E S A R T I N U L O C

Extrait de Fatrazie, excellent site dédié aux jeux de lettres et d’esprit, à l’Oulipo, à la ‘Pataphysique… et au célébrissime philosophe Jean-Baptiste Botul :

LIPOGRAMME : Un mot savant pour désigner une contrainte simple :  il s’agit de produire un texte sans utiliser une (ou plusieurs) lettre(s) donnée(s). La rédaction est d’autant plus difficile que le texte est long , que le nombre de lettres interdites augmente ou que ces dernières ont une fréquence importante. Rappelons qu’en français les onze lettres les plus fréquentes sont dans l’ordre

E S A R T I N U L O C

Selon Perec, dans un entretien recueilli par Jacques Bens et Alain Ledoux, publié dans Jeux & Stratégie n°1 (1980),  ce « mot » n’aurait qu’un anagramme en français : ulcérations (1). Cet entretien est consultable sur les sites suivants :

Fatrazie 

 Hic sunt chamelones

Jerôme Hubert

Molloy

Dans une note de bas de page de l’article de Dominique de Liège, « Unica Zürn, Bellmer et Perec », Essaim, n° 16, 2006/1 (cf. Cairn) , je peux lire ceci :

[86] Grâce aux travaux de Rémi Schulz, j’apprends, le 8 décembre 2005, en corrigeant ce texte, que le premier titre envisagé par Georges Perec pour son recueil de poèmes hétérogrammatiques Alphabets était : Roselanuit, en hommage et claire allusion à l’œuvre de Hans Bellmer Rose ouverte la nuit. Roselanuit est l’anagramme de la suite des lettres esartinulo, les dix lettres les plus employées en français et qui sont la base de la construction des poèmes d’Alphabets. « Ce qui n’est pas confirmé par le hasard n’a aucune validité… »

Dans un billet de Rémi Schulz sur Quaternité, nous pouvons lire, au sujet du recueil Alphabets de Perec

[…] Il s’agit d’un recueil de 176 onzains composés de 1974 à 76, répartis en 16 séries de 11 onzains. Un onzain est un poème de 121 lettres répétant 11 fois une séquence de 11 lettres différentes, le tout présentant si possible un sens minimal.

Perec a débuté son entreprise par une série ESARTINULOC, avec des contraintes supplémentaires portant sur toute la série […]

Dans Désordre alphabétique, chapitre 38 du Bestiaire ébloui des lexies tératoïdes(2), les deux listes des lettres classées par fréquence alphabétique décroissante y sont un peu différentes : 

E A S I N T R L U O D C P M V G F B Q H X J Y Z K W

E A S I T N R U O L D C M P V Q F G H B J X Y Z K W

Une autre version de l’article ci-dessus, parue dans Le Soir du 19 novembre 1997 et reproduite dans typographie@listes.irisa.fr, complète la série de la manière suivante : 

E S A R T I N U L O C M P D G B F V H Z Y Q X J K W 

Voir aussi un billet de Bernard G sur son blog.

Un exemple d’ulcérations de Perec trouvé parmi les Oulipian Exercises de Gilles Esposito-Farèse :

  

 (1) Extrait du site Cette adresse comporte cinquante signes

Mais sait-on que Georges Perec composa un poème de 400 vers qui ne sont qu’anagrammes mises bout à bout du même tirage ESARTINULOC (« Ulcérations », Bibliothèque oulipienne, n°1) ? Le même Perec qui suggéra qu’Henri Beyle choisit Stendhal en hommage aux îles Shetland

(2) Ce dernier a fait l’objet d’une éditition papier, malheureusement épuisée :

Éric Angelini, Daniel Lehman. Mots en forme : bestiaire ébloui des lexies tératoïdes. Paris : Quintette, 2001


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *