Traduire

Bien qu’ayant étudié peu de langues, ou peut-être à cause de cela, je suis fasciné par la diversité linguistique et par les problèmes théoriques et pratiques de la traduction. Cela fait un certain temps que je souhaitais esquisser une biblio-webographie sur cette dernière et quelques lectures récentes m’ont incité à reprendre le brouillon que j’avais commencé il y a plus de huit ans, quand je préparais une chronique sur Ombres de Chine d’André Markowicz et la poésie des Tang,

Indice que cette question m’obsède quelque peu, je remarque en passant que plusieurs de mes chroniques ont pour objet des traductions d’un texte ou d’un groupe de textes, qu’il s’agisse de l’œuvre d’un seul auteur – Yoga Sutras de Patanjali ; Rubayat d’Omar Khayyam ; If… de Kipling ; Ballade de Mulan ; Mein Kampf – ou d’anthologies. Enfin l’ancien étudiant d’histoire que je suis vous a signalé au passage les quatre volumes de l’Histoire des traductions en langue française

Il ne sera pas question ici de traductions au pluriel, ces textes qui représentent auprès du lecteur d’autre textes écrits en une autre langue, mais de la traduction, cette activité qui consiste justement à traduire, c’est à dire à nous rendre accessibles dans notre propre langue – ou dans une autre…. – des écrits qui sans cela nous resteraient inaccessibles.

Citations

Discours contre la traduction (extrait)

C’est trop m’assujettir, je suis las d’imiter,
La version déplaist à qui peut inventer ;
Je suis plus amoureux d’un Vers que je compose,
Que des Livres entiers que j’ay traduits en Prose.
Suivre comme un esclave un Autheur pas à pas,
Chercher de la raison où l’on n’en trouve pas,
Distiler son Esprit sur chaque periode,
Faire d’un vieux Latin du François à la mode,
Éplucher chaque mot comme un Grammairien,
Voir ce qui le rend mal, ou ce qui le rend bien,
Faire d’un sens confus une raison subtile,
Joindre au discours qui sert un langage inutile,
Parler asseurement de ce qu’on sçait le moins,
Rendre de ses erreurs tous les Doctes tesmoins,
Et vouloir bien souvent par un caprice extrême
Entendre qui jamais ne s’entendit soy-mesme ;
Certes, c’est un travail dont je suis si lassé,
Que j’en ay le corps foible, et l’esprit émoussé.

Le traducteur est méconnu ; il est assis à la dernière place ; il ne vit pour ainsi dire que d’aumônes ; il accepte de remplir les plus infimes fonctions, les rôles les plus effacés ; ‘servir’ est sa devise, et il ne demande rien pour lui-même, mettant toute sa gloire à être fidèle aux maîtres qu’il s’est choisis, fidèle jusqu’à l’anéantissement de sa propre personnalité intellectuelle.

Yasmina Melahoua, Manuel Serrat Crespo, Eveline Passet, et quelques autres chez mes amis traducteurs, doutent que « la fenêtre  », « a jalena », « das Fenster », « the window » ou « la finestra » désignent exactement la même chose, puisque aucune n’ouvre sur les mêmes bruits ni ne se referme sur les mêmes musiques.

  • Daniel Pennac, Le dictateur et le hamac (extraits)

Réfléchir sur la traduction est d’actualité, du moins en partie, puisque nous semblons enfin appréhender que tout le monde en fait, que l’acte de traduire relève du quotidien. Le linguiste Roman Jakobson l’a constaté il y a plus de cinquante ans, la traduction intralinguistique, ou la reformulation, est un élément essentiel de toute communication humaine. En d’autres mots, la traduction fait partie intégrante de tout acte de communication, si imparfaite qu’elle puisse être, d’où l’inéluctable intraduisible. L’être humain s’efforce de mettre en mots, de façon compréhensible, soit de traduire, le cri primitif qui le hante. Tout en étant dissimulé derrière d’apparents comportements civilisés, le malaise essentiel devant l’incompréhensible du monde n’a pas disparu. Ce malaise a été effectivement mis en mots et reporté sur les injustices vécues par les écrivains et les traducteurs eux-mêmes, tels James Joyce qui déconstruisait la langue du colonisateur britannique pour venger les Irlandais des siècles d’injustices et Michel Garneau qui déconstruisait une œuvre canonique du colonisateur, à savoir Macbeth, pour venger les Québécois. Tout en sachant les limites de la communication, les écrivains écrivent et réécrivent, et les traducteurs – par générosité et amour dans bon nombre de cas – relèvent le défi de reformuler leurs écrits dans une autre langue afin de rendre l’« au-delà des mots », afin de donner un corps au « souffle ». Certains écrivains, comme Samuel Beckett, s’auto-traduisent, d’autres, comme J. M. Synge, trouvent leur langue « maternelle » en traduisant l’autre.

  • Denise Merkle, « Préface » de La traduction n’existe pas, l’intraduisible non plus par René Agostini

Pour un panorama général de la traduction

Collections et maisons d’éditions

La collection Traductologie, aux Presses de l’université d’Artois, a pour vocation d’aborder sans exclusive toutes les problématiques de la traduction, telles qu’elles se posent et se résolvent ou se négocient hier et aujourd’hui, qu’il s’agisse d’études théoriques ou d’études de cas, et ce quels que soient les domaines linguistiques concernés.

Les Assises de la traduction littéraires chez Actes Sud. Ces assises sont organisées depuis 1984 par ATLAS – Association pour la promotion de la traduction littéraire. Lire les actes en ligne.

La collection Contrebande aux édition de la Contre allée fait entendre la parole d’un traducteur ou d’une traductrice, un parcours, une réflexion, le bruit de la traduction.

Ophrys Traduction rassemble les ouvrages des éditions Ophrys dédiés aux aspects pratiques de la traduction et telle ou telle langue.

Ouvrages sur la traduction

Voir aussi la bibliographie de Wikipédia.

René Agostini. La traduction n’existe pas, l’intraduisible non plus : Synge, O’Casey, Joyce, Beckett, etc. Éditions Universitaires d’Avignon, 2011. Texte de la conférence du 29 avril 2010 à La Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon dans le cadre de la Sonde-Code/Traduction organisée par Emmanuel Guez.

Jean-René Ladmiral. Traduire : théorèmes pour la traduction. Payot, 1979 (coll. Petite Bibliothèque Payot, n° 366). Rééditions (avec une pagination identique), augmentées d’une préface (pp. V-XXI) : Paris, Gallimard, 1994 & 2002 (coll. “Tel”, n° 246).

Georges Mounin. Les Problèmes théoriques de la traduction, Gallimard, 1963 et « Tel » no 5, 1976.

Valéry Larbaud. Sous l’invocation de saint Jérôme. Gallimard, 1946. Édition augmentée de textes annexes en 1997. Collection Tel ; n° 290.

David Bellos. La traductions dans tous ses états. Champs essais, 2018.

Barbara Cassin. Éloge de la traduction. Pluriel, 2022.

Revues spécialisés

Palimpsestes

Traduire

TTR Traduction, terminologie, rédaction

Articles

Clara Auvray-Assayas, Christian Berner, Barbara Cassin, André Paul, Irène Rosier-Catach, « Traduire » in Vocabulaire européen des Philosophies, dictionnaire des intraduisibles. Seuil/Le Robert, 2004.

Maddalena de Cardano. « Quoi traduire ? Comment traduire ? Pourquoi traduire ? », Éla. Études de linguistique appliquée, n° 141, 2006, p. 117-128.

Camille Fort. « Qu’imite-t-on dans une traduction ? »Sillages critiques [En ligne], 14 | 2012

Sabine Mehnert, « « Traduire, c’est trahir » ? Pour une mise en question des notions de vérité, de fidélité et d’identité à partir de la traduction »Trajectoires [En ligne], n° 9,  2015.

Blogues et sites

Le festin de Babel

Index Translationum : voir au sujet de cette base un article sur Monde du livre

Langues de feu : traducteurs et l’esprit des langues. Tours de Babel et glossolalies

Sur divers aspects particuliers

Traduire la poésie

Yves Bonnefoy. L’autre langue à portée de voix : essais sur la traduction de la poésie. Paris : Seuil, 2013.

Seiji Marukawa. Le lien des muses essai sur l’intraduisibilité de la poésie. Paris : Librairie éditions Tituli, 2020.

Traduire la poésie : Huitièmes Assises de la traduction littéraire, Arles, 1991. Arles : Actes Sud, 1992.

Numéros thématique de Palimpsestes :

Les écrivains-traducteurs… et les traducteurs écrivains

Charles Baudelaire

Yves Bonnefoy

Diane Meur

Vladimir Nabokov

Marguerite Yourcenar

La traduction étrangère d’hier

Antoine Berman. L’Épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique. Paris : Gallimard, 1984. Réédition 1995 (Collection Tel ; n° 252).

Hélène Rabaey. « La traduction au Siècle d’Or »Bulletin hispanique, vol. 113 n° 2, 2011, p. 725-739.

La traduction automatique

Jacqueline Léon, « Le CNRS et les débuts de la traduction automatique en France »La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], n° 6, 2002.

Linguistique et informatique, numéro thématique, Éla. Études de linguistique appliquée, n° 180, 2015.

La traduction juridique

La traduction juridique, numéro thématique, Éla. Études de linguistique appliquée, n° 183, 2016.

L’erreur

Pierre-Emmanuel Dauzat, « Erreurs de traduction volontaires et paresse du contresens »Anabases, n° 11, 2010.

Michèle Carzacchi Fonda, « Voyage au bout de l’erreur. Les traductions cocasses »Italies, n° 6, 2002, p. 429-449.

Traduction et religion(s)

Traduire l’intraduisible, numéro thématique d’Archives de sciences sociales des religions, n° 147, 2009.

Traducteurs historiques

French Translators, 1600-1800 : An Online Anthology of Prefaces and Criticism

Etienne Dolet. La manière de bien traduire d’une langue en aultre : d’advantage de la punctuation de la langue françoyse, plus des accents d’ycelle. Lyon : Etienne Dolet, 1540.

Gaspard de Tende. Règles de la traduction ou Moyens pour apprendre à traduire de latin en françois. Paris : Damien Foucault, 1660.

Id. De la traduction, ou Regles pour apprendre a traduire la langue latine en la langue françoise. Tirées de quelques-unes des meilleures traductions du temps. Paris : Jean le Mire, 1660.



Citer ce billet
Jean Stouff (2024, 1 mai). Traduire. Biblioweb. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sm1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.