Reliure d’art, art de la reliure

Comme j’y ai déjà fait allusion ici et dans ce carnet, ma grand-mère Yvonne Mazel-Stouff était relieuse et même relieuse d’art. Il m’arrive de trouver sur internet certaines de ses réalisations comme celle-ci pour Le Vin de Paris de Marcel Aymé

… ou cette autre pour Salomé d’Oscar Wilde.J’ai toujours vu chez elle et chez mes parents ces instruments emblématiques que sont les presses de relieur. Pour moi, cela faisait partie du décors et je ne m’interrogeais pas vraiment sur leur usage initial, même s’il arrivait qu’un livre en réparation soit mis sous presse.

En fait, je suis fort ignorant de cet art comme je le suis aussi l’apiculture qui a tant occupé mon grand-père. Alors, faute de pratiquer moi-même, je m’informe, entre autre grâce à des sites comme Reliures et autres explications et à des vidéos comme celles ci-dessous. En tout cas, c’est un beau métier et j’espère que vous en êtes vous aussi convaincus. Un métier qui se fait rare…


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *