Deux gravures abolitionnistes d’après George Morland

Je souhaite vous présenter brièvement deux gravures qui me sont chères, car je les connais depuis fort longtemps. Réalisées à la fin du XVIIIe siècle d’après deux tableaux du peintre  anglais George Morland mais imprimées en France, elle représentent des sujets favorables à l’abolition de l’esclavage et de la traite. Elles sont contemporaines de la première abolition en 1794.

Dénommé aussi The Slave Trade, le tableau Execrable human Traffick, or The Affectionate Slaves a été peint en 1789. Les gravures dont il a fait l’objet en France s’intitulent Traite des nègres. En noir et blanc (voir plus de détails ici) …

Traite-des-negres-NB

… ou en couleur (des exemplaires de cette gravure sont accessibles en ligne ici ou )

Traite-des-negres

… elles sont accompagnées de cette légende :

Quel contrat infâme, l’un marchande
Ce qui n’appartient à personne,
L’autre vend la propriété
De la Nature.

Peint l’année suivante, African Hospitality complète la peinture précédente donnant une image idyllique de l’hospitalité africaine pour mieux l’opposer à la cruauté des trafiquants d’esclaves.

Il n’a pas tardé à être lui aussi reproduit en gravure sous le titre la Traite des nègres (grossir l’image).

L'Afrivain hospitalier

Enfin, les deux œuvres de George Morland ont été reprises sur un rouleau de coton imprimé par Frédéric Etienne Joseph Feldtrappe en 1825.

Traite-des-negres-1825
Sources

Cybèle T. Gontar. “A Fashion for Abolition. Frédéric Etienne Joseph Feldtrappe’s Traite des Nègres (ca. 1825)“, sur le site Common-Place.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean Stouff (27 janvier 2022). Deux gravures abolitionnistes d’après George Morland. Biblioweb. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzs6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.