Oulipien par anticipation (1)

Pour débuter ces chroniques, voici un bref  billet sur l’Oulipo et ses précurseurs.

Fondé par Raymond Queneau et François Le Lionnais et illustré par notamment Geoges Perec, Italo Calvino ou François Roubaud, l’OUvroir de LIttérature POtentielle fait l’objet de nombreux sites qui lui sont consacrés ou qui s’en inspirent.

Travaillant sur les différentes formes de contraintes en littérature (voir l’inventaire sur Oulipo.net), l’Oulipo s’est fixé deux directions de travail :

  • un travail synthétique (synthoulipisme) ; invention et expérimentation de contraintes littéraires nouvelles, avec éventuellement un exemple de texte pour chaque proposition.
  • un travail analytique (anoulipisme) : recherche de ceux qui sont appelés les « plagiaires par anticipation », soit un recensement de tous les écrivains ayant travaillé avec des contraintes avant la création de l’Oulipo.

Prenons l’exemple du lipogramme, qui consiste à ne pas utiliser une ou plusieurs lettres dans la rédaction d’un texte.  Associée au nom de Georges Perec qui l’illustra dans deux romans, La disparition (qui bannit la lettre e) et Les revenentes (qui proscrit toutes les voyelles, sauf le e). cette contrainte n’est pourtant pas une invention récente. Dans un article intitulé  « Histoire du lipogramme » (cf. Oulipo, La littérature potentielle : créations, re-créations, récréations, Gallimard, 1971, p.73-89), Perec lui-même rappelle que le plus ancien lipogrammiste serait Lasos d’Hermione, auteur plusieurs poèmes sans sigma. Depuis l’Antiquité, cette contrainte formelle s’est transmise, passant du grec au latin, puis aux langues européennes.

Or il se trouve que j’en ai trouvé par hasard un exemple pour le XIXe siècle. Ah ! le hasard, voici bien un des charmes de la recherche sur internet. Cela lui est commun avec le butinage en bibliothèque ou en librairie, quand nous trouvons avec plaisir ce que nous ne cherchions pas spécialement. Voilà qui justifie l’assimilation de la toile à une immens bibloithèque  (voir le titre de l’éditorial).

Pour en revenir à ma découverte fortuite, je cherchais alors des informations sur Jean Louis Auguste Commerson et une version en ligne de ses Pensées d’un emballeur. Je venais d’entendre une chronique à leur sujet aux Papous dans la tête, excellente émission radiophonique hantée par plusieurs oulipiens.

  • Rien sur cet auteur dans Wikipedia, où j’ai dû créer une amorce d’article.

(Première parenthèse. Wikipedia n’est ni la panacée universelle ni un effroyable tissu d’erreurs à éviter comme la peste. Simplement ce peut être  un bon point de départ à compléter par d’autres sources. En l’occurrence, ma recherche d’une biographie un peu développée de cet auteur s’étant soldé sur internet par un échec, la création d’une amorce d’article était aussi une invitation à le compléter pour toute personne en sachant plus. )

  • Plusieurs ouvrages dans Gallica, mais pas celui que je cherchais.
  • C’est finalement sur Google livres que j’ai pu trouver deux recueils en ligne contenant ces Pensées

(Seconde parenthèse. Google suscite ces temps-ci de nombreuses inquiétudes concernant la mainmise d’une organisation sur le patrimoine intellectuel de l’humanité. Celles-ci sont peut-être justifiées, mais en attendant, force est de constater que de nombreux ouvrages anciens s’y trouvent qui ne sont (encore) disponibles ailleurs. Alors, n’hésitons pas à utiliser ce fabuleux outil en attendant que les bibliothèques nationales européennes aient vraiment développé Europeana.)

Les ouvrages en ligne cités ci-dessus sont une Petite encyclopédie bouffonne de Commerson (Paris, 1860) et une Bibliothèque des calembours contenant plusieurs brochures des années 1850. C’est en feuilletant cette dernière que je suis tombé sur plusieurs lipogrammes, en l’occurence cinq lettres d’un nommé Marchant, la première sans A, la deuxième sans E, la troisième sans I… Voici la première, « censée écrite par une présidente à une de ses amies ».

Lettre sans A.

Voici une nouvelle invention , mon cœur, pour exciter votre curiosité : nous voulons juger de l’inutilité de quelques-unes des cinq voyelles. L’écriture seroit très-bonne, si l’on pouvoit se réduire et n’en conserver que deux ou trois : le tout fondé sur le principe, que c’est une folie de multiplier les êtres, lorsqu’on n’y voit point de nécessité. Peut-être réussirons-nous. Eh bien! nous serons glorieuses de l’entreprise. Toute personne qui invente mérite que le peuple lui décerne le triomphe.

Le prix que j’espère recevoir de mes longues recherches doit être votre cœur. Jugez si vous pouvez douter de l’excès de mon zèle. Vous devinerez cette voyelle que j’exclus ici : c’est celle que j’emploie si souvent pour vous expliquer les tendres sentiments que vous m’inspirez. Puisqu’elle me sert si utilement, pourquoi l’exterminer? Je devrois plutôt lui dédier un temple.

Le feu de mes nouvelles idées ne doit point me forcer d’oublier les remercîments qui vous sont dus, de tous les soins que vous vous êtes donnés pour l’emplette de cette robe couleur de rose, où le goût domine ; et, comme le plus horrible des vices est celui qui empêche de reconnoître les services qu’on nous rend, n’oubliez donc point de remercier pour moi les deux jolies femmes qui ont bien voulu se donner tous ces mouvements pour contenter mou envie. Que vous dire de plus, mon cher petit bijou? Figurez-vous combien je suis gênée et combien je peste de l’être. Une rime occupe moins un poète que notre chienne de voyelle ne me fournit d’épines. Je voudrois vous dire les pins belles choses du monde, et elle se présente toujours pour empêcher l’exécution de mon projet. En bonne foi, rien ne sied mieux que d’être libre : mon cœur déteste tous les liens qu’il ne reçoit point de vous.

Je suis bien simple de n’oser point prononcer ce mot qui seul exprime dignement ce que je sens pour vous ; celui de tendresse est si peu énergique, que je suis honteuse de l’employer. Qu’il dépeint foiblement les mouvements de mon cœur, lorsqu’il est question de l’objet qui doit seul remplir ses vœux! Je suis votre…, quoique je ne puisse vous le dire : on se permet de le supprimer, etc’est mieux.

Mon invention est une misère qui donne bien des peines, pour dire des bêtises, ou ne rien dire : ne vous en servez point, si vous m’en croyez ; pourvu que je sois sûre de recevoir de vos lettres, il n’importe comment.

Mille compliments, et puis c’est tout, puisqu’il m’est impossible de rien dire de plus.

D’autres oulipismes par anticipation figurent aussi dans la même brochure. J’y reviendrai bientôt. En attendant, je vous invite à feuilleter ces deux recueils. Evidemment, à l’écran, ce n’est pas toujours très commode, surtout quand coexistent plusieurs brochures ayant leur propre pagination, mais vous y ferez de plaisantes découvertes.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *