Extension des horaires des bibliothèques : un thème bien démagogique pour un gouvernement en manque d’idées

Dans un discours prononcé le 17 février 2010, Valérie Pécresse, ministre alors chargée de l’enseignement supérieur, avait présenté comme axe prioritaire l’élargissement massif des horaires d’ouverture des bibliothèques universitaires. Cela m’avait quelque peu irrité et, dès le 18 février, je m’en étais pris à cette politique passéiste qui identifie la bibliothèque à des locaux qu’il convient d’ouvrir le plus longtemps possible et omet toute l’évolution récente des bibliothèques universitaires et tous les services offerts en ligne non seulement in situ, mais aussi et surtout accessibles à toutes heures via Internet, et donc totalement indépendants des heures d’ouvertures de la bibliothèques.

Le 8 avril, l’intersyndicale des bibliothèques avait pointé dans une lettre à Madame Pécresse toutes les limites des solutions proposées alors par le ministère, limites que la presse syndicale et les personnels avaient déjà soulignée (voir par exemple le n° 156 de Convergences  de mars 2010). Qu’importe ! Les horaires avaient été étendus avec plus ou moins de bonheur selon les établissements

Or voici qu’en cette année 2016, le 1er février, Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon ont lancé le plan « Bibliothèques ouvertes », qui ne semble pas franchement briller par son originalité. Il s’agit une fois de plus de contenter une attente du public – attente généralement suscitée par de judicieux (?) sondages d’opinion – sans mesurer toutes les répercussions que l’extension des horaires aurait sur le fonctionnement des services et les conditions de travail des personnels. Toujours plus, mais jusqu’où ?… Et si, comme le suggère le  plan susnommé (je cite : Afin d’offrir plus d’espaces de travail aux étudiants, les BU devront développer les ouvertures partielles de certains espaces), il s’agit simplement d’offrir des salles de travail, est-ce bien là le rôle et la définition d’une bibliothèque ? Comme le faisaient remarquer en 2010 les collègues de l’intersyndicale

Une bibliothèque n’est pas simplement un espace chauffé et convivial !
S’agit-il de répondre aux besoins du service public universitaire, ou de pratiquer une stratégie de communication ?

On ne saurait mieux souligner la démagogie qui, sur ces questions, sert de boussole à la politique de nos gouvernements, de quelque bord qu’ils soient.

De plus, et cela n’augure rien de bon, le sujet semble à mode chez les élèves conservateurs de l’ENSSIB, avec deux mémoires d’étude soutenus en janvier 2010 (juste avant l’annonce du plan Pécresse…) et en janvier 2015  aux titres aussi évocateurs que Ouvrir plus, ouvrir mieux, ouvrir autrement ? Faisabilité et pertinence des extensions des horaires d’ouverture en bibliothèques universitaires par Marie Déage et Repenser les espaces et les services en vue de l’extension des horaires d’ouverture par Chloé Dumas. Ils sont  consultables en ligne dans la bibliothèque numérique de l’ENSSIB avec d’autres documents sur les horaires des bibliothèques et leur extension.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

3 réflexions au sujet de « Extension des horaires des bibliothèques : un thème bien démagogique pour un gouvernement en manque d’idées »

  1. Super article. Et on peut se demander si tout ce qu’on demande aux BU n’est pas représentatif de ce que les universités peinent à faire de leur côté ??

    Par contre le premier mémoire ENSSIB cité a été soutenu en 2010. Et on m’a dit qu’il a été pas mal utilisé dans certains établissements qui ont été « obligés » d’étendre leurs horaires.

  2. Je vous remercie de cette remarque et je corrige mon billet en conséquence. 2010 : comme par hasard l’année du plan Pécresse. Cela me conforte dans l’idée qu’il ne faut rien attendre de bon du formatage intellectuel de nos supérieurs hiérarchiques. Chez eux, les extensions d’horaire font partie du credo, cet article de foi ne devant en aucun cas être discuté, mais aveuglément appliqué…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *