Kalila et Dimna : quand les chacals enseignent aux hommes

KalilaDimnaUne exposition sur les fables de Kalila et Dimna vient de se terminer à l’Institut du monde arabe. Je n’ai pas eu l’occasion de la visiter, mais cela m’a incité à m’informer un peu sur ces fables persanes.

Rédigé entre la fin du VIe et le milieu du VIIIe en pehlvî puis en arabe, le  Livre de Kalîla et Dimna (en arabe Kalîla wa Dimna), du nom des deux chacals protagonistes du premier conte, est la version arabo-persane d’un ancien recueil indien écrit en sanskrit, le Pañchatantra.

Il a lui-même été traduit en grec au XIe siècle par Syméon Seth, en hébreu par Rabbi Joël au XIIe siècle, en castillan en 1251 (Calila y Dimna), connais plusieurs versions latines entre le XIIIe  et le  XVIIe siècle. En 1644, Gilbert Gaulmin traduit en français une version persane sous le titre Le Livre des lumières ou la Conduite des Rois, composée par le sage Pilpay Indien, traduite en français par David Sahid, d’Ispahan, ville capitale de Perse.

Des enluminures embellissent les manuscrits arabes de ces fables qui ont inspiré La Fontaine. La BNF en possède plusieurs, certains  numérisés et accessibles en ligne. En Europe, la Bibliothèque d’Etat de Bavière en possède un bel exemplaire produit en Égypte vers 1310.

Pour aller plus loin

le carnet d’Hypothèse intitulé Kalîla wa Dimna

l’article d’Isabelle Imberts La peinture arabe à la Bibliothèque nationale de France (Blog Gallica)

la traduction en français d’Antoine Isaac Silvestre de Sacy parue en 1816

certains contes traduits par Fahd Touma sur le site du Dr Aly Abbara


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *