Natures mortes

Une authentique nature morte naît le jour où un peintre prend la décision fondamentale de choisir comme sujet et d’organiser en une entité plastique un groupe d’objets. Qu’en fonction du temps et du milieu où il travaille, il les charge de toutes sortes d’allusions spirituelles ne change rien à son profond dessein d’artiste : celui de nous imposer son émotion poétique devant la beauté qu’il a entrevue dans ces objets et leur assemblage.

Charles Sterling La nature morte de l’Antiquité au XXe siècle, Paris, Macula,‎ 1985

Lorsque j’ai visité fin décembre l’exposition des collections du prince de Liechtenstein, j’y ai remarqué deux superbes natures mortes, l’une de Jan Van Huysum,et l’ autre de Jan Davidsz De Heem. Je l’avoue, je suis fort ignorant de ce genre pictural et pendant longtemps, je passais devant sans y prêter attention, plus attentif aux scènes historiques, mythologiques et religieuses, aux portraits, aux scènes de genre ou aux paysages. Bref, sans le savoir, j’étais influencé par la hiérarchie des genres établie en 1667 par André Félibien. La tradition de toutes les générations mortes pèse d’un poids très lourd sur le cerveau des vivants (cf. Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte).

Un premier déclic s’est fait voici bien des années, lorsque j’ai vu en 1991 le film Tous les matins du mondes. On peut y voir Lubin Baugin, incarné par Michel Bouquet, peindre deux tableaux actuellement conservés au Louvre : la Nature morte à l’échiquier et la Nature morte aux gaufrettes.  Me sont alors revenu à l’esprit certaines considérations d’un de mes professeurs d’histoire moderne à la Sorbonne sur la Nature morte avec citrons, oranges et rose  de Francisco de Zurbaràn, à propos du symbolisme moral et religieux des bodegónes, ces  natures mortes espagnoles.

zurbaran-nature-morte-avec-citrons-oranges-et-rose-1633
Zurbaràn. Nature morte avec citrons, oranges (1633). Norton Simon Museum of Art, Pasadena.

J’avoue qu’à l’époque ce rapprochement avec les vanités m’était passé un peu au-dessus de la tête. Du reste, s’il me paraît plus compréhensible aujourd’hui, il n’en demeure pas moins que cette charge symbolique de la nature morte particulièrement forte au XVIIe siècle ne doit pas occulter l’aspect mimétique et décoratif du genre.

xenia-pompei
Xenia, Pompei

Ce dernier apparaît particulièrement dans ses origines antiques, avec les xenia dont beaucoup ont été conservées à Pompéi. Même si, selon Charles Sterling, les natures mortes hellénistiques et romaines qui représentaient des mets prêts à être consommés comportaient une allusion épicurienne et par conséquence morale, mais pour le coup, pas du tout dans l’esprit de l’Eglise tridentine, la qualité de l’imitation de la nature n’en était pas moins particulièrement appréciée comme en témoignent les deux anecdotes suivantes. La première, rapportée par Pline l’Ancien (Histoire naturelle, XXXV, 36, 5), concerne deux peintres grecs de la fin du Ve siècle avant notre ère : Zeuxis et Parrhasius.

Ce dernier, dit-on, offrit le combat à Zeuxis. Celui-ci apporta des raisins peints avec tant de vérité, que des oiseaux vinrent les becqueter; l’autre apporta un rideau si naturellement re-présenté, que Zeuxis, tout fier de la sentence des oiseaux, demanda qu’on tirât enfin le rideau, pour faire voir le tableau. Alors, reconnaissant son illusion, il s’avoua vaincu avec une franchise modeste, attendu que lui n’avait trompé que des oiseaux, mais que Parrhasius avait trompé un artiste, qui était Zeuxis.

La seconde anecdote a pour protagonistes ce même Parrhasius et Apelle. Celui-ci aurait copié une nature morte aux fruits et ajouté une mouche peinte avec tant de naturel que Parrhasios croit devoir la chasser d’un revers de main et admettre alors la supériorité de son rival.

trompe-oeil-edwin-church-nature-morte
Frederick Edwin Church. Lettre de vengeance (avant 1892)
berjon-corbeille
Antoine Berjon. Fruits et fleurs dans une corbeille d’osier.
Vanite-Claesz
Pieter Claesz. Vanité à la chandelle, au crâne et à la montre, 1625

Ainsi la nature morte oscille-t-elle entre deux pôles, celui du symbolisme religieux et moral et celui de la fidélité mimétique à la réalité s’exprimant dans des trompe-l’oeil virtuoses. A cela s’ajoute un grand nombre de thématiques qui rendent ce genre très hétérogène entre les  vanités avec crâne, bible ouverte et lumière vacillante d’une bougie, les bouquets de fleurs et les corbeilles de fruits, les amas de livres et d’instruments de musiques, les coupe s de vin et les pipes, le gibier, les poissons et les coquillages, les carcasses et les animaux morts. Sans parler des sujets transvers aux comme les quatre éléments, les cinq sens, et d’ un vocabulaire iconique souvent à forte charge symbolique (mouches, papillons et insectes divers, escargots et  grenouilles, lys et rose…).

Georg-FlegelNature-morte-à-la-grenouille1638
Georg Flegel. Nature morte à la grenouille

Pour découvrir ce genre pictural, voici une sélection de quelques liens les concernant. D’abord l’article ou plutôt les articles de Wikipedia. Si celui en français est pas trop mal, il pourra être intéressant de parcourir aussi ceux en anglais, en allemand, en espagnol, en italien… Quant à celui en néerlandais, s’il est un peu succinct, il tente une classification comme le fait aussi le site Petite histoire de l’art en Occident qui propose également un décryptage de la symbolique utilisée. D’autres articles et conférences sont disponibles ici, , ailleurs , autre part et plus loin sur internet.

Et comme il n’y a pas que la documentation en ligne, je vous renvoie à une bibliographie trouvée sur Babelio. Pour un panorama de ce genre pictural, je vous conseille La Nature morte ou La place des choses. L’objet et son lieu dans l’art occidental d’Etienne Jollet (Hazan, 2007), Natures mortes de Sybille Ebert-Schifferer (Mazenod, 1999) et La nature morte de l’Antiquité au XXe siècle de Charles Sterling (Macula,‎ 1985). Sur la nature morte française, bien étudiée par Michel Faré, je suis en train de lire l’ouvrage de Claudia Salvi, D’après nature. La Nature morte au XVIIe siècle (La Renaissance du livre, 2000) où chacun des 34 chapitres est consacré à la présentation d’un peintre particulier.

Si vous voulez voir des collections de natures mortes, vous trouverez sur les sites des musées  des parcours consacrés à ce genre. Celui du Louvre en propose deux concernant les écoles du Nord, l’un sur la nature morte, l’autre sur la nature morte de fleurs, mais il peut être intéressant de faire une recherche globale ou d’utiliser Atlas, la base des œuvres exposées, où vous découvrirez entre autre la nature morte italienne au XVIIe siècle. D’autres musées français ont leur propre dossier sur ce thème comme le musée des beaux-arts de Rouen et les bases Joconde et Images d’art permettront de chercher dans les collections de l’ensemble de la France. Cependant, étant donné l’importance de la nature morte aux Pays-Bas, il semble indispensable de voir les collections grands musées du pays, comme le Rijksmuseum d’Amserdam ou le Mauritshuis de La Haye. Et en souvenir du cours que j’avais suivi étudiant, je vous conseille aussi pour les natures mortes espagnoles celles du musée du Prado. Ne pas négliger non plus les collections privées comme la collection Fritz Lugt. Et un petit tour dans des collections virtuelles comme la Web Gallery of Art pourra être intéressant.

Profitons en un peu pour apprendre les équivalents du terme nature morte dans les autres langues européeennes, ce qui peut être utile si vous voulez faire des recherches sur internet pour compléter cette chronique. Si l’italien emploie le terme natura morta (plur. nature morte) qui se passe de traduction et si le polonais martwa natura et le russe натюрмо́рт dérivent également  du terme français, l’espagnol utilise le mot bodegón (plur. bodegónes) qui renvoie aux scènes d’auberge. Les pays du nord de l’Europe préfèrent des termes signifiant « vie calme ou silencieuse » : stillleven en néerlandais ; still life en anglais ; Stillleben en allemand, … C’est vrai que le terme de nature morte apparu au XVIIIe siècle n’est pas très heureux, comme le faisait remarquer Thoré-Bürger en 1860 (cité par Charles Sterling, La Nature morte, Paris, 1985, p. 134) :

Nous avons beaucoup débattu contre cette méchante appellation de “nature morte”, nous ne savons jusqu’ici comment la remplacer par un terme qui comprenne à la fois le gibier mort, animaux et oiseaux, le poisson — on n’a pas souvent peint le poisson dans l’eau — les fleurs et les bouquets, les fruits, les vases et les ustensiles, armes et instruments de musique, bijoux et ornements divers, draperies et costumes, et les mille objets qu’on peut grouper pour en faire le prétexte d’une représentation colorée, amusante, sous le coup de la lumière. Nature morte est absurde.
Peut-être, mais quel beau territoire à explorer. Alors bonne découverte !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *