Science-fiction chinoise

Le n° 51/52 de Monde chinois, nouvelle Asie est récemment paru. Il s’agit un fascicule thématique intitulé  Le « rêve chinois » et ses doubles : aspects de la littérature de science-fiction dans le monde sinophone. Comme je le cataloguais, l’envie m’est venue de m’informer un peu sur la science fiction chinoise, qui a acquis depuis quelques années une plus grande notoriété en Occident, notamment avec l’attribution de prestigieux prix Hugo :

Hugo du roman 2015 : Le Problème à trois corps (The Three-Body Problem) par Liu Cixin > plus d’info

Hugo de la longue nouvelle 2016 : Pékin origami (Folding Beijing) par Hao Jingfang > plus d’info  

Brève histoire de la science fiction chinoise

Les origines de la littérature de science fiction en Chine remonte à loin avec l’antique Liezi et son histoire de l’automate de Yanshi. Plus récemment, la fin dynastie Qing (1860-1911) voit les traductions des romans scientifiques occidentaux et les premières œuvres en langue chinoise, à commencer par Colonie de la Lune 月球殖民地 a écrite par Huangjiang Diaosou 荒江钓叟, (pseudonyme d’un auteur anonyme signfiant Vieux pêcheur près d’une rivière déserte) et oubliée dans un journal chinois baptisé Fiction illustrée 绣像小说, entre 1904 et 1905. Cependant certains estiment que le premier roman SF chinois serait la Cité des chats 猫城记, roman composé par Laoshe en 1931. Pour la suite de l’histoire de la SF chinoise, je vous renvoie à l’extrait ci-dessous d’un article de Raymond Clarinard : « Science-fiction. Ces auteurs fascinants venus d’ailleurs », Courrier International, 12/05/2011.

Les œuvres chinoises dans le domaine restent cependant méconnues. Dès 1904, on signale des auteurs chinois de nouvelles de science-fiction, Lu Xun ayant, l’année précédente, entrepris de traduire Jules Verne et H.G. Wells en chinois. Avec l’avènement de la République Populaire en 1949, le genre a continué à se développer, permettant au parti de vanter les mérites d’un avenir socialiste. Vers la fin des années 70, après avoir stagné pendant la Révolution culturelle, la science-fiction chinoise connaît un nouvel essor au point que Zheng Wenguang, surnommé le “père de la science-fiction chinoise”, devient membre en 1980 de l’Association mondiale de SF. C’est à cette époque qu’est également réalisé le premier film chinois de science-fiction, Death Ray on a Coral Island [Rayon de la mort sur une île de corail]. Mais en 1983-1984, la SF chinoise est condamnée par les autorités comme étant de la “pollution spirituelle”, dans le cadre d’une campagne de répression qui manque étouffer définitivement cette littérature. Depuis la libéralisation relative du régime dans les années 90, la science-fiction a de nouveau le vent en poupe, surtout par le biais des “manhua”, les mangas chinois.

Pour aller plus loin

Regina Kanyu Wang, « A Brief Introduction to Chinese Science Fiction », Mithila review 09.

Un dossier de trois articles sur le cinéma de science-fiction, notamment du côté de Hong Kong sur Cloneweb.

Les deux blogs SinoSF sur WordPress et sur Hypothèses avec notamment l’Inventaire des Traductions des Œuvres de Science-Fiction Chinoises (ITOSFC).

Trois traductions de nouvelles SF chinoises à lire dans le numéro 7 de la revue Impressions d’Extrême-Orient consacré aux Mondes perdus, mondes rêvés.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *