Autour de Missak

Je viens de lire Missak, roman de Didier Daeninckx dont une édition de poche est paru récemment dans la collection Folio (ci-contre) neuf ans après sa première publication chez Perrin (ci-dessus) et j’ai été conquis par ce récit de l’enquête menée par Louis Dragène. Au début du roman, ce jeune journaliste travaillant à L’Humanité vient de bouclé un reportage avec le photographe Willy Ronis. Convoqué par le secrétaire de Duclos, le voici chargé, en ce mois de janvier 1955, de rechercher dans quelles circonstances a eu lieu l’arrestation de Missak Manouchian et de ses compagnons onze ans plus tôt…

Ce sera pour ce jeune communiste grandi au sein du parti des fusillés une initiation à la réalité du monde, une réalité pas toujours agréable à découvrir.

Plaque commémorative, 19 rue au Maire, Paris 3e
Plaque commémorative, 19 rue au Maire, Paris 3e. Cliquez sur l’image pour lire leurs lettres d’adieu.

Sur son chemin, il rencontrera Aragon en pleine écriture des Strophes pour le souvenir. Inspirées par la dernière lettre de Manouchian à sa femme, elles sont destinées à commémorer l’exécution des vingt-trois résistants FTP-MOI le 21 février 1944.

Plusieurs membres du groupe Manouchian avant leur exécution, 21 février 1944, Mont-Valérien. Cliquez sur l’image pour lire l’article du blog Une histoire populaire.
Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient La France en s’abattant

> Lire le poème entier

Cliquez pour lire le texte de Patrice Corbin pour la commémoration de 2014

Ces Strophes ont été reprises en 1961 par Léo Ferré sous le titre L’affiche rouge, qui se  réfère à l’affiche ci-dessus, placardée par l’occupant et ses collaborateurs lors de l’exécution des vingt-trois. Interdite de diffusion radiophonique jusqu’en 1981, cette chanson faisait néanmoins partie de l’ambiance musicale où j’ai grandi…

Mais revenons au roman. Et puisque je viens d’évoquer un chanteur, je voudrais en signaler un autre qui fait une courte mais sympathique apparition dans le roman. Il s’agit de Charles Aznavour, chanteur encore débutant, dont les parents,  Micha et Knar, ont hébergés plusieurs membres du groupe Manouchian pendant l’Occupation. Ce ne sont pas les seuls Arméniens ayant participé à la Résistance que Louis Dragène croise au cours de son enquête. En fait, le roman est l’occasion de rappeler le rôle important qu’ils ont alors joué dans la lutte contre l’occupant, mais aussi toutes les épreuves qu’ils avaient pu subir du génocide de 1915 à leur venue en France.

Parmi eux figure Arménouhi Assadourian, alias Armène, la sœur aînée de Mélinée Manouchian. C’est elle qui montrera au journaliste la lettre que lui a écrite son beau-frère quelques heures avant d’être fusillé. Il y est fait allusion à un certain Manoukian. Il s’agit d’Armenak Manoukian Tavitian, de son vrai nom Arben Abramowitsch Dawitijan, alias Tarov. Ce bras droit de Missak Manouchian a été fusillé avec lui, mais il fut aussi… un trotskiste !

Les convictions de Louis Dragène pour qui ce mot est synonyme de traître, vont être mises à rude épreuve. Il lui faudra prendre conscience du rôle non négligeable joué par des communistes de gauche et des trotskistes au sein de la Résistance. Sa rencontre avec Roland Filiâtre sera à cet égard déterminante. Ce dernier a réellement existé, mais je n’ai trouvé que des bribes à son sujet sur internet. Sans doute me faudrait-il mettre la main sur l’ouvrage  d’Yvan Craipeau, Contre vents et marées, ou sur le Maitron, pour en savoir plus sur cet  ouvrier électricien  déporté pour avoir diffusé le Journal clandestin du Parti Ouvrier Internationaliste auprès des troupes allemandes. David Rousset y fait une courte allusion dans L’univers concentrationnaire (1946) :

Peu de concentrationnaires sont revenus, et moins encore sains. Combien sont des cadavres vivants qui ne peuvent plus que le repos et le sommeil !

Cependant, dans toutes les cités de cet étrange univers, des hommes ont résisté. Je songe à Hewitt. Je songe à mes camarades: Marcel Hic, mort à Dora ; Roland Filiatre et Philippe, revenus le corps ravagé, mais leur condition de révolutionnaire sauve. A Walter, à Emil, à Lorenz […]

Le solde n’est pas négatif.

Et voici ce qui est écrit à son sujet dans un article du Franc-Tireur du 10 avril 1948 :

De braves gens, et mieux encore, puisque Roland Filiâtre, qui fût déporté, nous est présenté par David Rousset, son compagnon de captivité. Filiâtre : une espèce de saint homme qui s’oubliait lui même et méprisait ses propres souffrances pour se pencher sur celles des autres captifs. Il était l’homme qui, au camp, se dépouillait de ses chaussures parce qu’un de ses camarades n’en avait point… Il était celui qui se privait d’une couverture pour qu’un compagnon ait plus chaud. Il était celui qui consentait à avoir froid, à avoir faim, pour que les autres aient moins froid et moins faim.

Daeninckx esquisse de lui un portrait  particulièrement attachant, même s’il n’apparaît que trop brièvement dans le roman. D’autres personnages secondaires auront aussi leur importance dans le chemin parcouru par le jeune communiste, qu’ils soient réels, comme Charles Tillon et Henri Krasucki, ou imaginaires, tel un ancien membre des brigades spéciales chargées de traquer les résistants. Certains sont déjà morts, fusillés pendant l’Occupation,  morts en déportation ou, pire encore, exécutés après guerre de retour au pays. Tel fut Oswald Zawodski, volontaire en Espagne républicaine, FTP-MOI, déporté et retourné en Tchécoslovaquie pour y devenir ministre de la sécurité d’état  et être finalement pendu en 1954 par le gouvernement stalinien à la suite des procès de Prague.

En fait, les deux principaux personnages du roman sont deux absents, un mort et une exilée, Missak Manouchian, combattant et poète fusillé le 21 février 1944, et sa femme, Mélinée, partie dès 1947 en Arménie soviétique. Cinq mille de ses compatriotes ont suivi le même chemin. Ont-ils trouvé le paradis socialiste espéré ? Il est certain que Mélina profitera la Détente pour revenir en France en 1963. Elle publiera une biographie de Manouchian (1974) et participera au film Des terroristes à la retraite (1983).

Mais ceci est une autre histoire. Reste l’amour de Missak et de Mélinée, un des fils conducteurs du roman…

Enfin, le bibliothécaire et ancien étudiant d’histoire apprécie grandement que Didier Daeninckx ait joint à son roman une bibliographie d’une bonne quarantaine d’ouvrages. Cela est suffisamment rare pour être souligné. Je ne la recopierai pas ici, mais signalerai simplement quelques livres de témoins :

F.F.I.-F.T.P.F. Pages de gloire des vingt-trois. Préface de Justin Godart. Post-face de Charles Tillon. Paris : Immigration, 1951.

Charles Tillon. Un procès de Moscou à Paris. Paris : Seuil, 1970.

Pierre Daix. Les hérétiques du PCF. Paris : Laffont, 1980.

Mémoire d’un dinosaure trotskiste. Paris : L’Harmattan, 1999.

J’ajouterai que Didier Daenincx a publiés sur le groupe Manouchian deux ouvrages destinés à la jeunesse :

Missak, l’enfant de l’Affiche rouge. L. Corvaisier (illustration). Rue du monde, 2009 (à partir de 8 ans).

Avec le Groupe Manouchian : les immigrés dans la Résistance. Oskar jeunesse, 2010.

Il a participé au film documentaire de Michel Ionescu, Missak Manouchian : une esquisse de portrait, Zongo cinéma, 2012.

Pour finir, quelques vidéos que je n’ai pas pu caser plus tôt…


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *