The Calf-Path par Sam Walter Foss

I.

One day through the primeval wood
A calf walked home as good calves should;

But made a trail all bent askew,
A crooked trail as all calves do.

Since then three hundred years have fled,
And I infer the calf is dead.

II.

But still he left behind his trail,
And thereby hangs my moral tale.

The trail was taken up next day,
By a lone dog that passed that way;

And then a wise bell-wether sheep
Pursued the trail o’er vale and steep,

And drew the flock behind him, too,
As good bell-wethers always do.

And from that day, o’er hill and glade.
Through those old woods a path was made.

III.

And many men wound in and out,
And dodged, and turned, and bent about,

And uttered words of righteous wrath,
Because ‘twas such a crooked path;

But still they followed—do not laugh—
The first migrations of that calf,

And through this winding wood-way stalked
Because he wobbled when he walked.

IV.

This forest path became a lane,
that bent and turned and turned again;

This crooked lane became a road,
Where many a poor horse with his load

Toiled on beneath the burning sun,
And traveled some three miles in one.

And thus a century and a half
They trod the footsteps of that calf.

V.

The years passed on in swiftness fleet,
The road became a village street;

And this, before men were aware,
A city’s crowded thoroughfare.

And soon the central street was this
Of a renowned metropolis;

And men two centuries and a half,
Trod in the footsteps of that calf.

VI.

Each day a hundred thousand rout
Followed the zigzag calf about

And o’er his crooked journey went
The traffic of a continent.

A Hundred thousand men were led,
By one calf near three centuries dead.

They followed still his crooked way,
And lost one hundred years a day;

For thus such reverence is lent,
To well established precedent.

VII.

A moral lesson this might teach
Were I ordained and called to preach;

For men are prone to go it blind
Along the calf-paths of the mind,

And work away from sun to sun,
To do what other men have done.

They follow in the beaten track,
And out and in, and forth and back,

And still their devious course pursue,
To keep the path that others do.

They keep the path a sacred groove,
Along which all their lives they move.

But how the wise old wood gods laugh,
Who saw the first primeval calf.

Ah, many things this tale might teach—
But I am not ordained to preach.

Une traduction trouvée ici

Un jour, par le bois primitif,
Un veau marche à la maison, comme tout bon veau se doit ;
Mais il laisse une traîne toute éparpillée et de travers,
Une traînée tordue comme tout bon veau se doit.
Depuis lors trois cents ans se sont écoulés,
Et, j’en déduis que le veau est mort.
Mais il laissait toujours sa traînée,
Et sur ce fait repose mon conte moral.
La traînée est reprise le jour suivant
Par un chien solitaire qui passait par là ;
Et puis un sage bélier
A suivi la traînée par-delà monts et vallées,
Traînant le troupeau derrière lui, aussi,
Comme le font toujours les bons béliers.
Et depuis ce jour, au-delà de la colline et la clairière,
Par ces vieux bois un chemin a été frayé.
Et beaucoup d’hommes s’y blessent dedans et dehors,
Et esquivé, et tourné, et plié
Et des mots d’une juste colère y sont entendus
Puisqu’il y avait un chemin si tordu.
Mais toujours ils s’y aventurent, n’en riez pas.
Les premières migrations de ce veau,
Dans ce sentier tortueux par le bois marchait de manière vacillante,
Puisqu’il vacillait quand il marchait.

Ce chemin de forêt est devenu une ruelle,
Qui pliée et tournée tourne encore ;
Cette ruelle tordue est devenue une route,
Là où beaucoup plus d’un pauvre cheval avec sa charge
A Travaillé fort sous le soleil brûlant,
Et parcouru environ trois milles dans un.
Et ainsi un siècle et une moitié
Ils ont marché sur les traces de ce veau.
Les années ont passé à toute vitesse,
La route est devenue une rue de village ;
Et ceci, avant que les hommes se soient rendus compte,
La voie de communication achalandée d’une ville ;
Et bientôt la rue centrale était celle
D’une métropole renommée ;
Et les hommes de deux siècles et une moitié
Marchent sur les traces de ce veau.
Chaque jour cent mille déroutés
Suivent le veau en zigzag ;
Et par son chemin tordu circule
Le trafic d’un continent.
Cent mille hommes ont été guidés
Par un veau mort, il y a près de trois siècles.
Ils suivaient toujours sa manière tordue,
Et perdaient cent ans par jour ;
Une telle vénération est accréditée
À un précédent bien établi.

Une leçon morale que ceci pourrait enseigner,
Si j’étais ordonné et serais appelé pour prêcher ;
Car les hommes sont enclins à marcher en aveugle
Le long des chemins des veaux de l’esprit,
Et à travailler de soleil en soleil
Pour faire ce que d’autres hommes ont fait.
Ils suivent dans le sentier battu,
Et dehors et dedans, et en avant et en arrière,
Et poursuivent toujours leur cours détourné,
Pour garder le chemin que d’autres ont tracé.
Ils gardent en chemin le sillon sacré,
Le long de ce que toutes leurs vies, ils se déplacent.
Mais comme les anciens dieux des bois sages rient,
Qui ont vu le premier veau originel !
O ! Beaucoup de choses ce conte pourrait enseigner,
Mais je ne suis pas ordonné pour prêcher.

NB : C’est en exergue à la troisième partie de Théorie, conception et gestion des systèmes de R.A. Johnson, F.E. Kast, J.E. Rosenzweig paru chez Dunod en 1970 – bref d’un ouvrage où sa présence pouvait sembler pour le moins inattendue – que j’ai trouvé par hasard un extrait de ce poème de Sam Walter Foss, bibliothécaire et poète américain mort voici un peu plus d’un siècle. Du coup, j’ai eu la curiosité de le chercher sur internet. Et vive la sérendipité !


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *