Nous naissons ambidextres et on nous estropie

Une défense de la gaucherie par L’improvisateur français

Selon L’Intermédiaire des chercheurs et curieux de 1923 (vol.86, col.593), Louis Sallentin (Saint-Maxon, 1746 – vers 1830), dit Sallentin de l’Oise était curé dans un village du Beauvaisis lorsqu’éclate la Révolution. Bien qu’ayant prêté le serment exigé des prêtres constitutionnel, il est inquiété en 1793 et donne sa démission. Il monte à Paris, fait des compilations littéraires et obtient un emploi à la  Gazette de France où il est actif jusqu’en 1820.

Le texte ci-dessous est extrait de L’improvisateur français, recueil littéraire en 21 volumes in-12, qu’il a publié en 1804. Le Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire de 1842 le décrit : « Cet ouvrage, rangé par ordre alphabétique, contient sur chaque mot un fait historique, une anecdote intéressante, et la table qui termine le iie volume est un peut dictionnaire historique, avec lequel on peut savoir ce qu’il y a de plus intéressant sur des personnages marquans de l’histoire. »

 _________________________________

GAUCHE, GAUCHER, GAUCHERIE. — Sans ses mains, l’homme serait le plus faible de tous les êtres; avec elles, il a fondu les métaux, labouré, bâti, imprimé, navigué, etc. En tout tems, les mains furent l’emblème de la puissance; les Géants avaient cent bras. Par quelle bisarrerie l’homme, qui n’en a que deux, s’obstine-t-il à en retrancher la moitié, et fatigue-t-il l’une de ses mains par un service continuel, tandis que l’autre reste souvent oisive et toujours inhabile? Ce partage inégal a des inconvéniens sensibles. Quel est, en effet, celui à qui la maladresse de la main gauche n’a pas fait éprouver quelquefois de ces embarras risibles ou fâcheux, qu’on exprime par ces mots créés exprès : avoir l’air gauche? faire une gaucherie! Et si la main ouvrière reçoit une blessure, ou devient infirme, accidens fréquens dans les professions mécaniques, ne voilà-t-il pas le malheureux artisan qui se trouve sans travail et sans ressource? Tel panari a ruiné une famille. — L’expérience a convaincu qu’il n’est aucun exercice, propre à une main, qui ne le soit pareillement à l’autre, sans en excepter notre écriture, qui ne présente à l’action de la main gauche qu’un obstacle apparent et qui n’a rien de réel. — L’abus est évident. Quel en est le remède? Le voici : laisser agir la nature qui fait tout bien, tandis que nous gâtons tout ; dire aux nourrices, aux mères, aux gouvernantes, que c’est une sottise absurde de commander aux enfans l’usage de la main droite plutôt que celui de la gauche, que les mains n’ont entre elles aucune prééminence, et que ce sont deux soeurs jumelles, à qui la même éducation convient, puisqu’elles doivent courir la même fortune. Nous naissons ambidextres, et l’on nous estropie ; quelle inconséquence !

* Holben fut un des plus grands Peintres que l’Allemagne ait produit ; Holben peignait de la main gauche.

* Henri IV eut la faiblesse de faire sortir de ses gendarmes cinq bons sujets, parce qu’ils étaient gauchers. (Hist. de l’Acad. des B elles-Lett.)

* Un petit garçon , adoré de sa mère, était avec elle chez Mad. Geosrin, où se trouvait un homme honnête et de fort bonne société. On portoit alors des gants à franges ; l’enfant prit un de ses gants et en donna un soufflet de toutes ses forces à cet homme respectable. Les grains d’épinard entrèrent dans ses yeux, et lui firent beaucoup de mal. Pour toute correction, la mère s’écrie : « Eh bien ! mon fils, toujours de la main gauche! »…

* Il y eut autrefois, en Turquie, de grandes contestations entre les gens de guerre et les gens de loi, pour la préséance de droite ou de gauche. Le Grand Seigneur déclara que la main gauche serait la plus honorable parmi les premiers, et la droite parmi les seconds; de façon que quand ces deux Corps se rencontraient, chacun s’estimait avoir la place d’honneur. (Alm. litt. 1758.)

* Gustave, Roi de Suède, traverse sur la glace, à la tête de son armée, le détroit de la mer Baltique appelé le petit Belt. Pendant la traversée , la glace vient à rompre, et déjà quelques escadrons sont engloutis dans la mer. A cette vue, l’intrépide Gustave se contente de dire à sa troupe : un peu plus sur la gauche !

L’improvisateur français, vol. 10.  1805.

___________________________________________

Louis Sallentin semble s’être quelque peu inspiré des deux textes suivants, extraits de la Bibliothèque physico-économique: instructive et amusante, année 1786 ou 5e année, tome 1, p.225-229.

_________________________________

 Avantages d’accoutumer les Enfans à se servir également des deux mains ; par M. Lem…

Sans ses mains, l’homme seroit le plus foible de tous les êtres ; avec elles il a fondu les métaux, labouré, bâti, imprimé , navigué. En tout temps les mains surent l’emblême de la puissance ; les géants avoient cent bras.

Par quelle bizarrerie, l’homme qui n’en a que deux, s’obstine-t-il à en retrancher la moitié, & fatigue-t-il l’une de ses mains par un service continuel, tandis que l’autre reste souvent oisive & toujours inhabile? Ce partage inégal a des inconvéniens sensibles.

Quel est celui à qui la maladresse d’une de ses mains n’a fait éprouver quelquefois de ces embarras risibles ou fâcheux , qu’on exprime par ces mots créés exprès : avoir l’air gauche, faire une gaucherie.

Mais, si la main ouvrière reçoit une blessure ou devient infirme, accident fréquent dans les professions méchaniques, le malheureux artisan se trouve sans travail & sans ressources. Tel panaris a ruiné une famille.

Enfìn, la main exclusivement occupée, s’abreuvant d’une plus grande quantité d’esprits animaux, prend un accroissement qui se propage à l’épaule & lui donne une épaisseur désagréable, quoiqu’on dise que cela sied bien.

Cependant chaque main placée & conformée de même, à une aptitude égale , I’expérience m’a convaincu qu’il n’est aucun exercice propre à l’une qui ne le soit pareillement à l’autre , sans en excepter notre écriture qui ne présente à l’action de la main gmiche qu’un obstacle apparent & qui n’a rien- de réel.

L’abus est évident. Quel en est le remède ? Le voici. Laisser agir la nature qui fait tout bien, tandis que ncus gâtons tout; dire aux nourrices, aux mères, aux gouvernantes, que c’est une sottise absurde de commander aux enfans l’usage d’une main plutôt que celui de l’autre ; que les mains n’ont entr’elles aucune prééminence , & que ce sont deux sœurs jumelles à qui la même éducation convient , puisqu’elles doivent courir la même fortune. Nous naissons ambidextres & l’on nous estropie ; cela crie vengeance. Au moins que les générations sutures n’ayent pas ce reproche à nous faire.

Si vous trouvez, messieurs, dans cet avis l’utilité que j’y apperçois ; je vous saurai gré d’insérer ma lettre dans votre prochain journal, & je me charge de toutes les excellentes plaisanteries que le chapitre des mains pourra naturellement inspirer à MM .les Commentateurs {Journal de Paris.‘).

Difficulté de faire changer l’usage sur l’emploi des Mains.

Depuis longtemps on se récrie sur l’usage absurde d’obliger les enfans à se servir de la belle main , & de les rendre presque inhabiles à se servir de l’autre , quoique la nature nous ait effectivement produits ambidextres. Plusieurs même ont si bien senti la justesse de ces réclamations , qu’elles se son f élevées au – dessus du vieux préjugé , & qu’elles n’ont plus contrarié cette perfection naturelle.

Une dame de ma connoissance avoit tellement accoutumé sa fille à se servir indifféremment de ses deux mains, que l’enfant travailloit , cousoit, écrivoit même avec autant de facilité de la gauche que de la droite & sans se douter qu’il y eût à cela rien d’extraordinaire. Les circonstances exigèrent que cette demoiselle fût mise en pension pour quelques mois dans une maison d éducation. Elle y conservoit l’usage de ses deux mains ; mais ses nouvelles institutrices furent scandalisées de cette difformité ; elles employèrent pour la réformer , les remontrances, les pénitences même, & réussirent si complettement, que non-seulement l’enfant a perdu la facilité de se servir de la main gauche , mais encore qu’elle rougit lorsque par distraction elle s’en sert pour quelqu’exercice exclusivement réservé à la droite.

Voilà, messieurs, un des effets que produisent sur les enfans, les Instituteurs mercenaires , Sc ce n’est pas leur moindre inconvénient.

En vérité, il se passera encore bien du temps avant que nous ayons dépouillé la barbarie qui se conserve fous nos belles formes d’urbanité.

P. S. Je me rappelle en fermant ma lettre, un trait assez original. Un jour un enfant bien grondé, pour ne pas se borner à l’usage; de la main droite, étant contrarié par sa bonne, lui appliqua un bon soufflet. La mère qui étoit présente, au lieu de le punir, lui dit avec un ton pédantesque ; eh, bien mon fils, toujours de la main gauche? Vous êtes donc incorrigible.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *