Métissages culturels (1) Costumes, coiffures et tatouages

Voici la couverture d’un ouvrage de C. A. Bayly, La naissance du monde moderne (1780-1914)(1) dont l’illustration reprend un portrait du chef de la tribu de Ngaiterangi, Tomika Te Mutu peint par  Gottfried Lindauer en  1880. Ce tableau fait partie des nombreux portraits de maori réalisé par cet artiste néozélandais originaire de l’Empire austro-hongrois. Plusieurs représentent des chefs maoris arborant de superbes tatouages faciaux ou tā moko et habillés à l’européenne, comme ceux de Hori Ngakapa Te Whanaunga ou du major Waata Pihikete Kukutai. Ce contraste entre les éléments culturels disparates rassemblés sur une même personne est une des manifestations du métissage culturel qui a accompagné l’expansion européenne dans le monde(3). On ne pouvait rêver meilleure illustration pour le livre de C. A. Bayly,.

Cependant, il s’agit fréquemment de l’imposition du modèle occidental plus ou moins bien acceptée par les populations colonisées. Ce fut notamment le cas aux Etats Unis d’Amérique avec les Amérindiens pour qui la rencontre s’est faite souvent dans la douleur : l’élément culturel indigène  (costumes, coiffure…) tend à être complétement gommé.

Cliquez sur les images pour avoir plus d’infos.

On aurait pu rêver d’une rencontre plus équilibré, chacun donnant quelque chose à l’autre. Voyez par exemple le portrait ci-dessous.Il ne s’agit pas, encore une fois, d’un Maori vêtu à l’européenne, mais de Barnet Burns, un des premiers colons européens à recevoir un tatouage facial complet dans les années 1830. Comme quoi, tous les Européens ne sont pas nécessairement arrivés avec la morgue qui leur est parait-il coutumière quand ils sont confronté à l’Autre. Mais ils étaient bien minoritaires parmi les leurs…

_____________________________________________________________________

Notes

1) Voir le compte-rendu de Jacques Frémeaux dans Outre-Mers : revue d’histoire, 2007, n° 354-355, et celui de Fabrice Bensimon dans Revue d’histoire du XIXe siècle, 2007, n° 34.

2) D’autres portraits les représentent en vêtements traditionnels, comme  Tomika Te Mutu encore une fois par Gottfied Lindauer ou  par T. Ryan.

______________________________________________________________________

Addendum sur les mokomokai

Lorsqu’une personne portant un moko remarquable mourait, sa tête était conservée par sa familles Il en était de même des têtes des chefs ennemis tués : ces mokomokai jouaient alors un rôle important dans les négociations diplomatiques entre tribus en guerre. Le major-général Horatio Gordon Robley, officier de l’armée britannique ayant servi en Nouvelle-Zélande au cours des guerres māories des années 1860, s’est constituée après son retour en Angleterre une collection de 35 têtes momifiées de guerriers maoris

Depuis 1992, le musée national néozélandais Te Papa Tongarewa fait des demandes de retour de tous les restes de dépouilles māori dispersées de par le monde. En France, les musées de Rouen est de La Rochelle ont ainsi restituées des têtes maories conservées dans leurs collections, non sans difficultés juridiques. Ailleurs dans le monde, d’autres musées, comme le musée ethnographique Juan B. Ambrosetti de Buenos-Aires   et le musée ethnographique de la Ville de Genève, ont également restituées des mokokai.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *