Autour de… Terrorisme et communisme de Karl Kautsky traduit de l’allemand par N Stchoupak et publié par Jacques Povolozky,

Comme je l’ai fait précédemment pour des ouvrages de Victor Serge et de Georges Sorel, je voudrais décortiquer ici la notice bibliographique suivante et explorer les diverses pistes qu’elle nous propose :

Terrorisme et communisme : contribution à l’histoire des révolutions / Karl Kautsky ; traduit de l’allemand par Mme N. Stchoupak. – Paris : J. Povolozky, [1919].

Karl Kautsky, le « pape du marxisme »

Ancien secrétaire d’Engels et pilier de la social-démocratie allemande, Karl Kautsky se veut le défenseur de l’orthodoxie marxiste face au révisionnisme de Bernstein ou au bolchevisme de Lénine. C’est contre ce dernier qu’il publie Terrorisme et communisme.
(en allemand Terrorismus und Kommunismus. Ein Beitrag zur Naturgeschichte der Revolution).

Nous sommes alors en 1919, la révolution d’Octobre a moins de deux ans et la guerre civile perdure en Russie.  Au sein de la social-démocratie allemande, la Grande guerre et la révolution de novembre 1918 a produit de terribles fractures entre les membres du SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne) d’avant 1914 avec les scissions de l’USPD (Parti social-démocrate indépendant d’Allemagne) en 1917, puis, au sein de ce dernier, celle de la Ligue spartakiste qui a fondé en décembre 1918 le KPD  (Parti communiste d’Allemagne). N’a-t-on pas vu alors le Président Ebert et le ministre de la Défense Gustav Noske, tous deux issus du SPD, s’appuyer sur les corps francs pour réprimer les Spartakistes et assassiner leurs dirigeants, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, fils d’un des cofondateurs de ce même SPD ? Bref, la social-démocratie allemande à l’époque n’est pas sans rappeler alors les sanglants Atrides, et les petites dissensions existant actuellement au sein de la gauche française ne sont que gamineries d’écoliers auprès de cela. Mais je m’égare…

Kautsky fait  encore partie de l’USPD qu’il quittera l’année suivante pour réintégrer le SPD. Il est aussi ministre adjoint aux Affaires étrangères et considère avec une certaine inquiétude « la grande lueur à l’est ». C’est dans ce contexte qu’il faut replacer la publication de Terrorisme et communisme où il  entend mettre en garde contre l’expérience bolchevique en la replaçant dans l’histoire des révolutions. Trotsky ne tarde pas à réagir et, de façon très originale, titre sa réponse Terrorisme  et communisme. souvent sous-titré depuis L’Anti-Kautsky (à ne pas confondre avec l’ouvrage de Karl Korsch). Il imite en cela Lénine qui avait publié dès 1918 La révolution prolétarienne et le renégat Kautsky en réponse à La Dictature du prolétariat, où le social-démocrate allemand critiquait déjà l’usage de la violence par les bolchéviks.

Au cours des années suivantes Kautsky continuera à combattre le bolchévisme dans ses écrits (Rosa Luxemburg et les bolchéviques, 1922). Cependant, se retirant peu à peu du jeu politique, il se consacre à la rédaction de La conception matérialiste de l’histoire, publié en 1927. Il reprend ainsi ses travaux historiques entamés avec Les antagonismes de classes à l’époque de la révolution française paru en 1889, au moment du centenaire de la Révolution française. Et il est vrai au-delà de la polémique anti-bolchevique, Terrorisme et communisme peut aussi s’inscrire dans cette partie de son oeuvre.

Les éditions du Sandre ont réédité cet ouvrage en 2009. et je vous invite à lire l’article paru à ce sujet dans l’Humanité.

Nadine Stchoupak, orientaliste franco-russe

Intéressons nous maintenant à la traductrice de Terrorisme et démocratie, Nadine Stchoupak (1886-1941) au sujet de laquelle vous trouverez une notice assez complète dans le Dictionnaire des orientalistes de langue française (Karthala, 2008). J’en reprends ici les principaux éléments.

Née de l’union d’un professeur du Conservatoire de musique de Saint-Petersbourg et de la fille de Rimski-Korsakov, la jeune Nadine fait ses études à Vilna, puis à l’Ecole supérieure de jeune fille de Saint-Petersboug où elle suit notamment les leçons de l’historien Evegenii Victorovitch Tarle (1874-1955). Fréquentant les milieux sociaux-démocrates, elle rencontre un membre du Bund (Union générale des travailleurs juifs de Lituanie, de Pologne et de Russie), Samuel Stchoupak (1880-1944), qu’elle épouse.

Le couple s’étant installé à Paris en 1907, elle entreprend des études de philologie sanscrite à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Diplômée de l’EPHE, section sciences historiques et philologiques  en 1917, elle subsiste de travaux de traduction de l’allemand en français, puis assure à partir de 1922 un cours de langue et de civilisation à la Faculté des lettres de l’Université de Paris. Lors de la création de l’Institut de civilisation indienne en 1927, elle en devient secrétaire et bibliothécaire, tout en poursuivant ses recherches en poétique et la langue sanscrite. Elle est notamment l’auteur d’un Dictionnaire sanscrit-français qui est toujours édité.

Cependant elle ne perd pas le contact avec la Russie et est très active avec son maître Sylvain Lévi auprès des juifs émigrés de Russie et d’Europe centrale. Lorsqu’en 1930, Euguenii Tarle est emprisonné, elle organise la mobilisation des universitaires français, au premier rang desquels l’historien de la Révolution française Albert Mathiez, mobilisation couronnée de succès, Tarle étant finalement libéré en 1932.

Démise de ses fonctions en 1940 à cause des lois anti-sémites de Vichy, elle meurt l’année suivante gravement malade à l’hôpital de Paris.

Petit bibliographie sur Nadine Stchoupak

Nadine Stchoupak (1886-1941). In memoriam. [Paris], 1945.

Boris Kaganovitch. « Nadine Stchoupak, disciple russe de Sylvain Lévi », in Lyne Bansat-Boudon et Roland Lardinois (éd.), Sylvain Lévi. Etudes indiennes, histoire sociale, actes du colloque international, Paris 8-10 octobre 2003. Turnhout (Belgique) : Brepols, 2006.

Roland Lardinois et Boris Kaganovitch. « Stchoupak, Nadine (1886-1941) », in François Pouillon. Dictionnaire des orientalistes de langue française. Paris : IISMM : Karthala, 2008, p. 911-912 (une nouvelle édition revue et corrigée de cet ouvrage est parue en 2012).

Jacques Povolozky, un éditeur russe à Paris

Comme Nadine Stchoupak, Jacques Povolozky (1881-1945) est un émigré russe, né à Odessa. Installé à Paris en 1908, il crée sa maison d’édition deux ans plus tard et travaille à partir de 1912 avec l’Imprimerie Union qui vient d’être fondée par deux émigrés russes, Volf Chalit et Dimitri Snégaroff. Vers la même époque, il traduit deux romans de Michel Artzybachev  pour les éditions Grasset : Sanine (1911) et A l’extrême limite (1913).

Un autre Russe, Victor Kibaltchich, alias Victor Serge, effectue pour lui des traductions. Ce dernier étant alors un proche de l’anarchiste Bonnot, cela vaut à Povolozky de faire l’objet d’un arrêté d’expulsion en octobre 1917 suite à des révélations concernant ses contacts avec Kibaltchich. Une contre-enquête révèle cependant la bonne foi de l’éditeur-libraire qui ignorait les activités délictueuses des deux anarchistes.

Revenons à son travail d’éditeur, qu’il réalise tant sous son propre nom qu’à l’enseigne des éditions d’art La Cible, la galerie qu’il a créé. On peut y distinguer deux axes principaux : la Russie  et les arts de son temps. Ces derniers englobent Kupka, le cubisme et dada en passant par le cinéma. Quant à la première, il entend en faire connaître la littérature contemporaine – Anna Berberova, Sergueï Essine – et la situation politique  avec des auteurs divers ayant en commun leur anti-bolchevisme : le social-démocrate Gueorgui Plekhanov, le Bureau central du Parti socialiste révolutionnaire russe, le général Denikine…

Pour plus de détails, je préfère vous renvoyer aux articles d’Eric Dussert sur les sites du Matricule des Anges  et de l’Alamblog, le second étant une bibliographie lacunaire, mais très détaillée des éditions Jacques Povolozky – La Cible.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *