La défense de la main gauche écrite par Jacques-Barthélémy Salgues

Extrait d’un recueil de Jacques-Barthélémy Salgues  (1760-1830) intitulé Des erreurs et des préjugés répandus dans les diverses classes de la société, le texte ci-dessous pourrait s’intituler Opinions contraires d’un abbé et d’un docteur sur l’usage de la main gauche. Tous les préjugés ineptes y sont représentés par l’homme d’église et tous les arguments en faveur de la main gauche et de l’ambidextrie par l’homme de science.

MAIN DROITE ET MAIN GAUCHE.

La Main droite est-elle préférable à la Main gauche ?

J’ai un fils âgé de sept ans, à qui j’ai donné un précepteur fort érudit ; car il sait non seulement le grec et le latin, mais il est encore imbu et pénétré de toutes les doctrines d’Aristote, de Pline, de Solin, de Julius Obsequens, et de plusieurs autres savants personnages de l’antiquité. J’ai déjà eu lieu de m’apercevoir jusqu’à quel point un si docte instituteur est capable de donner des idées justes à ses élèves. Il y a quelques jours que mon fils s’étant mis à table auprès de moi, prit sa fourchette de la main gauche, et se disposa à porter à sa bouche ce qu’on lui avoit servi ; mais j’eus la satisfaction de voir son précepteur l’arrêter aussitôt, et l’obliger de se servir de la belle Main , qui est selon lui la main droite.

J’avois cru, jusqu’à ce jour, qu’il étoit indifférent de se servir de l’une ou l’autre main , et j’en fis d’abord l’observation à mon savant instituteur ; mais il me démontra aussitôt que la religion et la philosophie exigeoient également qu’on renonçât à l’usage de la main gauche ; et pour ne me laisser aucun doute à cet égard, il me cita l’écriture sainte, Aristote, Tite-Live , Sénèque , Diodore de Sicile , etc. L’écriture sainte dit en termes formels que la main droite est destinée à bénir et que la gauche a, sur ce point, beaucoup moins de crédit et de vertu. Car Jacob ayant voulu bénir les deux enfans de Joseph, Ephraïm et Manassé, et ayant mis par erreur la main droite sur la tête du premier qui étoit le cadet, Joseph la lui prit, et la porta sur la tête de Manassé qui étoit l’aîné. Il me représenta, que suivant toutes les traditions, et l’autorité du roi David, le Messie est assis à la droite et non pas à la gauche de son Père, et me cita le Pseaume : Dixit Dominus Domino meo, où cette vérité est exprimée en termes formels. Enfin, il me rappella, qu’il étoit de foi , qu’au dernier jour du jugement, les élus seroient à la droite de Dieu , et les réprouvés à sa gauche.

Les Perses et les Médes tenoient, à ce sujet, la même doctrine que les Chrétiens et les enfans d’Abraham. Diodore de Sicile remarque que chez ces peuples on faisoit, de temps immémorial, serment de la main droite. Les Romains donnoient une si haute préférence à la main droite, que lorsqu’ils se mettoient à table, ils se couchoient sur le côté gauche, pour avoir l’autre entièrement libre. Ils se défioient même tellement de la main gauche, que lorsqu’ils vouloient représenter l’amitié , ils la figuroiént par deux mains droites réunies. Aristote qui a examiné la question en naturaliste , cite à ce sujet les écrevisses, et assure que la patte droite des écrevisses est toujours plus forte que la patte gauche; or, puisque les écrevisses ont une patte privilégiée, n’est-il pas naturel que nous les prenions pour modèles, et que nous , qui valons beaucoup mieux que les écrevisses, ayons aussi notre main d’honneur et de préférence. J’avoue que j’ai admiré l’érudition de: mon précepteur, et que je n’ai pu me refuser à l’évidence d’aussi belles preuves. J’ai donc ordonné à mon fils de suivre exactement les préceptes de Monsieur l’abbé, et de s’abstenir dorénavant de la gauche, sous peine de ne pas obtenir ma bénédiction de la main droite

Mais, voyez comme il est difficile de savoir au juste à quoi s’en tenir dans ce monde-ci. Il m’est arrivé hier un docteur qui a, presque détruit en un instant, tout mon ouvrage. Il a prétendu que M. l’abbé ne savoit ce qu’il, disoit ; que s’étoit une grande sottise quand on n’avait que deux mains d’en interdire une de gaîté de coeur ; il a établi en principe que la nature ne connaissoit ni droite ni gauche et que ce qui est à droite pour nous, est évidemment à gauche pour ceux qui nous sont opposés, et que nous-mêmes, suivant la position que nous occupons, nous avons les mêmes objets tantôt à droite, tantôt à gauche ; qu’il ne s’agit pour cela que de se retourner.

Il a soutenu que toutes ces préventions sur la main droite et sur la main gauche, ne tenaient qu’à des idées de routine et tout au plus à quelques vieilles et ridicules superstitions ; et mon savant précepteur l’ayant interrompu en cet endroit pour lui rappeler, que c’était un dogme fondamental parmi les augures, que la main gauche était malheureuse, il lui a aussitôt répliqué que c’était aussi un dogme fondamental parmi ces augures , qu’un coup de tonnerre entendu ^ gauche était d’un heureux présage

Il s’est ensuite appuyé de considération prises dans l’histoire de la nature, c’est que l’homme naît avec deux oreilles , deux yeux „ deux narines s deux jambes , et que jamais personne ne s’est avisé de s’interdire l’usage de l’un de ces organes; que si la main gauche était réellement proscrite par la nature, elle aurait beaucoup mieux fait de nous rendra tout de suite manchots; qu’il est absurde, puisqu’elle nous a fait bimanes de lui donner un démenti et de frapper d’anathème, un côté plutôt qu’un autre. Que ces ridicules préjugés n’exi6toient point parmi les animaux, et que les singes qui ont des mains comme nous se gardent bien de donner des précepteurs à leurs petits pour leur apprendre à ne pas se servir de la main gauche.

Il a ensuite examiné l’opinion de quelques anciens qui ont crû que la nature, en nous organisant, avait donné à la main droite une plus grande aptitude à l’exercice de quelques fonctions. Il a cité Fallope, qui attribue cette disposition à la veine azygos, laquelle sort de la veine cave, avant que celle-ci pénètre dans le ventricule droit du cœur, et ne se trouve qu’au côté droit. Mais mon docteur a remarqué que cette veine azygos n’avait de ramifications ni aux bras, ni aux jambes, et que par conséquent, elle ne saurit augmenter leur force ou diminuer leur faiblesse.

Il a ajouté, que si l’opinion de M. l’abbé était vraie il n’y aurait pas de raison pour la restreindre au bras ou à la main, et qu’il serait tout aussi raisonnable, de se priver d’une jambe, et d’aller à cloche-pied sur le pied droit.

Il a cité des peuples entiers, chez lesquels on avait exercé les enfants à se servir également des deux mains, avantage inappréciable , qui leur donnait une extrême supériorité sur les autres, et pour ne pas le céder en érudition à Mr l’abbé , il a rapporté des passages d’Homère, de Stace et de plusieurs grands auteurs, d’où il résulte qu’Antéposée, héros grec, et Parthénopéen officier Thébain , étoilent ambidextres.

Enfin, pour achever sa démonstration, il a déclaré que la nature est si peu ennemie des mains gauches, qu’on a vu des enfants naître sans bras droit, et se servir si bien de l’autre, qu’ils auraient pu défier en dextérité les escamoteurs les plus habiles. Il a prié notre érudit précepteur, de considérer qu’un accident, une maladie, pouvaient nous priver de l’usage d’un bras, et que dans ce cas c’était fort bien fait d’en avoir un tout prêt à remplacer celui qui manque.

M. l’abbé a paru un peu embarrassé des arguments du docteur, mais pour se tirer d’affaire, il lui a répliqué que c’étaient là des idées philosophiques, des opinions nouvelles, dangereuses et mal sonnantes, auxquelles il était bien éloigné de vouloir se livrer.

Comme nous étions occupés de cette discussion, mon fils laissa tomber une petite bague que sa mère lui avait donnée quelques jours auparavant, il se baissa pour la ramasser, et se disposa à la mettra au troisième doigt de la main droite, en prétendant qu’elle était trop grande pour le quatrième; mais Monsieur l’abbé lui prescrivit aussitôt de mettre la bague, (nonobstant toute opposition et appellation quelconque), au quatrième doigt de la main gauche , en lui représentant avec autorité, que ce n’était pas sans motif, que les anciens avoient nommé ce doigt annullaris, vu qu’en tous lieux et chez tous les peuples, et notamment chez les Assyriens, les Mèdes, les Parthes, les Egyptiens, les Babyloniens, les Grecs et le» Romains, il a voit été consacré à l’usage exclusif de porter l’anneau; et en même temps il cita Berose, Manethon , Aulugelle, Macrobe, Piérius et Lermius. Ce dernier surtout ne laisse aucun doute sur la question, car il assure qu’il part du cœur, un vaisseau, une artère, une veine qui se rendent directement au doigt annulaire, et lui communiquent une vertu cardiaque.

Mais mon docteur a de nouveau entrepris mon obstiné précepteur, il a contesté les autorités de Macrobe et d’Aulugelle ; il a rapporté des passages qui prouvent que l’usage des anneaux , et la manière de les placer a beaucoup varié chez les anciens ; que d’abord, ils les portaient indifféremment à tous les doigts, que suivant le témoignage de Pline y on voyait des statues des Dieux, qui portoient l’anneau à l’index ; que les Romains, les Gaulois et les Bretons, le portoient presque toujours au second doigt ; il a ensuite réfuté l’opinion qui attribue au doigt annulaire une communication plus particulière avec le cœur ; il a prétendu qu’il  fallait être dénué de toute connaissance anatomique, pour soutenir cette opinion, il a démontré que les diverses ramifications qui se rendent aux doigts, partent de la veine basilique, et que sous ce rapport le doigt annulaire n’est pas mieux partagé que les autres ; enfin , il a opposé à M. l’abbé les autorités même qu’il avait citées. Il a rapporté un passage de Macrobe qui prouve que si les anciens portaient les anneaux à la main gauche, c’était pour les mieux conserver, la main gauche étant habituellement moins employée que la droite. Il s’est aussi appuyé des témoignages du Docte Kirchmannus, qui a composé un volume entier sur la manière de courir la bag1ie, et de la mettre au doigt.

Il n’a pas épargné davantage mon abbé sur les passages de l’écriture sainte ; il a soutenu que Dieu daignait s’accommoder aux faiblesses de l’esprit humain ; qu’étant lui même un pur esprit, il ne pouvait avoir ni droite ni gauche ; qu’enfin on ne pouvoit tirer aucune preuve de la disposition qui devait avoir lieu au jugement dernier, puisque pour détruire l’argument du savant abbé, il suffisait que Dieu se retournât, et qu’alors les élus seraient à sa gauche, et les réprouvés à sa droite.

Voilà ce que mon docteur a répliqué à mon érudit précepteur ; je ne saurais disconvenir que ses opinions ne me semblent préférables à celles de M. l’abbé, mais il est des savants qui sont si rétifs , il est si difficile d’introduire des idées neuves, que malgré la justesse de ces observations, je ne doute pas qu’il n’y ait encore longtemps des instituteurs, des abbés et des gouverneurs qui se feront un devoir d’obliger leurs élèves à tenir leur cuiller de la main» droite, et à mettre leur bague au doigt annulaire de la main gauche.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *