Mais quel rapport y a-t-il entre Henri de Balzac et le prix Femina ?

Avant de répondre à la question du titre, laissez moi vous raconter une récente recherche.

Connaissez vous Henri de Balzac ? Ce frère cadet  de l’auteur de la Comédie humaine (ce dernier lui dédie la nouvelle intitulée Le bal de Sceaux) mena une vie aventureuse  du côté des îles de l’Océan Indien où il serait mort misérablement à Mayotte selon les documents que j’ai pu trouvé en ligne. Cependant, un bibliophile comtois soutient en 1924  dans L’Intermédiaire des chercheurs et curieux qu’il serait parti aux Indes occidentales (comprendre les Amériques ou bien ?) où on ignore ce qu’il est devenu. Bizarre, bizarre ces différences, vous ne trouvez pas ?

Un roman de Michel Thouillot intitulé Henry de Balzac, enfant de l’amour a été publié en 2011 chez l’Harmattan, mais ce n’est pas lui a attiré mon attention sur ce personnage à la vie romanesque – à moins qu’elle n’ait été romancée ? -, mais trois articles qui lui ont été consacrés entre le début des années 30 et 1950 :

Marius-Ary Leblond, « Un frère de Balzac aux Mascareignes », Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, 2 février 1932, p. 7

Myriam Harry

« La vie aventureuse et le destin d’Henri de Balzac : comment le frère de l’écrivain mourut à la veille de la fortune », Le Journal, 8 juin 1938, p. 3

« Aux îles Comores, sur les traces d’Henry de Balzac », Les Nouvelles littéraires, n° 1198, 17 août 1950, p. 1.

Si l’auteur du premier article cache sous un pseudonyme un écrivain bicéphale, comprenez deux cousins journalistes et critiques d’art réunionnais, celui des deux suivants, Myriam Harry, de son vrai nom Maria Rosette Shapira, a eu une vie aussi romanesque que celle d’Henri de Balzac. La voici en quelques mots et sans ordre.

Née à Jérusalem en 1869 d’une mère luthérienne et d’un père juif originaire d’Ukraine converti au protestantisme et ruiné par l’acquisition d’un mystérieux manuscrit, elle a vécu en Allemagne, en France, en Tunisie et beaucoup voyagé, notamment en Indochine, à Ceylan, au Moyen-Orient et à Madagascar. Si elle doit ses débuts littéraire en Allemagne à Léopold von Sacher-Masoch, elle est aussi l’amie de Catulle Mendès et de Joris-Karl-Huysman et reçoit en 1905 le tout premier prix Femina (alors prix de la Vie heureuse) pour son La Conquête de Jérusalem, biographie romanesque de son père  : ce prix avait été créé spécialement pour réparer la goujaterie des membres de l’Académie Goncourt qui n’avaient pu envisager d’attribuer le prix à une femme. Ses nombreux ouvrages marqués par l’orientalisme remportent un certain succès. Elle meurt en 1958 à Neuilly-sur-Seine.

Et si vous souhaitez plus de détail, je vous renvoie aux différentes notices biographiques que j’ai pu trouver sur les sites suivants :

Les commérages de Tybald

Lettres du Mékong

Mémoire d’Afrique du Nord

En outre les sites consacrés au prix Fémina et à Huysmans contiennent l’un et l’autre plusieurs documents la concernant.

Myriam_Harry_1904
Myriam Harry en 1904. Photographie parue dans la Revue moderne, 1905, p. 373.

 

Extrait du Journal, 8 juin 1938, p. 3
La vie aventureuse  et le tragique destin d’Henri de Balzac
COMMENT LE FRÈRE DE L’ÉCRIVAIN  MOURUT
A LA VEILLE DE LA FORTUNE

Par MYRIAM HARRY

On sait que, grâce à l’initiative de M. Georges Lecomte, la fameuse statue d’Honoré de Balzac, chef-d’œuvre de Rodin, va fixer enfin sa destinée : elle se dressera bientôt au carrefour du boulevard Raspail et du boulevard Montparnasse. Sa curieuse aventure évoque celle d’un frère de l’illustre écrivain, Henri de Balzac, dont Mme Myriam Harry nous conte ici la tragique odyssée :

Loin, loin, aux confins de l’océan Indien, perdue dans les chaudes mers de notre France australe, il est une île embaumée de vétyver, éventée de cocotiers, ravagée par les cyclones. Les cyclones ont bouleversé son petit cimetière sauvage, déraciné les arbres, arraché les tombes, jeté les morts à la mer.

C’est dans cette île Comore, cette « île de la Lune », qu’Henri de Balzac, le frère cadet de l’illustre écrivain, alla, ébloui par le mirage colonial, achever sa tragique destinée.

Agé de vingt-quatre ans, « fort, grand, de belle tournure, l’air tapageur et fanfaron », celui qui servit plus tard de modèle au Philippe de « La Rabouilleuse », s’embarquait en 1831, à Saint-Nazaire, pour l’île Bourbon.

En 1831 ! « Indiana ». ce roman semi-bourbonnais de George Sand, venait de paraître. A-t-il déterminé le choix de l’exil ? Et à la suite de quel coup de tête, de quelles dettes, de quelle conspiration monarchique, la mère qui adorait ce fils, l’adorait uniquement, au détriment de l’aîné, d’Honoré, jugé par elle « laid, et borné », oui, à la suite de quel nouveau scandale, la pauvre égarée a-t-elle consenti à se séparer de son idole, du « grand homme, de la gloire et de l’avenir de la famille » ?

Et quelles folles aventures, quelles chimères dorées devait poursuivre le beau gaillard durant trois mois de navigation sur la fameuse « route des épices » sillonnée par tant de grands capitaines, corsaires et flibustiers !

Car si différents d’aspect et de caractère, les deux frères se ressemblaient par la fougue de leur imagination. Toute leur vie criblés de dettes, ils rêvent toute leur vie de millions, d’inventions mirifiques, de fabuleux trésors. Si bien qu’on se demande lequel a déteint sur l’autre ? Fut-ce l’utopie coloniale d’Honoré qui lança le cadet vers les Iles ? Sont-ce les lettres exotiques d’Henri qui inspirèrent à l’aîné le projet d’une plantation d’ananas aux portes de Paris ?

Ou celui plus baroque encore de placer son capital en tendre chair humaine et gratitude filiale, en faisant l’élevage — comme on fait aux Tropiques pour les négrillons — de beaux enfants qui, tous enrichis plus tard, serviraient une fastueuse rente à leurs parents ?

Tou jours est-il qu’Henri de Balzac débarqua à l’île Maurice — l’ancienne Ile-derFrance de « Paul et Virginie » — bien décidé d’y faire fortune.

Cette fortune se présenta à lui à Trou-Faafarnn — vieux repaire de pirates — sous les traits d’une jolie et langoureuse veuve créole. de douze ans son aînée, pourvue d’une nombreuse progéniture et, prétend-elle, de non moins nombreuses plantations de canne à sucre. Henri l’épouse, adopte la nichée, écrit à sa mère éblouie : « Je réussis merveilleusement », mais se trouve réduit à accepter une place d’instituteur.

Un fils lui naît qu’il appelle Honoré et dont l’écrivain accepte le parrainage, la séparation ayant rapproché les frères ennemis.

Mais le modeste maître d’école spécule sur les rhums, sur les sucres, souscrit à une distillerie, de parfums, élabore des rêves si magnifiques que, poursuivi pour dettes, il se réfugie, avec toute sa famille, à l’île Bourbon, où le gouverneur. le vice-amiral Basoche, l’accueille, grâce à une chaleureuse recommandation et un volume dédicacé du frère « laid et borné » devenu un célèbre romancier. Romanciersans rancune, à moins qu’il ne l’ait déversée en « La Rabouilleuse » — parue en 1842 — et qu’à son agissante amitié pour Henri ne se mêle un léger remords littéraire pour Philippe. M.  Basoche nomme M. de Balzac arpenteur-juré, puis co-architecte de la nouvelle capitale bourbonnaise : Saint-Denis.

Mais, sans doute, exercer fonctions bourgeoises ne saurait contenter une aventureuse fantaisie. Henri, lancé en toutes sortes d’inventions, retombe, le vice-amiral parti et Honoré mort, à ses dettes et à son infortune.

A cette époque, on parle beaucoup des iles Comores, les « îles de la Lune -, dont l’une, Mayotte, s’est donnée à la France pour échapper au sultan de Zanzibar. Une grande compagnie de colonisation s’y installe. Notre marine de guerre s’y aménage un port.

Des millions à gagner dans cette île de la Lune !

Et l’illusionniste s’embarque. Mais à Mayotte, ni trésors ni le moindre emploi. Au bout de quatre mois, miné de déceptions et de fièvres, Henri de Balzac meurt seul et misérable à l’hôpital militaire
(faute d’argent, il avait laissé sa famille à Bourbon).

Mais où cette navrante aventure atteint la grandeur d’une tragédie balzacienne, c’est lorsque le lendemain, mouille en rade un courrier de France, porteur d’une lettre pour l’exilé, lui apprenant qu’un de ses amis d’enfance et de noces lui a légué en mourant la somme de cent mille francs, de quoi payer toutes ses dettes et d’acheter toutes les îles lunaires !

Sinistre détail : ce legs remonte à deux ans ! La négligence du notaire, la recherche de l’adresse du légataire, une terrible tempête en route, tous ces éléments pathétiquement coalisés ne permettent au navire sauveur d’aborder que lorsque le « pauvre Philippe » est entré, lui et ses chimères, dans l’éternité.

L’an dernier, au cours de mon voyage à Madagascar, touchant Mayotte, je voulais me rendre à la tombe d’Henri de Balzac. Mais, outre que l’escale était courte, le cimetière fort éloigné, la chaleur torride, personne ne se souvint de cette tombe.

Ce n’est que quelques minutes avant de me réembarquer, qu’on vint me dire qu’en effet elle existait ici.

Mais un cyclone récent a balayé le cimetière et précipité les vieilles tombes à la mer.

J’ai dû me contenter de regarder de loin la falaise sauvage, ses arbres déchirés, un unique cocotier tordu par l’ouragan penché sur le précipice, comme pour mener deuil sur le destin tragique de l’idole
maternelle « le grand homme, la gloire et l’avenir de la famille de Balzac ».

Extrait de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux,
vol. 87 n° 1593, 1924, col. 207-208

Henri-François de Balzac, frère cadet d’Honoré, est peu connu. Sa sœur Laure (Mme Surville) se contente de dire de lui Notre frère partit pour les colonies, où a il se maria et resta (Balzac sa vie et ses oeuvres, Paris, 1838, in-12, p. 14).
Cet enfant, qui naquit en 1808, parait avoir fait le désespoir de sa famille. Sa mère, qui le chérissait par-dessus tous ses autres enfants (elle avait peut-être pour justifier cette préférence des raisons par-
ticulières), l’avait horriblement gâté. Mal dirigé, doué de peu de moyens, Henri de Balzac ne devait faire que des sottises. La plus grave fut celle d’épouser en Amérique, où il était allé chercher fortune, et de ramener en France une femme qui semble avoir produit une impression plutôt défavorable sur la famille de son mari. Le 20 juin 1834, Honoré de Balzac écrivait à Mme Hanska

Cette lettre, commencée il y a dix sept jours, est restée là par la force des choses. D’abord le retour de mon frère, qui est arrivé
des Indes avec une femme (fallait-il faire cinq mille lieues pour trouver une femme comme cela !)…

Il revient, à plusieurs reprises, dans sa correspondance avec l’étrangère sur le compte de son frère et sur son « mauvais mariage », ainsi que sur le désespoir qu’en a ressenti Mme Balzac mère, « peinée dans l’enfant de son choix d’une affreuse manière ».
Le 35 août 1834, il annonce à sa correspondante que la femme de son frère est grosse. Cette-ci mit au monde au mois de mars de l’année suivante un enfant dont Balzac ne dit pas le sexe, mais dont il accepta d’être le parrain avec sa nièce Sophie Surville comme marraine.
Henri de Balzac retourna dans les Indes occidentales, où il continua, d’après une lettre de son frère du 16 juillet 1841 à faire de la misère. On ne sait pas ce qu’il est devenu.

Cependant on voit qu’il a eu au moins un enfant, il se peut donc que la jeune artiste américaine, du nom de Balzac, à laquelle fait allusion M. Paul de Montzaigte, soit une de ses descendantes. En terminant, je crois devoir rappeler que, le 20 janvier 1899, le vicomte de Spoelberch de Loventout avait demandé dans notre recueil (XXXI, 7) ce qu’était devenue la correspondance de Balzac avec son frère Henri. Aucune réponse n’a été faite à cette question.

UN BIBLIOPHILE COMTOIS.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion au sujet de « Mais quel rapport y a-t-il entre Henri de Balzac et le prix Femina ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *