Maximilien Heller, un précurseur de Sherlock Holmes

A l’été 1876, [Doyle] rend visite à Paris à son grand-oncle Michael Conan Doyle auquel il doit son deuxième prénom), et sans doute lit-il alors un roman publié en 1871 : Maximilien Heller de Henri Cauvain. Le portrait d’un misanthrope génial génial, ancien avocat aux facultés intellectuelles aigües, mais dont l’humeur alterne entre exaltation et neurasthénie.

Cet extrait de Sherlock Holmes, une vie ne pouvait qu’attiser ma curiosité et je me suis mis en quête de plus d’informations sur le roman cité et son auteur.

Sur ce dernier, à part l’inévitable notice Wikipedia où vous trouverez une bibliographie de ses ouvrages, mais bien peu de choses sur sa vie,  je n’ai rien trouvé de bien consistant. Il me faut cependant signaler un article publié dans Le Petit journal le 11 août 1925 (ci-dessous). Paru à l’occasion d’une réédition de Maximilien Heller, il donne un bon aperçu de l’œuvre romanesque et théâtrale d’Henry Cauvain.A propos de Maximilien Heller, j’ai essayé d’établir ci-dessous une petite bibliographie où vous trouverez les différentes éditions que j’ai pu repérer et quelques références sur l’ouvrage, avec des liens vers le texte intégral lorsque cela est possible.

Les éditions de Maximilien Heller

Les premières éditions de Maximilien Heller paraissent aux éditions Lecoffre de 1871 à 1907 (5e édition). La 2e édition de 1875 est accessible sur Gallica.

Voici les éditions qui ont suivies chez d’autres éditeurs, parfois sous un titre différent :

du 15 juillet au août 1908, en feuilleton dans L’Action francaise ;

en 1925 à Tourcoing chez J. Duvivier  (ci-contre à gauche) ;

en 1930 chez Hachette (Bibliothèque Dimanche illustré, 13 novembre 1930) sous le titre L’aiguille qui tue ;

en 1933 à Lausanne dans Le Magazine (Les beaux romans du Magazine) sous le titre Le château aveugle ;

en 1937 encore chez Hachette avec des illustrations d’André Pécoud ;

en 1978 aux éditions Garnier ;

en 1997 aux éditions Ombres (ci-contre à droite) ;

en 2005 chez Omnibus dans Premières enquêtes. Un siècle de romans policiers, un recueil établi et présenté par Francis Lacassin qui rassemble plusieurs romans précurseurs du genre policier avec des récits de Voltaire, Beaumarchais, Vidocq, Léon Groc… (ci-contre à gauche) ;

en 2008 aux éditions l’Âge de l’homme avec une préface rédigée par Lydwine Helly qui m’a été d’un grand secours (ci-contre à droite).

A  cela s’ajoute les éditions numériques natives :

chez Ebooks gratuits

chez Feedbook

chez Ink Book en 2012, réunissant en un seul volume la première aventure de Sherlock Holmes, Une étude en rouge, et le roman d’Henry Cauvain (ci-contre à gauche)

Enfin, vous pouvez aussi écouter le roman sur Archive.org ou sur Littérature audio.

Ainsi, malgré quelques périodes d’effacement, la plus longue étant celle qui va de 1937 à 1978, Maximilien Heller continue à être publié régulièrement, signe qu’il doit rencontrer un public de fidèles de génération en génération, comme en témoigne la notice enthousiaste qui en est faite  en 2013 sur Loto édition.

Références bibliographiques sur Maximilien Heller

Michel Lebrun.

“Les alchimistes du roman policier”, Europe, n° 542, juin 1974.

Citation extraite de cet article :

Le roman populaire a donné naissance au roman policier, et cette transition s’opère sous nos yeux comme par magie, grâce à un auteur presque oublié, Henry Cauvain (1847-1899) et à son merveilleux roman Maximilien Heller. Ce récit excellent, entre autres raisons, parce qu’il est relativement bref et ne s’encombre d’aucune intrigue amoureuse. Il comporte un criminel de génie, un crime en chambre close remarquablement expliqué compte tenu de l’époque, et un enquêteur résolument privé ! On peut y faire des comparaisons amusantes. Heller aime les chats, comme Sherlock Holmes. Il prend de l’opium pour s’endormir – comme Holmes. Comme lui, il procède par déductions logiques. Il a un confident qui raconte l’histoire, et qui est médecin, comme le Watson de Holmes… Tout pourrait laisser croire que Cauvain, imbibé de Gaboriau, a également lu Conan Doyle et lui a emprunté personnages, techniques et détails ! Or Maximilien Heller date de 1871, alors que la première aventure de Sherlock Holmes ne sera publiée que seize ans plus tard !

“Un grand classique du roman policier : Maximilien Heller”, Almanach du crime, 1980.

“Le temps des alchimistes (de Vidocq  à Henry Cauvain”, Le guide du polar, Syros, 1987.

Lydwine Helly. “Une comète dans le ciel des détectives amateurs”, préface à l’édition parue aux éditions l’Âge de l’homme en 2008.

Susumu Kobayashi. “Had Conan Doyle read Henry Cauvain’s Maximilien Heller ?”.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.