Sur Joseph Déjacque

Dernièrement, un collègue m’a demandé si je connaissais Joseph Déjacque. J’avoue que je ne savais rien  cet écrivain anarchiste. Il est pourtant l’auteur d’À bas les chefs ! dont le titre ne peut que me plaire même si ce n’est pas celui d’origine… et l’inventeur du néologisme « libertaire » dont il se servit pour le titre de son journal, Le Libertaire dont 27 numéros sont parus à New York de juin 1858 à février 1861. Car Déjacque fut un exilé ayant fui le gouvernement de Louis-Napoléon Bonaparte et réfugié longuement aux Etats-Unis, où il signe le manifeste inaugural de l’Association internationale des travailleurs (AIT). Bref, une personnalité plutôt intéressante, qui s’oppose, parmi les anarchistes, au misogyne Proudhon, et, parmi les proscrits, au modéré  Victor Hugo

Pour en savoir plus

Sa biographie dans Le Maitron et L’Éphéméride anarchiste.

Ses œuvres sont pour la plupart en ligne sur les sites suivants

BA BL Ga In JD Li NF Wi
La proclamations de la République (1848) oui
Aux ci-devant dynastiques, aux tartufes du peuple et de la liberté (1848) oui oui oui
Les Lazaréennes, fables et poésies sociales (1851, puis 1857) oui
Discours prononcé le 26 juillet 1853 sur la tombe de Louise Julien, proscrite oui oui
La question révolutionnaire (1854) oui oui oui
De l’être-humain mâle et femelle. Lettre à P.J. Proudhon (1857) oui oui oui oui oui
Béranger au pilori (1857) oui oui oui
L’Humanisphère, utopie anarchique (1858) oui oui oui oui oui oui
De quoi vous plaignez-vous ? (1858) oui oui
L’autorité – La dictature (1859) = À bas les chefs ! oui oui oui oui oui
La guerre servile (1859) oui
Lettre à Pierre Vésinier (1861) oui

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.