L’attention au présent

Nous ne nous tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l’avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours, ou nous rappelons le passé pour l’arrêter comme trop prompt, si imprudents que nous errons dans les temps qui ne sont point nôtres et ne pensons point au seul qui nous appartient, et si vains que nous songeons à ceux qui ne sont rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C’est que le présent d’ordinaire nous blesse. Nous le cachons à notre vue parce qu’il nous afflige, et s’il nous est agréable nous regrettons de le voir échapper. Nous tâchons de le soutenir par l’avenir et pensons à disposer les choses qui ne sont pas en notre puissance pour un temps où nous n’avons aucune assurance d’arriver.

Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupées au passé ou à l’avenir. Nous ne pensons presque point au présent, et si nous y pensons, ce n’est que pour en prendre la  lumière pour disposer de l’avenir. Le présent n’est jamais notre fin. Le passé et le présent sont nos moyens, le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre, et nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais.

Blaise Pascal, Les Pensées.

Je suis souvent surpris de lire chez Pascal, à propos du moi, du divertissement ou, dans l’extrait ci-dessus, du peu d’attention que nous portons au présent, des réflexions que l’on retrouvent sous une forme proche dans les préceptes du yoga et du bouddhisme :

Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent.

Bouddha Siddharta Gautama

L’injonction à vivre pleinement l’instant présent est au centre  de ces sagesses venues d’Orient, aujourd’hui bien implantées en Occident (cf. le moine bouddhiste Thích Nhất Hạnh, La plénitude de l’instant) et leur influence est certaine sur les tenants du développement personnel :

Porter son attention au présent, ce n’est pas nier ce qui est nécessaire ;  c’est reconnaître l’essentiel. On peut alors fort aisément s’occuper de l’accessoire.

Eckhart Tolle, Le pouvoir du moment présent

Cette « attention au présent » se retrouve aussi dans le carpe diem épicurien d’Horace, chez mon cher Omar Khayyam :

Des vicissitudes du temps qui nous conduit, n’aie pas peur.
Quoi qu’il advienne, sachant que rien ne dure, n’aie pas peur.
Vis dans la joie ce seul instant dont tu disposes.
Ne te préoccupes point du passé, n’aie pas peur du futur.

Omar Khayyam

… ou dans ces trois versions d’un même poème attribué à différents auteurs anglo-saxons

Yesterday is history, tomorrow is a mystery, today is a gift of God, which is why we call it the present.

Bil Keane

Yesterday is history, tomorrow is a mystery, and today is a gift; that’s why they call it the present

Eleonor Roosevelt

Yesterday is history. Tomorrow is a mystery. Today is a gift. That’s why it’s called the present

Alice Morse Earle

Ce dessin est extrait du site d’Anna Guégan, Chevalière de l’Espérance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.