Lettres de quelques juifs à M. de Voltaire

(Dernière mise à jour : 6 juin 2012)

Réédité récemment  aux éditions Kirouv et aux éditions D. Reinharc [mise à jour du 1er février 2011], cet ouvrage est une réponse au Traité de la tolérance (cf Gallica). Attribué à l’abbé Antoine Guénée, il met en avant les erreurs d’interprétation faites par Voltaire au sujet de l’Ancien Testament et souligne combien le grand philosophe est ignorant des langues anciennes.

Il est vrai que l’auteur est bien placé pour en juger. Fils d’un couple d’hôteliers, Antoine Guénée est né à Etampes en 1717. Doué pour l’étude, il a obtenu grâce à l’appui des Barnabites dont il fréquente le collège, une bourse pour étudier à Paris. Considéré comme un des grands spécialistes français du grec et de l’hébreu, il a écrit plusieurs ouvrages sur le judaïsme et les origines de la religion chrétienne faisant autorité dans toute l’Europe.

Je ne rentrerai pas ici dans les détails de sa vie et de ses activités que vous pourrez trouver dans Le corpus etampois avec notamment :

deux notices biographiques, l’une parue la Biographie étampoise par Léon Marquis (1881) et l’autre publiée par Clément Wingler dans l’hebdomadaire Étampes-Info du 16 mai 2003

une bibliographie de ses ouvrages

diverses autres informations

Les Lettres sont accessibles sur Google livres et sur Archive.org, mais curieusement absentes de Gallica, alors que la BNF en possède plusieurs éditions parues entre 1769 et 1863 (voir Annexe 1).

Les philosophes réagissent vigoureusement contre la “troupe théologique”, par exemple en avril 1769, dans la  Correspondance littéraire, philosophique et critique, où ils traitent par le mépris ce “recueil d’atrocités et de platitudes” (cf. Annexe 2) et défendent le “patriarche” de Ferney. Ce dernier, ébranlé par les attaques du pére Guénée, y répond dans l’article Juifs des Questions sur l’Encyclopédie, puis, plus tardivemet, dans Un chrétien contre six juifs publié en 1777 : Voltaire joue le rôle du chrétien, et les six juifs sont ceux de Guénée (cf. Gallica : ex. 1 et ex. 2 ; Archive.org ; Google livres : ex. 1 et ex. 2) .

Cependant, le succès des Lettres est certain dans le public cultivé, comme en témoignent deux articles enthousiastes parus dans L’Esprit des journaux du 7 juilletn1772 et 6 décembre 1776, à l’occasion de la parution des 4e et 5e éditions. Leur notoriété durera plusieurs décennies. Le spectateur français au XIXe siècle débute un article 31 décembre 1804 par l’éloge ci-dessous (voir la suite de l’article dans Gallica) :

Et en 1821, dans une Vie de Voltaire guère favorable aux idées du philosophe en matière de religion, François-Antoine-Joan Mazure (1776-1828) dit beaucoup de bien des Lettres et de leur auteur en rappelant combien cette attaque a été sérieuse pour le maître de Ferney (cf. Annexe 3). Les éditions de 1805, 1815, 1817, 1857 et 1863 montrent que l’intérêt pour cet ouvrage et son auteur perdure jusqu’à la fin du Second Empire.

Puis vient l’éclipse, et celle-ci sera durable. Faut-il en accuser les républicains voltairiens ou cette curieuse figure d’abbé ami des juifs, fussent-ils fictifs, ne dérange-t-elle pas les lecteurs catholiques de la presse assomptionniste et antisémite de cette fin du XIXe siècle ? Ne faut-il pas plutôt y voir un désintérêt progressif dans une France sécularisée où la culture religieuse s’efface. Alors parler de  “160 ans de censure tacite, pour protéger le ‘grand Voltaire’ de la Révolution” ( cf. Aschkel.info) me semble quelque peu exagéré.

Me semble également exagéré, et, plus encore, anachronique le fait de parler, à l’occasion de cette réédition, de l’antisémitisme de Voltaire (cf. Jerusalem post ; Aschkel.info). Faut-il rappeler que l’antisémitisme en tant qu’idéologie raciste date du milieu du XIXe siècle ? Il ne s’agit pas de nier ici l’attitude hostile du philosophe vis à vis des Juifs. Les citations à ce sujet sont nombreuses, à commencer par l’article Juifs du Dictionnaire philosophique (cf. Gallica). Cependant, à y regarder de plus près, il s’agit là plutôt d’une forme d’antijudaïsme, non pas l’antijudaïsme chrétien classique vis à vis du peuple “déicide”, mais d’un antijudaïsme “philosophique” dirigé contre ce que Voltaire perçoit comme l’intolérance et la superstition de la religion juive, à laquelle il s’attaque comme il le fait pour le christianisme et pour  l’islam (par exemple avec sa tragédie Mahomet). Pour aller plus loin sur cette délicate question, le mieux est de se reporter à Utpictura18, un programme de recherche développé depuis 2009 dans le Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille et hébergé sur les sites de trois universités : Aix-Marseille, Toulouse 2 et Montpellier 3.

Annexe 1. Les éditions des Lettres de quelques juifs conservées à la BNF (extrait du catalogue)

1
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques par l’abbé Guenée, 2nde édit.Paris : Prault, [s.d.]

2
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques, etc., et un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] Lisbonne (Paris : L. Prault), 1769

3
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques, etc., et un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] Isbonne (Paris : L. Prault), 1769

4
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 3e édition augmentée. Paris : Moutard, 1772

5
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques par l’abbé Guenée, 3e édit. revue, corrigée et augmentée. Paris : Moutard, 1772

6
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 4e édition… augmentée. Paris : Moutard, 1776

7
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 4e édition… augmentée. Paris : Moutard, 1781

8
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonois à M. de Voltaire, avec un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] 5e édition, revue, corrigée et considérablement augmentée. Paris : Moutard, 1781

9
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 6e édition… [Précédé d’une notice sur l’auteur.] Paris : Méquignon junior, an XIII-1805

Voir ce qu’en dit Barbier

10
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques Juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… 7e édition… Tome I… 1815

11
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire, avec un petit commentaire extrait d’un plus grand, par M. Guénée. 7e édition revue, corrigée d’après les manuscrits de l’auteur et augmentée de ses ″Mémoires sur la fertilité de la Judée″. [Avec une notice sur l’auteur.], Paris : Méquignon junior, père 1815

12
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire, avec un petit commentaire, extrait d’un plus grand… et Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. 8e édition… augmentée de notes… [Par Beuchot.]. Versaille : impr. de J.-A. Lebel, 1817

Voir ce qu’en dit Barbier

13
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs à M. de Voltaire. 9e édit. 1817

14
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire,… suivi des Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. Nouvelle édition revue et augmentée… par M. Desdouits,… Lyon : Périsse frères, 1857

15
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire,… suivi des Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. Nouvelle édition revue et augmentée… par M. Desdouits,… Lyon : Périsse frères, 1863

Annexe 2. La réaction des philosophes

Extrait de la Correspondance littéraire d’avril 1769, consultable sur Gallica :

Annexe 3. La postérité d’Antoine Guénée

Extrait de la Vie de Voltaire par François-Antoine-Joan Mazure. L’ouvrage entier est consultable sur GallicaBernard Gineste en a réalisé la saisie en mode texte dans Le corpus etampois.

A cette époque Voltaire avoit inondé la France et l’Europe d’un torrent d’idées impies, et l’on avoit point encore vu d’écrivain se dévouer impunément à ses fureurs, à sas calomnies, et au ridicule dont il écrasoit toujours ses faibles adversaires. Il est vrai que Larcher l’avoit attaqué avec succès sur des points de critique et d’érudition historique; l’abbé Foucher lui avoit démontré son ignorance dans ses citations orientales; mais on n’avoit point encore osé l’attaquer de front, ni lutter pour ainsi dire pied à pied contre lui sur ce qui appartient à l’érudition sacrée. Nul n’avoit opposé le texte même aux citations frauduleuses ou aux interprétations forcées, le sang-froid imperturbable de la raison ou d’une plaisanterie toujours décente, aux bouffonneries ou aux injures; l’abbé Guénée publia ses Lettres de quelques Juifs portugais, et ce livre porta un coup presque mortel à Voltaire. On y voit paroître à nu la mauvaise foi qui déshonora si long-temps son beau génie dans tout ce qu’il a écrit contre la religion. Renouveler sans cesse des difficultés résolues, sans faire mention des réponses qu’on y a faites, affecter une immense érudition et n’être que copiste, insulter aux commentateurs mêmes, où il puise ses propres objections, se contredire, louer, blâmer tour-à-tour la même chose, afficher des connoissances qu’il n’a jamais eues, traduire le latin comme un écolier, hébraïser ne sachant pas lire l’hébreu, écrire enfin sur la langue grecque, et ne l’entendre que sur de mauvaises versions latines: tels furent les reproches que l’on osa lui faire, et auxquels il ne put répondre. En effet, l’abbé Guénée, avec une critique toujours sage, toujours décente, toujours pressante, le ramène sans cesse aux faits que son adversaire admet ou rejette tour-à-tour, aux auteurs qu’il cite lui-même, aux textes qu’il falsifie ou qu’il n’entend point, aux suppositions absurdes qu’il présente. Il ouvre les livres dans lesquels Voltaire avoue qu’il a puisé ses objections, et il lui prouve que ces auteurs, tels que Wolaston, Aben-Ezra, Leclerc, Newton, expriment une opinion contraire. En vain d’Alembert, en lui parlant de cet ouvrage, essaie de traiter l’auteur avec mépris, Voltaire, plus juste, lui répond: «Le secrétaire juif, nommé Guénée, n’est pas sans esprit et sans connoissances; mais il est malin comme un singe, il mord jusqu’au sang en faisant semblant de baiser la main.»

L’attaque étoit enfin devenue sérieuse, et Voltaire, pour la première fois, se voyoit réduit à la nécessité de respecter ses adversaires, et de désavouer encore ses écrits avec sa candeur ordinaire. «L’auteur de cette correspondance, dit-il, sous le nom d’un prétendu neveu, a la cruauté d’imputer à sa victime je ne sais quelles brochures, les unes judaïques, les autres anti-judaïques, dont ce cher ami est très-innocent. Il expose un vieillard plus qu’octogénaire, couché déjà peut-être dans le lit de la mort, à la barbarie de quelques persécuteurs qu’il croit animer par ses délations calomnieuses; et c’est en feignant de le ménager, en lui prodiguant des louanges ironiques, en l’appelant [p.266] grand homme, qu’il lui porte respectueusement le poignard dans le cœur.»

Après avoir fait la distinction du vrai philosophe et de ceux qu’il nomme lui-même de misérables charlatans, il ajoute que les philosophes de nos jours sont des hommes d’État, des citoyens illustres, profondément instruits, cultivant les sciences dans une retraite occupée et paisible, des magistrats d’une probité inaltérable. «Ils sont tolérans et vous êtes bien éloigné de l’être, continue-t-il, vous qui employez toutes sortes d’armes contre un vieillard isolé, mort au monde, en attendant une mort prochaine; contre un homme que vous n’avez jamais vu, qui ne vous a jamais pu offenser. Pourquoi faites-vous contre lui trois volumes? pourquoi, dans ces trois volumes, toutes ces ironies continuelles, toutes ces accusations? Je ris quelquefois des calomnies atroces que vous vous êtes permis de recueillir et de répéter contre mon ami; soyez persuadé que je n’en ris pas toujours. Vous lui imputez je ne sais quelles brochures intitulées: Dictionnaire philosophique, Questions de Zapata, Dîner du comte de Boulainvilliers, et vingt autres ouvrages un peu trop gais, à ce qu’on dit. Je suis très-sûr, et je vous atteste qu’ils ne [p.267] sont point de lui. Ce sont des plaisanteries faites autrefois par des jeunes gens. Il y a bien de la cruauté (je parle ici sérieusement) à vouloir charger un homme accablé de soucis et d’années, un solitaire presqu’inconnu, un moribond, des facéties de quelques jeunes plaisans qui folâtraient il y a quarante ans. Vous espérez lui faire intenter un procès criminel par des fanatiques; vous perdrez votre peine; il sera mort avant qu’il soit ajourné, et s’il est en vie, il confondra les calomniateurs… Comment me consolerais-je des calomnies, ajoute le prétendu neveu, dont vous ne cessez d’accabler un homme qui doit m’être cher? que vous a-t-il fait, encore une fois?… Je ne vous dit pas: Vous êtes un calomniateur; je vous dis: Vous êtes la trompette de la calomnie. Il ne convient pas à un homme aussi éclairé et aussi spirituel que vous l’êtes, de répéter des discours de café… Au fonds, votre livre est une facétie; c’est un savant professeur qui représente une comédie où il fait paroître six acteurs juifs; il joue tout seul tous les rôles.»

On voit par ces citations combien le livre de l’abbé Guénée avoit tourmenté Voltaire; et combien, malgré son ressentiment mal déguisé, il paroissoit craindre ce nouvel adversaire. Il ne parloit plus avec le ton si tranchant, si insultant qu’il avoit employé naguère contre le savant et modeste Larcher. «Je vous répète, disoit-il aux six Juifs portugais, ce que mon ami qui aimoit à répéter a dit tant de fois: Le monde entier n’est qu’une famille, les hommes sont frères; les frères se querellent quelquefois, mais les bon cœurs reviennent aisément. Je suis prêt à vous embrasser, vous et M. le secrétaire, dont j’estime la science, et style et la circonspection dans plus d’un endroit scabreux.»

Malgré tous ses désaveux, Voltaire, qui se représente ici comme un solitaire inconnu, comme un moribond que l’on veut accabler par la calomnie et le fanatisme, venoit de publier sa Bible commentée par les aumôniers du roi de Prusse, ouvrage que nulle expression ne peut assez dévouer à l’infamie. Qui, de lui ou des défenseurs du christianisme, troubloit ainsi sa vieillesse, sa retraite profonde, et l’obscurité de sa solitude?

Il se consoloit de ces disgraces par les hommages que le roi de Prusse et l’impératrice Catherine venoient rendre à sa vieillesse et à sa renommée […]

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Une réflexion sur « Lettres de quelques juifs à M. de Voltaire »

  1. Messieurs,

    Dans l’année 2009, les éditions Kirouv ont édité à ma demande et à mes frais les Lettres de quelques Juifs à M. de Voltaire. Pour diverses raisons, les éditions Kirouv n’ont pas réussi à faire de ce livre remarquable un succès commercial.

    Les éditions Reinharc m’ont alors proposé de le rééditer avec une nouvelle couverture et en mettant en œuvre les moyens adéquates pour en assurer la diffusion. Contrairement a ce qui s’est passée avec les éditions Kirouv, cette nouvelle édition a été un succes commercial.

    En conséquence, la totalité l’édition Kirouv a été retirée de la vente et ne peut plus faire l’objet d’une publicité quelconque.
    En outre, la nouvelle édition, qui bénéficie d’une couverture médiatique importante, est vendue à un prix inferieur à l’édition précédente.

    Nous restons à votre disposition pour tous renseignements qui vous paraitraient nécessaires et nous vous prions de recevoir, Messieurs, nos bien sincères salutations.

    A.Jakoubovitch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.