La Camargue, l’autre berceau du western

En cherchant vainement une version numérisée du Roi de Camargue, je suis tombé sur un article de Claire Bonnot, publié sur le site de Vanityfair en septembre 2016. Intitulé « Western-Bouillabaisse. L’incroyable histoire du western camarguais » et écrit pour rendre compte d’une exposition des Rencontres photographiques d’Arles, il a pour sujet un aspect peu connu du cinéma français : la naissance et le développement du « western camarguais » du début du XXe siècle à la fin des années 1960.

Dans cette histoire, la rencontre en 1905 aux Wild West Shows de Buffalo Bill du manadier Folco de Baroncelli (1869-1943) et de l’acteur-cascadeur Joë Hamman (1883-1974) a été déterminante dans l’implantation, dès 1909, de cette activité cinématographique en Camargue, avec le réalisateur  Jean Durand (1882-1946).

En fait, le temps du western camarguais est surtout celui du cinéma muet. Par la suite viendront des films d’inspiration régionale qui sont souvent des adaptations d’oeuvres littéraires : Mireille de René Gaveau et Ernest Servaes (1933) d’après Frédéric Mistral ; Le Roi de Camargue de André Huon (1923) puis de Jacques de Baronccelli (1934) d’après Jean Aicard ; L’Arlésienne de Marc Allégret (1942) d’après Alphonse Daudet…

On y retrouve des chevaux et des gardians, ces cow-boys provençaux, comme plus tard dans Vendetta en Camargue de Jean Devaivre (1950), Crin blanc d’Albert Lamorisse (1953)…

Arènes joyeuses de Maurice de Canonge (1958) ou D’où viens-tu Johnny ? de Noël Howard (1963).

Mais la Camargue sert aussi de décors à de certains films qui n’ont rien à voir avec les westerns ou les gardians et où la Camargue n’est plus qu’un décor anecdotique et non plus le centre du film. Ce sont notamment Le Salaire de la peur de Henri-Georges Clouzot (1953), tourné en partie dans l’ancien camp de Saliers (sur la commune d’Arles), les puits et derricks étant construits en Camargue alors que l’histoire se passe au Guatemala….

… Nous ne vieillirons pas ensemble de Maurice Pialat (1972), dont les deux protagonistes participent à un tournage en Camargue…

… Le Professionnel de Georges Lautner (1981) pour les scènes de captivité du héros qui sont censées se passer en Afrique.

© 1981 Cerito Films / Les Films Ariane
Pour aller plus loin
Sur le western camarguais et le cinéma en Camargue

Western Camarguais, catalogue de l’exposition, Musée de la Camargue, 4 juillet-31 octobre 2016, sous la direction de Estelle Rouquette et Sam Stourdzé, Actes Sud, Septembre 2016.

Un ouvrage au titre un peu trompeur, car il n’y est pas seulement question des westerns tournés en Camargue, mais aussi de bien d’autre films utilisant ce cadre naturel. Il vaudrait mieux parler de « cinéma camarguais ».

Les indiens de Buffalo Bill et la Camargue, ouvrage collectif sous la direction de Thierry Lefrançois. Paris : Editions de La Martinière ; La Rochelle : Musée du Nouveau monde, 1994.

Diaporama sur BMTV

Sur Joë Hamman

« L’incroyable histoire de Joë Hamman : Western Baguetti », France Culture, 20 juillet 2015.

Laurent Husson. « Joë Hamman et l’invention du western en France ». Festival de l’histoire de l’art, 11 mai 2017.

Vincent Froehly. Joë Hamman, le Français qui inventa le western, film documentaire, 2015.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *