Mais qui est donc Alexandre Herculano ?

Lors de mes vacances au Portugal en juillet dernier, j’ai séjourné chez ma cousine à Peniche. Le nom de la rue où elle habite m’avait frappé : Alexandre Herculano. Je présumais qu’il s’agissait là d’une célébrité locale au nom quelque peu pompeux et présomptueux. Après tout, Arbois a bien sa rue Auguste-Napoléon ParandierCependant, quand je consultais le guide du routard du Portugal, je remarquais que le terminus des fameux cars Rede Expressos à Porto se trouvait également rua Alexandre Herculano. Et je ne tardais pas à constater en repassant à Coimbra qu’une des rues aboutissant à la Praça Republica et au poétique Jardim da Sireia portait également ce nom. Mais qui est donc ce personnage qui a visiblement eu une certaine importance historique dans son pays ?

Je l’avoue, je ne connais guère de l’histoire du Portugal que la fin du Moyen-Age, étudiée voici plus d’un quart de siècle dans le cadre rébarbatif de l’agrégation d’histoire. Me reviennent les noms de Jean d’Aviz et d’Henri le Navigateur. Puis plus rien jusqu’à Salazar et à la Révolution des Œillets. Je ne pense pas différer en cela de beaucoup de mes compatriotes, mais quand même, l’histoire est censée être mon domaine de prédilection et je me trouve bien ignare en cette occasion…

Or l’histoire est justement un domaine dans lequel Alexandre Herculano de Carvalho e Araújo (1810-1877) s’est illustré avec notamment une História de Portugal desde o começo da monarchia até ao fim do reinado de Affonso III et une Historia da origem e estabelecimento da Inquisição em Portugal. Il a été aussi poète, dramaturge, romancier et journaliste acquis aux idées libérales. Mais avant de se faire un nom par la plume, il a participé à la guerre civile portugaise (1828-1834) à la suite de laquelle D. Pedro IV l’a nommé bibliothécaire de la Biblioteca do Porto. Un collègue donc…

Revenons à ses ouvrages. Si un bon nombre d’entre eux sont accessibles en ligne dans leur langue originale sur le site de la Biblioteca Nacional de Portugal, dans le Projet Gutenberg ou dans Wikisource, rares sont ceux qui peuvent être lus en français. En fait, ils semblent se réduire à deux titres. D’abord Eurico o presbitero, paru initialement en 1844, a été traduit deux fois dans notre langue, d’abord par David A. Cohen en 1883 sous le titre Enrico, roman-poème, puis par la vicomtesse de Nogueiras avec un Enrico le prêtre, roman historique. Vous noterez que dans ces deux traductions, Eurico s’est transformé en Enrico, ce qui ne laisse rien augurer de bon pour la qualité de ces belles infidèles… Beaucoup plus récemment, en 2006, les éditions Chandeigne ont publiés des Légendes & récits du Portugal traduits par Diogo Quintela et Bernard Tissier, le titre original étant Lendas e narrativas.

Je voudrais enfin souligner qu’il n’existe que peu de choses en français sur la vie d’Alexandre Herculano, à savoir essentiellement la courte notice que lui consacre des éditions Chandeigne et celle réalisée par Wikilibéral. Il ne me reste plus qu’à apprendre le portugais pour déchiffrer ce qui est écrit à son sujet  dans Wikipédia portugais, me plonger dans les ouvrages qui lui ont été consacrés par ses compatriotes et autres lusophones… et surtout pour retourner au Portugal !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.