La vie s’écoule, la vie s’enfuit…

Hier soir, le mardi 17 avril 2018, France 2 proposait une soirée documentaire sur 1968 avec 68 de Patrick Rotman, Les hommes de Billancourt de Caroline Pochon, et Place aux Jeunes ! Des beatniks aux punks. C’est en regardant ce dernier que j’ai saisi au vol cette chanson interprétée par Jacques Marchais dont les paroles sont de Raoul Vaneigem et la musique Francis Lemonnier.

D’autres interprétations existent, comme celle de René Binamé :

La vie s’écoule, la vie s’enfuit
Les jours défilent au pas de l’ennui
Parti des rouges, parti des gris
Nos révolutions sont trahies

Le travail tue, le travail paie
Le temps s’achète au supermarché
Le temps payé ne revient plus
La jeunesse meurt de temps perdu

Les yeux faits pour l’amour d’aimer
Sont le reflet d’un monde d’objets.
Sans rêve et sans réalité
Aux images nous sommes condamnés

Les fusillés, les affamés
Viennent vers nous du fond du passé
Rien n’a changé mais tout commence
Et va mûrir dans la violence

Brûlez, repaires de curés,
Nids de marchands, de policiers
Au vent qui sème la tempête
Se récoltent les jours de fête

Les fusils sur nous dirigés
Contre les chefs vont se retourner
Plus de dirigeants, plus d’État
Pour profiter de nos combats


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *