Nacrt za jednu fenomenologiju iracionalnog = Esquisse d’une phénoménologie de l’irrationnel

J’ai catalogué récemment un ouvrage des surréalistes serbes Koča Popović et Marko Ristić (en intitulé Nacrt za jednu fenomenologiju iracionalnog. Il s’agit d’un des 250 exemplaires de l’édition originale de 1931 parue à Belgrade aux   Nadrealisticka Izdanja (Editions surréalistes). Une autre édition, toujours à Belgrade, est parue en 1985 et vous pouvez la trouver en ligne ici et et là encore.

Alors qu’il s’agit sans doute de l’ouvrage théorique le plus important du surréalisme serbe, il a fallu attendre 2016 pour qu’une traduction en françaisEsquisse d’une phénoménologie de l’irrationnel, paraisse aux éditions Mimésis sous la direction de Paolo Scopelliti, Branko Aleksić et Jelena Novaković.

Voici ce que j’ai pu trouver sur un site consacré au contexte européen du surréalisme serbe. J’ai souligné en bleu ce qui concerne  cet ouvrage et ajouté des liens concernant un autre livre de Marko Ristić :

”J’ai décrit le surréalisme comme un mouvement qui avait son propre élan, qui a essayé d’englober toute une série de manifestations très diverses de la vie, allant de la poésie à l’amour, de l’imagination à l’humour, de la révolte au rêve,de la nécessité absolue d’une révolution sociale à la destruction de toutes les barrières dans la création. ”

Marko Ristic, O dnevnicima, o kontinuitetu, o nadrealizmu i o vetru (Sur les journaux, sur la continuité, sur le surréalisme et sur le vent), 1963.

Le troisième et dernier numéro de la revue Nadrealizam danas i ovde 1932 marque la fin de certaines des activités des surréalistes serbes, avant tout leurs activités collectives, fortement orientées, sur le plan idéologique, vers la ” révolution sociale ”.

La politisation du mouvement surréaliste est survenue, comme cela est bien connu, au lendemain de la publication du Second manifeste du surréalisme de Breton (1929). Au sein du surréalisme serbe ce tournant peut être, dans une certaine mesure, rattaché aux prises de positions de Ristic et de Popovic dans le Nacrt za jednu fenomenologiju iracionalnog (Projet pour une phénoménologie de l’irrationel) (1931) et aux thèses de Ristic et Bor exposées dans le livre Anti-zid (1932).

En fait, déjà le deuxième numéro de NDIO différait du premier par sa conception, de sorte que les photomotages, dessins et reproductions de tableaux y ont laissé la place, comme ce fut aussi le cas dans le troisième et dernier numéro de cette revue, à des photographies reprises de publications révolutionnaires russes : La mise à bas des croix du Kremlin et, respectivement, Les enfants seuls avec la machine et L’imagination au service de la propagande, sous le titre commun Eléments surréalistes dans la vie sociale moderne.

C’est le moment où NDIO, en tant que publication surréaliste, a en partie repris le concept de Stozer, revue révolutionnaire orientée à gauche. Il est intéressant de noter, s’agissant déjà de parallèles sur le plan des idées, que Stozer a reproduit, cette même année 1932, des photographies du livre La Russie au travail. Les vastes repositionnements idéologiques, survenus au lendemain du congrès de Karkhov, ont abouti au regroupement de certains représentants du surréalisme serbe autour de la rédaction de la revue Nasa stvarnost (Notre réalité) en 1936.

Les réflexes hérités des anciennes divergences divergences idéologiques se sont alors également répercutés au niveau de l’art, de sorte que, par exemple, Djilas a reproché à Ristic d’avoir ”enterré le nouveau réalisme en peinture” en rédigeant un essai élogieux sur Picasso. Sur sa fin, le surréalisme a vainement essayé de convaincre la gauche incrédule de la justesse de ses idées et de la sincérité de son engagement social. A quel point il se trouvait pourtant lui-même, en fait, bien éloigné de ses idées originelles est parfaitement illustré par la formule d’Aragon datant des années vingt : ” L’idée de toute activité humaine me fait sourire ”.

Voir aussi ce qui concerne le surréalisme en Yougoslavie sur le site Mélusine.

Addendum

Koča Popović et Marko Ristić ont également publiés Les sourcils désystématisés (Editions surréalistes, Belgrade, 1931). Voir à ce propos :

Sarah Druet, La Poésie faite par tous : partage poétique et poétique du partage dans le surréalisme européen de l’entre-deux-guerres ; sous la dir. de Daniel Lewers ; Université François Rabelais (Tours), 2003, 3 vol. ( 726 f.).: ill; 30 cm.

Num. national de thèse : 2003TOUR2024

Thèse Doctorat: Littérature française : Tours : 2003

Résumé : La présente thèse se propose d’analyser les formes et les fonctions de la collaboration l’Europe surréaliste de l’entre-deux-guerres. Au delà de l’association stratégique mise en place entre les différents groupes français, belges, yougoslaves, tchèques, canariens, britanniques et danois, les surréalistes explorent les potentialités poétiques d’un processus créatif fondé sur le « partage de la pensée », où ils voient la quintessence de l’altération lyrique. L’étude d’œuvres comme Les Champs Magnétiques de Breton et Soupault, Les Sourcils désystématisés de Bor, Popovic et Ristic, Clarisse Juranville de Nougé, Souris et Magritte ou encore La Femme au pluriel de Nezval et Teige témoigne de la diversité des modes de création plurielle développés par les poètes, mais aussi les musiciens et les plasticiens. En annexe figurent une anthologie de textes rares ainsi que les entretiens menés avec les trois anciens membres du groupe surréaliste : Petr Kral, Conroy Maddox, Gisele Prassinos.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *