Mon bulbe se dessèche à l’odeur des cynames…

Mon bulbe se dessèche à l’odeur des cynames,
Mon pâle cervelet pourrit dans les liqueurs,
Les petits artichauts ont asséché mon âme,
Et les vesses de loups ont fleuri dans mon cœur.

La pendule a sonné, j’ai consulté l’horaire,
Et je suis parti en pleurant comme un enfant.
Au numéro 3 bis de la rue Montorgueil,
Un pauvre homme est tombé qui s’est cassé la gueule.

Ah ! les philosophies ! Ah ! les métempsychoses !
Aveugles, paralytiques, cul-de-jatte, phtisiques !

Je suis roi, je suis dieu, je suis…  surnuméraire de l’enregistrement !

Mon grand-père déclamait souvent le poème ci-dessus dont il attribuait la paternité à son oncle de Chapareillan. Je l’écoutais, d’abord bouche bée, puis le récitait avec lui. L’enfant que j’étais ne comprenait pas tous les mots, notamment ceux que je fais figurer ici en bleu. Je vais tenter de les éclaircir en m’appuyant sur internet et je dédie à ma petite-cousine cet héritage de son arrière-grand-père.

Cyname, cinname, cinnamone

Cyname a disparu des dictionnaires contemporains. Rien dans le Robert ou dans le Larousse. Le Trésor de la langue française l’ignore. L’ai-je bien écrit ? Pourtant cette orthographe a bien était en usage chez certains auteurs jusqu’au XIXe siècles. En voici quelques exemples.

Note de bas de page extraite d’un ouvrage paru en 1831, Les Voyages de Jésus-Christ, ou description géographique des principaux lieux et monuments de la Terre-Sainte :

L’usage des parfums et des huiles de senteur était très-fréquent parmi les Hébreux de l’un et de l’autre sexe , et ils le plaçaient parmi leurs plus grands délices. L’épouse des Cantiques loue l’odeur des parfums de son époux , et réciproquement l’époux dit que l’odeur de son épouse surpasse toutes les meilleures odeurs. Il nommé en particulier le Dard , le safran , la canne aromatique , le cyname , la myrrhe, l’aloès , comme faisant partie de ces parfums; les personnes sages et sérieuses en condamnaient l’usage trop fréquent et affecté. C’était une grande mortification de s’en priver-tout à fait : la reine Esther s’abstint de parfums et d’onction pendant le temps de l’humiliation de son peuple.

Extrait de l’Histoire des hôtelleries, cabarets, courtilles, et des anciennes communautés et confréries d’hôteliers, de taverniers, de marchands de vins, de Francisque Xavier Michel et Édouard Fournier dont la première édition date de 1851 :

Cette mode de l’eau chaude s’était de bonne heure introduite à Rome, et peu à peu y était devenue une vogue pour le patricien comme pour l’homme de la plèbe. Le patricien mettait sa vanité à parfumer son eau chaude avec les plantes les mieux aromatisées; la myrrhe, le cyname, le safran. Il la lui fallait chaude à point, et jamais il ne gourmandait si rudement un esclave que lorsqu’il lui apportait sa potion refroidie, ne fût-ce que d’un degré.

Extrait  des Démontrations théologiques pour establir la foy chrestienne, et catholique d’Étienne Parot publié publié en 1674 :

Hermés, parlant des arbres aromatiques, attribue les sept principaux aux sept planètes. Le colle, à Saturne : la noix muscade, à Jupiter : le bois d’aloes, à Mars : le mastic, au soleil : le saffran, a Venus ; le cyname , à Mercure : & la myrrhe, à la lune.

En fait, aujourd’hui, et depuis un certain temps déjà, cyname s’écrit cinname ou cinnamone et désigne selon le Trésor de la langue française, un arbre ou arbuste aromatique (famille des Lauracées) originaire d’Asie, dont les variétés les plus connues sont le camphrier* et le cannelier, à moins qu’il ne s’agisse, selon Pline, du beurre de muscade moderne. Une épigramme de Martial contre Zoïlus le mentionne auprès de la cannelle, de l’encens et de la myrrhe.

Cinname est aussi le nom d’un prince parthe proche d’Artaban, d’un historien byzantin et d’une courtisane grecque, héroïne d’un improbable roman paru en 1763, dans la même veine que L’Amitié scythe

Enfin, à propos d’odeur des cinnames, je vous renvoie au poème intitulée “Les clartés éternelles” d’Alfred Droin que j’ai trouvé dans la Revue de Deux  Mondes de 1921. Voici ses trois dernières strophes :

Bacchus aux cheveux roux préfigure le Christ,
Il annonce déjà les célestes vendanges ;
Ce n’est pas à la chair maudite qu’il sourit :
Son pressoir ruisselant est foulé par des anges.

Et si ton regard suit un instant Apollon,
Dans les bois de lauriers où ton pas s’embarrasse,
Une robe décente effleure son talon,
Et la pudeur suave illumine sa grâce.

Sa lyre étreint le monde en des bras éclatants,
Elle unit ses beaux sons à l’odeur des cinnames,
Et ta ferveur en lui salue, au fond des temps,
Un apôtre païen qui serait pasteur d’âmes.

Rue Montorgueil

La rue Montorgueil à Paris  tire son nom du mont Orgueilleux, petite éminence à laquelle elle menait. Partant de derrière l’église Saint-Eustache, elle se déroule sur 360 mètres jusqu’au carrefour des rue Léopold-Bellan et Saint-Sauveur. La rue et son quartier, si près des anciennes halles, présente quelques curiosités historiques.

Voici près de trente ans, lorsque j’étais étudiant dans notre chère capitale, j’avais cherché en vain le numéro 3 bis. Aujourd’hui encore, Google maps m’en confirme l’inexistence.

Métempsychoses

La métempsycose ou métempsychose, à ne pas confondre avec la résurrection chère aux chrétiens, est le passage d’une âme d’un corps à un autre, qu’il soit humain, animal ou végétal. La croyance en la métemspycose est notamment répandue dans l’hindouisme.

Phtisiques

Que voilà un mot passé de mode, et c’est tant mieux, puisqu’il désignait les malades atteints de phtisie ou tuberculose pulmonaire, laquelle a pratiquement disparu de nos jours.

Surnuméraire de l’enregistrement

La Régie de l’Enregistrement créée en 1791, puis la Direction Générale de l’Enregistrement, des Domaines et du Timbres à partir de 1801 ont géré les droits d’enregistrement, les conservations des hypothèques et les droits domaniaux jusqu’à la fusion des trois régies fiscales et la naissance à la Direction Générale des Impôts en 1948. Cette administration employait des receveurs, de nombreuses personnes aspirant à le devenir, les fameux  surnuméraires, ainsi définis par Honoré de Balzac dans Les Employés :

Le surnuméraire est à l’Administration, ce que l’enfant de chœur est à l’Église, ce que l’enfant de troupe est au Régiment… 

Voici deux publications qui leur étaient spécifiquement destinées :

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.