La société contre l’État selon Pierre Clastres et James C. Scott : micro-bibliographie

L’histoire des peuples qui ont une histoire est, dit-on, l’histoire de la lutte des classes. L’histoire des peuples sans histoire, c’est, dira-t-on avec autant de vérité au moins, l’histoire de leur lutte contre l’État.

Le chef qui veut faire le chef, on l’abandonne : la société primitive est le lieu du refus d’un pouvoir séparé, parce qu’elle-même, et non le chef, est le lieu réel du pouvoir

Extraits  de : Pierre Clastres. La Société contre l’État >  Lire plus d’extraits

Cette brève bibliographie est née de la lecture d’un aricle de Nicolas Journet, « Pierre Clastres. La politique du sauvage », publié dans le n° 303 (mai 2018) de Sciences humaines.

Pierre Clastres

La Société contre l’État. Recherches d’anthropologie politique, Minuit, 1974, rééd. 2011.

Voir aussi sur les retombées de sa pensée :

Miguel Abensour (dir.). L’esprit des lois sauvages. Pierre Clastres ou une nouvelle anthropologie politique. Seuil, 1987.

« Pierre Clastres : l’anarchie sauvage contre l’autogestion », in Anarchies, numéro thématique de Lignes, n° 16 (2005).

Nicolas Journet. « Pierre Clastres. La politique du sauvage », Sciences humaines, n° 303 (mai 2018).

James C. Scott

The Art of Not Being Governed. An Anarchist History of Upland Southeast Asia. Yale University Press, 2009

Traduction en français : Zomia ou L’art de ne pas être gouverné. Seuil, 2013.

Recension par Jacques Berguerand.

Against the Grain. A Deep History of the Earliest States. Yale University Press, 2009.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *