and low:
That she is bound to a far-off land,
But where she scarce doth know.

Beyond the Straits of Hercules,
She maketh for the west,
Beyond the far Canaries,
To the islands of the blest.

Those islands of the blest must mean
A grave in the Western sea;
No more, I ween, by mortals seen,
That frail, white, bark will be!

récupéré sur le site de l’université de Virginie

 

Jorge Luis Borges, Odisea, libro vigésimo tercero (1964)

Ya la espada de hierro ha ejecutado
La debida labor de la venganza;
Ya los ásperos dardos y la lanza
La sangre dcl perverso han prodigado.
A despecho de un dios y de sus mares
A su reino y su reina ha vuelto Ulises,
A despecho de un dios y de los grises
Vientos y dcl estrépito de Ares.
Ya en el amor del compartido lecho
Duerme la clara reina sobré el pecho
De su rey pero ¿dónde está aquel hombre
Que en los días y noches del destierro
Erraba por el mundo como un perro
Y decía que Nadie era su nombre?

récupéré sur Literatura.us

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.