Bagatelles pour un massacre et autres pamphlets céliniens : beaucoup de bruit pour rien

La polémique qui enfle actuellement autour d’une hypothétique réédition des pamphlets de Louis-Ferdinand Céline par Gallimard me laisse perplexe. Que certains s’inquiètent d’une parution sous format papier de textes par ailleurs parfaitement accessibles ici et  sur internet me semble risible et vain. Qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, Bagatelles pour un massacre, L’Ecole des cadavres et Les Beaux draps sont bel et bien accessibles à n’importe quel internaute amateur et ce sans le moindre appareil critique…

Alors, la perspective d’une édition permettant de contextualiser ces écrits devrait plutôt nous réjouir, non ? Ce n’est pas en interdisant la publication de tels textes qu’on peut espérer en combattre l’influence délétère, mais bien en les étudiant, en les analysant, en pointant leur inanité. La censure est toujours contreproductive, et les censeurs, si bonnes soient leurs intentions, s’exposent à bien des ridicules.

En tout cas, l’éditeur ne pouvait rêver meilleure publicité, ce qui n’était sans doute pas le but de ses détracteurs…

__________________________________

Mise à jour du 15 janvier 2018

Il semble que Gallimard renonce à publier ces fameux pamphlets. C’est son choix, mais je pense que le résultat obtenu par les censeurs aura surtout été un regain d’intérêt pour les versions disponibles sur internet, et malheureusement pas seulement de la part de chercheurs et de curieux. Dans le genre contreproductif, on ne fait pas mieux.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.