L’écriture chinoise ne manque pas de caractères

Oui, je sais, le titre est un peu facile, mais il en fallait bien un pour aborder les dizaines de milliers de caractères qui constituent le système d’écriture chinois.

Sommaire

Des dizaine de milliers de caractères

Les 214 clés ou radicaux

Caractères traditionnels et caractères simplifiés

Les caractères les plus fréquents

Sur l’étymologie des caractères

Quelques dictionnaires

Indexation des sinogrammes

Ecrire le chinois avec un clavier d’ordinateur

Traits et tracés

Plus d’informations

Des dizaines de milliers de caractères

D’après le dicKangxitionnaire de caractère de Kangxi (en chinois 康熙字典Kangxizidian) paru en 1716,  ils seraient plus de 47.000.  En 1994, le 中華字海 Zhōnghuá zì hǎi  en comptabilise plus de 85.000 et en 2008, le projet UniHan d’inventaire des caractères chinois, japonais et coréens (CJK) en recense près de 100 000. Cependant, ces inventaires comptent les hapax, variantes, raretés et caractères obsolètes de sorte que le nombre de caractères réellement utilisés jusqu’à nos jours serait plus proche des 20 000 du dictionnaire de Séraphin Couvreur (plus d’info). Selon Viviane Alleton (L’écriture chinoise, Fayard, Paris, 2008), 9 000 suffisent à lire la plupart des textes. C’est déjà beaucoup…

Les 214 clés

Par où commencer ? Peut-être précisément par une liste publiée dans ce dictionnaire, celle des 214 clés ou radicaux (bu shou 部首) , dont la liste a été établi en 1716. Avant leur nombre s’élevaient à 540.table-radicauxCe sont les  éléments de base qui entre dans la coyuemposition des caractères chinois (sinogrammes). Ils sont formés d’un à 17 traits. Traditionnellement, le premier est (un en chinois) qui se compose d’un simple trait vertical et le dernier yuè (flûte en chinois) que vous pouvez voir ci-contre.

Assez facile à trouver ici, et ou ailleurs sur internet, la liste des radicaux sert encore aujourd’hui  à  classer dans les dictionnaire chinois les sinogrammes en fonction de leur nombre de traits. Il s’agit simplement (!) de repérer la clé du caractère.

Caractères traditionnels et caractères simplifiés

A noter que 200 de ces radicauxniao-oiseau  ont été simplifiés, comme l’exemple ci-contre qui correspond à niăo (oiseau en chinois).

En effets, depuis le milieu des années 1950, des centaines de sinogrammes ont fait l’objet d’une simplification. Aujourd’hui existent pour environ 6.500 caractères une version simplifiée (sinogramme simplifié) en usage en Chine populaire et à Singapour et une version traditionnelle (sinogramme traditionnelle) utilisée à Hong Kong, Macao, Taïwan et certaines communautés chinoises expatriées.

Les caractères les plus fréquents

Vous pouvez commencer par apprendre de 105 à 805 caractères à moins que vous souhaitiez vous lancer dans l’étude des mille caractères les plus courants. L’idée n’est pas neuve  puisqu’un livre de l’enseignement élémentaire chinois s’appelait le Classique des Mille Caractères (千字文 qiānzìwén) dont Stanislas Julien a donné une édition en 1864 sous le titre Tshien-tseu wen ; le livre des mille mots.

Et pendant que vous y êtes, pourquoi ne pas aller jusqu’à mille cinq cents, voire même à deux mille qui correspondent au taux moyen d’alphabétisation ?

Sur l’étymologie des caractères

S’il existe un certain nombre d’ouvrages sur ce thème disponibles en librairies ou en bibliothèques, je vous conseille en ligne la version numérisée de la 3e édition de 1916 des Caractères chinois du Père Wieger. Sa dernière édition aux éditions Maisonneuve date de 2004 et elle est épuisée.

Quelques dictionnaires

Pour cette découverte des sinogrammes, les dictionnaires vous seront bien utiles. Vous en trouverez sur Lexilogos et sur Chine-Nouvelle.com. En voici quelques exemples.

Le Dictionnaire Chinois-Français-Anglais – Hanzidico permet des recherches à partir du français, de l’anglais, du chinois traditionel, du chinois simplifié, des phonétiques chinoises pinyin et bopomofo. Les entrées de ce dictionnaire proviennent du projet CEDICT et de son équivalent français le CFDICT.

Le CEDICT initié en 1997 par Paul Denisowski est considéré comme la référence du Web en matière de dictionnaire sino-anglais complet et gratuit. Comme dictionnaires anglo-chinois, voir également Chinese Characters, Zhendic et surtout Zhongwen .com.

Chinese-english dictionary of moderne usage par Lin Yutan.

En librairie ou en bibliothèque, vous trouverez les dictionnaires de l’Association Ricci et notamment le Dictionnaire Ricci de caractères chinois et le fameux Grand Ricci dont il existe des versions numérisées payantes.

Indexation des sinogrammes

L’indexation des caractères selon les 214 radicaux clés est utilisée dans la majorité des dictionnaires chinois actuels. Cependant il existe d’autres indexations que vous trouverez sur le Wikitionnaire.

Ecrire le chinois avec un clavier d’ordinateur

Clavier chinois en ligne (Lexilogos)

Traits et tracé

Ces caractères, comment les écrit-on ? Je ne vais pas aborder ici la calligraphie chinoise et de ses divers styles qui feront peut-être l’objet d’une autre chronique. Je me contenterai de souligner les deux éléments principaux intervenant dans le tracé d’un sinogramme

Les 8 types de traits

typologie-des-traits-永Les 8 règles de base selon lesquelles les traits d’un caractère sont tracé selon un ordre strictement établi comme vous pouvez le avec les caractères animés ci-dessous ;

trace1-haut-bas
Le haut avant le bas
trace2-gauche-droite
La gauche avant la droite
trace6-vertical-horizontal
Le trait vertical gauche avant le trait horizontal haut
trace4-dernier-horizontal
Le dernier trait horizontal en dernier
trace5-central-ailes
Le trait central avant les « ailes »
trace3-horizontal-vertical
Le trait horizontal avant le vertical qui croise
trace7-gauche-droite-tombant
Le trait descendant à droite avant celui descendant à gauche
trace8-point-dernier
Le trait mineur souvent en dernier

Le tracé des sinogrammes complexes se fait généralement en traçant successivement chaque élément graphique (simple ou non) qui le compose généralement  de gauche à droite et de haut en bas.

Plus d’informations

Bibliographie sur les sinogrammes (Wikipedia)

La partie consacrée à l’écriture chinoise sur le site de Jacques Poitou

Cette chronique n’est pas le fait d’un véritable sinologue, mais d’un simple curieux qui tente de synthétiser la documentation glanée à droite et à gauche. Alors, si vous avez des remarques et des critiques constructives à faire, surtout, n’hésitez pas.

Dernière mise à jour le 27 mars 2017.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *