Paysages du temps

Je voudrais m’intéresser ici à deux expériences de confrontation du temps qui passe en un même lieu.

IciD’abord, Ici, de l’Américain Richard McGuire, parue l’année dernière chez Gallimard et prix Fauve d’or Angoulême 2016. Dans cette bande dessinée, l’auteur propose divers images d’une pièce de séjour (et de ce qui l’a précédé ou de ce qui lui succédera sur trois milliars d’années) au cours du temps. Ces images sont d’abord présentées successivement (mais pas chronologiquement)  dans les premières représentant les année 1957, 1942 et 2007…Ici_P1Ici_P2Ici_P3… avant que les temporalités ne se mélangent pour apparaître simultanément ici, où le chat noir vivant en 1999 est incrusté en dans une image sensée représenter le lieu en 1957…Ici_P4… ici encore, où se mêlent les années 1623, 1957 et 1999Ici_P5et les pages suivantesIci-PXIci-PYRichard McGuire a imaginé ce procédé narratif en 1989 en s’inspirant des fenêtres d’un écran d’ordinateur pour un récit de six pages en noir et blanc, publié dans la revue Raw. L’impression à la lecture est des plus troublantes. Voici une oeuvre qui entre en résonance avec La Vie mode d’emploi de Georges Perec. et les travaux de l’Oubapo, mais aussi une expérience philosophique qui nous nous interroge sur le temps, l’identité, la mémoire, le changement…

C’est du moins ce que je ressens, et il en est de même lorsque je contemple l’image suivante sur Google Maps.  Margaillan-transtempsLa photo principale, datée de 2010, représente une maison construite  au début du XXe siècle dans une impasse de Marseille, le boulevard Margaillan. En avant de la façade, la véranda qui pendant des décennies a été le centre vivant de la maison et le platane qui la protégeait en été. Repeint en vert, le portail datant de sa fondation la sépare de la rue, Regardons maintenant la vignette en haut à gauche. Elle nous indique ce qu’est devenu ce pavillon en 2014 : façade, toit, intérieur ont disparu, seuls trois murs sont encore debout. Comme chez McGuire, cette simultanéité d’images de dates différentes sur un même écran fait sens et nous saisit de vertige, bien plus que ne le fait le simple défilement  chronologique ci-dessous des états successif de ce lieu. Le temps comme persistance plutôt qu’écoulement…

Margaillan-2010
Boulevard Margaillan, décembre 2010
Margaillan
Boulevard Margaillan, juin 2014
Margaillan-2015
Boulevard Margaillan, août 2015

 

Mise à jour du 22 mars 2016 : J’ai oublié de préciser que le titre de cette brève chronique reprend celui d’Un paysage du temps de Gregory Benford. Mais cela, vous le saviez déjà, n’est-ce pas ?


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion au sujet de « Paysages du temps »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *