Darwinisme et marxisme par Anton Pannekoek

Au fil de mes explorations sur internet, j’ai découvert  une brochure d’Anton Pannekoek (1873-1960),  astronophysicien et militant marxiste néerlandais appartenant au courant de la Gauche Germano-Hollandaise et à ce titre favorable au communisme de conseils et opposé à Lénine.

Il s’agit de Darwinisme et marxisme, paru d’abord en néerlandais (Darwinisme en marxisme) pour le centenaire de la naissance de Darwin en 1909. Traduit en français par Hubert de Ponthière, Guy Voets et Patrick Tort, et accompagné de notes et commentaires de Patrick Tort, cet opuscule a été publié aux éditions Arkhé en 2012.

LEn voici la présentation sur le site de cet éditeur :

Au cours de l’année 1909, l’astronome et astrophysicien révolutionnaire hollandais Anton Pannekoek (1873-1960), à l’occasion du centenaire de la naissance de Charles Darwin (1809-1882), publie un essai intitulé Darwinisme et Marxisme. Ce spécialiste reconnu des révolutions cosmiques y interroge la plus grande révolution biologique du XIXe siècle pour tester sa relation possible avec la révolution politique placée par Marx à l’horizon du processus historique. Ce faisant, il affronte un héritage : celui d’une intuition critique de Marx, inscrite dans une lettre à Engels du 18 juin 1862, selon laquelle, en dépit de l’intérêt manifeste qu’offre chez lui un matérialisme naturaliste apte à servir de socle au matérialisme historique, Darwin n’aurait fait en définitive que projeter sur la nature le schéma social de lutte concurrentielle qu’il avait emprunté à Malthus -, ce qui pouvait lui permettre en retour de naturaliser ad aeternum la structure même de la société capitaliste. Les positions anti-malthusiennes exprimées par Darwin en 1871 dans La Filiation de l’Homme donneront tort à Marx, qui a cédé trop tôt au devoir militant de combattre certains «darwinistes bourgeois», et qui ne pouvait en tout état de cause avoir lu en 1862 l’ouvrage au sein duquel Darwin allait exposer ouvertement sa théorie du dépérissement de la sélection éliminatoire au profit des conduites bienfaisantes, coopératives et altruistes dont s’accompagne l’extension indéfinie du processus de civilisation. Pannekoek, lui, a lu La Filiation. Comme il a lu, à l’opposé, Spencer, véritable inventeur de ce que l’on nommera plus tard, malencontreusement, le «darwinisme social». Il en résulte l’idée que Darwin et les «darwinistes sociaux», ce n’est pas la même chose. Et que darwinisme et marxisme ne sont plus incompatibles, mais, effectivement, complémentaires, à condition de pouvoir penser, entre l’histoire de la nature et l’histoire des sociétés, le recouvrement partiel des échelles temporelles et la combinaison connexe des tendances évolutives. Au coeur de cette problématique fondamentale, Patrick Tort, explique, dans son introduction et ses commentaires intercalés, l’intérêt, les enjeux et les limites du travail effectué par Pannekoek autour de ces questions majeures de la pensée contemporaine, et propose des clés pour mieux les comprendre.

Ce concept, dialectique au sens le plus pur, apparaît alors comme la clé de l’unification du matérialisme moderne – une clé perdue par Marx, et que cherchait Pannekoek.

Le site du Courant Communiste International (CCI) a publié dès 2009 une autre traduction, effectuée à partir de la version anglaise (1912, Nathan Weiser) et ensuite améliorée sur la base de l’original en hollandais.

Sur les rapports compliqués du marxisme et du darwinisme voir l’article suivant :

Lilian Truchon. « Retour sur le marxisme et le darwinisme », in Histoire et lutte des classes, numéro spécial de Actuel Marx, 2015, n° 58, p. 104-117


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion sur « Darwinisme et marxisme par Anton Pannekoek »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.