Musée de la conversation

Depuis quelques années, les éditions Manucius se sont fixé pour objectif de republier des livres tombés dans l’oubli.  Avec la participation d’universitaires et de spécialistes, les textes  reproduits sont présentés avec un appareil critique (préfaces, index, glossaire, etc.) et publiés au sein de collections thématiques.

Le Philologue regroupe par exemple une série d’ouvrages portant sur la langue française, ses étymologies et ses expressions, ses « déviances »  et ses nuances, et précédemment parus entre du XVIIIet le début du XXe siècle. Le dernier en date, Le Musée de la conversation est un recueil d’articles de Roger Alexandre parus entre 1892 et 1901. En voici l’argument, tel qu’il figure sur le site de l’éditeur :

Aux grands maux les grands remèdes – Bonsoir la Compagnie! – Briller par son absence – Cela fera du bruit dans Landerneau – Embrassons-nous, Folleville! – Et ta sœur! – L’argent n’a pas d’odeur – Le nerf de la guerre – Mais où sont les neiges d’antan! – Mon siège est fait – Mort avant l’âge – Moulin à paroles – Noblesse oblige – On ne meurt qu’une fois – Pas d’ça, Lisette! – Pour vivre heureux vivons caché – Que diable allait-il faire dans cette galère? – Qui sème le vent récolte la tempête – Revenons à nos moutons – Souvent femme varie – Tour d’ivoire – Vie de bâton de chaise!

Ces expressions sans nom d’auteur sont, en quelque sorte, à tout le monde. Elles agissent sur nous comme des emprunts anonymes et des signes de reconnaissance, on les trouve (elles nous trouvent) en parlant, dans la trame du langage. Comme les clichés: elles nous parlent dans le moment où nous croyons être maîtres de notre parole. Retrouver la source, l’ouvrage ou l’anecdote mémorable à l’origine de ce genre de formule, c’est la tâche que s’est donnée Roger Alexandre d’abord dans ses chroniques du Figaro et du Gaulois avant de les regrouper en volume en 1892 dans un Musée de la conversation puis, devant le succès, en 1901, dans Les mots qui restent.

La collection Le philologue présente ici un mélange choisi des deux ouvrages, avec une sélection d’entrées propre à intéresser et, surtout, à réjouir le lecteur contemporain tant les anecdotes sont savoureuses puisqu’elles se terminent, comme de juste, par un bon mot.

Si les ouvrages de Roger Alexandre existent en ligne (voir ci-dessous), cette édition ne perd rien de son intérêt, en raison de son appareil critique et aussi de sa présentation matérielle (format, papier…). La lecture sur support papier reste quand même plus agréable que celle sur écran d’ordinateur, tout au moins pour un quarantenaire avancé comme moi…

Roger Alexandre, Le musée de la conversation : répertoire de citations françaises, dictons modernes, curiosités littéraires, historiques et anecdotiques… (3e éd.), Paris, E. Bouillon, 1897. Accessible sur Gallica.

Roger Alexandre, Les mots qui restent : répertoire de citations françaises, expressions et formules proverbiales, avec une indication précise des sources, Paris, E. Bouillon, 1901. Accessible sur  Gallica.


Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *